Précédent

5 conseils pour une relance réussie

13 mai 2020 Tom Vlieghe Employeurs

L’assouplissement des mesures est une vraie bouffée d’oxygène pour de nombreuses entreprises. La lumière au bout du tunnel est en effet visible : la relance. Mais comment assurer une relance fluide ? Il n’existe pas une recette universelle de la réussite, mais les ingrédients de base ci-dessous vous montrent d’ores et déjà la voie…

Temps de lecture: Lire plus tard ?

Conseil 1 : Ne vous perdez pas dans des « solutions à court terme »

Faire la diète ou apprendre à cuisiner ?

Quand une crise frappe, nous passons naturellement en « mode survie » et nous efforçons de garder le contrôle de la situation. Penser à court terme nous permet souvent de survivre. Toutefois, si la menace persiste, comme c’est le cas pour cette crise du coronavirus, il faut oser sortir des sentiers battus. Comparez-le à une pénurie alimentaire imminente : soit vous faites la diète, soit vous cherchez des solutions alternatives. Évitez le piège des œillères et prenez de la distance afin de garder une vue d’ensemble de la situation et voir toutes les solutions envisageables.

Conseil 2: Montrez le chemin à vos collaborateurs par une communication claire

Donner des directions avec un GPS ou une boussole ?

Quel chemin voulez-vous emprunter avec votre organisation ? Il est crucial de ne pas perdre de vue l’objectif de votre organisation sur le long terme. Toutefois, sur le court terme, les objectifs peuvent être modifiés sur la base des événements ou évolutions du marché.

C’est un peu comme comparer un GPS et une boussole : les deux indiquent la direction, mais la boussole vous donne plus de marge de manœuvre dans le chemin pour y parvenir. Parallèlement, le GPS tient compte du trafic et des accidents, et modifiera sa route en fonction de ces données. Votre destination finale ne change pas, mais le chemin diffère. Pour atteindre votre destination, vous devez laisser suffisamment de marge de manœuvre à vos collaborateurs tout en les guidant suffisamment lorsque les circonstances changent. Vous devez donc trouver un équilibre entre « le participatif » et « l’obligatoire ».

La communication est alors cruciale et doit être dictée par la situation. Une communication trop floue ou insuffisante est à éviter à tout prix. En effet, vos collaborateurs seront alors dans l’attente et vous risquez de créer un climat d’insécurité et de peur. Ce n’est clairement pas la bonne marche à suivre.

Conseil 3: Tenez compte de la situation individuelle de vos collaborateurs

Le coronavirus discrimine, assurez-vous de distinguer

On entend parfois dire que « le coronavirus ne fait pas de discrimination. » Bien que tout le monde puisse contracter le virus, certains groupes sont plus durement ou différemment touchés par le coronavirus. Le coronavirus discrimine donc bel et bien, et cela s’applique également à l’environnement de travail. Entre les secteurs, mais aussi au sein de votre organisation, pensez par exemple au télétravail : c’est une solution plus compliquée pour les parents que pour les collaborateurs sans enfants. C’est pourquoi il est important de tenir compte de la situation de chacun et d’opérer des distinctions.

Conseil 4: Comprenez la/les peur(s) de vos collaborateurs et proposez des solutions

La peur fait rarement avancer, contrairement à l’humanité

La crise du coronavirus a apporté son lot de peurs : peur de la contamination, peur de l’impact économique (crainte de la perte d’emploi). Vous devez donc regarder plus loin que le volet logistique (les mesures de sécurité).

Supprimer la peur n’est ni possible ni nécessaire : donnez plutôt la possibilité d’en discuter ouvertement : « la peur fait rarement avancer, contrairement à l’humanité ». En tant qu’employeur, vous devez faire preuve de cette humanité : intéressez-vous sincèrement à la/aux peur(s) de vos collaborateurs et proposez des solutions.

Conseil 5: Créez un environnement « agile »

L’important n’est pas de gagner, mais de participer

Dans quelle mesure votre organisation peut-elle gérer les changements ? C’est un facteur qui déterminera l’avenir et qui est lui-même déterminé par l’organisation et la mentalité de vos collaborateurs. C’est uniquement possible si vos collaborateurs considèrent votre organisation comme un environnement sécurisé. Par exemple, si des erreurs peuvent être commises lors de l’apprentissage de nouvelles tâches, si les idées et suggestions de changement sont prises au sérieux… Créez donc un environnement où la flexibilité, l’épanouissement et la capacité d’adaptation est une seconde nature. Valorisez l’initiative, pas seulement le résultat. L’important n’est en effet pas de gagner, mais de participer.

Prêt(e) pour un nouveau départ ?

Acerta vous aide à relancer votre entreprise après le lockdown dû au coronavirus.

Plan de relance

Partagez cet article

Tom Vlieghe

Écrit par Tom Vlieghe

Director Acerta Consult

Articles liés

Des collaborateurs résilients ? Pensez à leur bien-être
Employeurs

Des collaborateurs résilients ? Pensez à leur bien-être

25 mai 2020 Yves Plees

De coronacrisis brengt heel wat heftige emoties teweeg, zoals angst, stress en somberheid. Maar crisissen bieden ook kansen. Kansen om beter voor elkaar, en dus ook voor je medewerkers, te zorgen.

En savoir plus
Reprise post lockdown (strict) : chômage économique ou temporaire ?
Employeurs

Reprise post lockdown (strict) : chômage économique ou temporaire ?

19 mai 2020 Annelies Baelus

Pendant la crise du coronavirus, de nombreuses entreprises ont invoqué le chômage temporaire pour force majeure. Néanmoins, cette procédure simplifiée n'est (pour l'instant) possible que jusqu'au 30 juin. Quid si votre entreprise ne tourne toujours pas à plein régime en juillet (voire plus tard) ?

En savoir plus
Ne plus jamais se présenter malade au travail ?
Employeurs

Ne plus jamais se présenter malade au travail ?

19 mai 2020 Els Meersseman

En mars 2020, l'absentéisme à court terme a atteint un pic sans précédent. Les chiffres d'Acerta montrent qu'en mars, 5,8 % du temps de travail n’a pas été presté. C'est même 70% de plus qu'au même mois l'année dernière.

En savoir plus