Précédent

4 employeurs belges sur 10 occupent des travailleurs étrangers dans notre pays

06 octobre 2020 Christophe Hameeuw Employeurs
Temps de lecture: Lire plus tard ?

Qu’est-ce qui freine les employeurs dans leur élan d’occuper des travailleurs étrangers ?

Il ressort de notre enquête de panel que 61 % des membres du panel n’ont pas de travailleurs étrangers dans leur registre des salaires, bien qu’ils indiquent que le marché belge du travail connaît une pénurie.

Qu’est-ce qui freine les employeurs dans leur élan d’occuper des travailleurs étrangers ? Les différences linguistiques et culturelles (38 % et 31 %), mais également les différences dans la législation (18 %) et les attentes (11 %) constituent pour beaucoup un obstacle. Ce dernier défi est pourtant plus facile à relever que d’autres. Seulement 1 % des employeurs voit le salaire comme un challenge.

Enquête de panel Acerta, 16 juin - 11 juillet 2020

Les Européens ont la cote

Les employeurs occupant des travailleurs étrangers en Belgique préfèrent les Européens. Ceci n’est probablement pas étranger au fait que ces travailleurs doivent parcourir moins de kilomètres. La charge administrative aussi joue indéniablement un rôle.

Bien entendu, la distance parcourue par les travailleurs étrangers au sein de l’UE est, au propre comme au figuré, plus courte que celle parcourue par les travailleurs extérieurs à l’UE grâce à la libre circulation des personnes. Les travailleurs européens n’ont ainsi pas besoin de carte de travail ou de permis de séjour. En outre, certaines formes d’occupation étrangère sont mieux intégrées que d’autres. Pensez par exemple aux travailleurs saisonniers d’Europe de l’Est dans la culture fruitière et la construction.

Ne laissez pas les frontières déterminer votre pool de recrutement

Le chemin le plus court est le plus aisé, pour autant que vous trouviez les connaissances et compétences que vous recherchez à proximité. Dans le cas contraire, les frontières ne sont pas le bon paramètre pour délimiter votre pool de recrutement.

En effet, le potentiel et le talent devraient aussi primer en dehors de l’UE. Il y a fort à parier que votre futur informaticien ou ingénieur habite encore en Inde ou au Portugal. Vous envisagez d’engager de la main-d'œuvre non belge ? Nous nous chargeons volontiers de l’administration RH de vos travailleurs étrangers.

Engager des travailleurs étrangers ?

Ne laissez pas les limites géographiques et les différences législatives mettre à mal votre politique du personnel. Fiez-vous à l’expertise de nos consultants.

Payroll international

Partagez cet article

Christophe Hameeuw

Écrit par Christophe Hameeuw

Managing consultant Tax & International

Articles liés

Amis employeurs, cramponnez-vous : le Brexit arrive
Employeurs

Amis employeurs, cramponnez-vous : le Brexit arrive

03 décembre 2020 Christophe Hameeuw

Le 31 décembre 2020 marquera la fin de la période de transition et changera la relation entre le Royaume-Uni et l’Union européenne. Quel est l’impact du Brexit sur votre organisation ?

En savoir plus
Occupation étrangère : occuper des travailleurs aux Pays-Bas est-il plus évident qu’en Belgique ou en France ?
Employeurs

Occupation étrangère : occuper des travailleurs aux Pays-Bas est-il plus évident qu’en Belgique ou en France ?

07 septembre 2020 Christophe Hameeuw

Les Pays-Bas sont-ils moins complexes que la France en matière d’occupation ? Demandez-vous plutôt dans quels pays votre activité connaîtrait le succès.

En savoir plus
3 employeurs sur 10 occupent des travailleurs à l’étranger
Employeurs

3 employeurs sur 10 occupent des travailleurs à l’étranger

25 août 2020 Christophe Hameeuw

Des projets à l’étranger ? Ne laissez pas la peur de l’occupation étrangère et les formalités qui l’accompagnent faire obstacle à votre croissance.

En savoir plus