Précédent

Accord de gouvernement en Wallonie : quelles sont les grandes lignes pour l’emploi ?

18 octobre 2019 Olivier Marcq Employeurs

Le 12 septembre, les trois partis qui forment la majorité du nouveau gouvernement wallon (PS, Ecolo et MR) ont approuvé la déclaration de politique régionale. L'accord répond à un certain nombre de défis majeurs pour les années à venir. Olivier Marcq, juriste chez Acerta, commente pour vous quelques grandes lignes de ce texte, en s’attardant particulièrement sur les perspectives en matière d’emploi et de formation.

Temps de lecture: Lire plus tard ?

Il est important de comprendre que cette déclaration de politique régionale n'a pas un impact direct sur les citoyens et les entreprises, et qu’avant l'entrée en vigueur des mesures envisagées, le processus législatif traditionnel doit être respecté.

Emploi : nouveaux jobs, dispositifs d’aide et promotion

Le gouvernement entend faire augmenter le taux d’emploi wallon de 63,7 % à 68,7 % à l’horizon 2025, en s’inscrivant dans une perspective de plein emploi en 2030. Cet objectif global doit être soutenu par des dispositifs d’aide et un bon équilibre à trouver, notamment avec les acteurs du secteur des APE (Aides à la Promotion de l’Emploi).

L’objectif est assez ambitieux et dépendra naturellement de nombreux facteurs. Dans un premier temps, le gouvernement doit procéder à une évaluation des dispositifs d’aides à l’emploi, tels que les plans impulsion, PFI, Sesam… Au terme de cette évaluation, il réorientera les dispositifs les moins efficaces et ceux qui génèrent des effets d’aubaine. Pour les APE, le gouvernement a indiqué sa volonté de maintenir le volume de l’emploi et les moyens financiers alloués aux APE. La réforme sera conduite dans le cadre d’une concertation avec les acteurs.

Formation : dispositifs de formation personnalisés pour les travailleurs

Les dispositifs existants de soutien à la formation continue (crédit-adaptation, congé-éducation payé et le chèque-formation) doivent eux aussi être évalués et, le cas échéant, adaptés aux réalités actuelles. Le gouvernement compte créer des chèques-formation carrière permettant d’accompagner et d’orienter les travailleurs désirant améliorer leurs compétences professionnelles ou réorienter leur carrière, en mettant une priorité vers les métiers en pénurie ou les métiers d’avenir.

C’est un signe positif. Le gouvernement entend déployer des dispositifs d’adaptation et de perfectionnement des compétences pour accompagner les entreprises et leurs salariés dont l’activité sera profondément affectée, par exemple, par un changement technologique important. L’intention est louable, et il est positif d’envisager cette évolution dès maintenant. Dans ce contexte, la gestion des talents par les employeurs, et le développement de ces talents pour suivre les évolutions de la société en général et de leur secteur en particulier, seront plus que jamais des aspects essentiels d’une bonne politique RH.

Lutte contre le sexisme et toutes les formes de discrimination

Sexisme et discrimination restent des maux très actuels sur le marché de l’emploi. La Wallonie entend y remédier, en fixant le cadre légal pour développer une approche ‘zéro sexisme’ et lutter contre différentes formes de discrimination. Ici aussi, l’intention est louable. Arriver à ce niveau de ‘zéro sexisme’ va impliquer des mesures fortes, notamment l’application stricte de l’égalité salariale. Il reste beaucoup de travail dans ce domaine, mais c’est une avancée dans le bon sens. Pour la discrimination à l’embauche, le gouvernement envisage aussi la détection des discriminations. Ainsi, il compte organiser des mécanismes de tests de situation permettant de soumettre des candidats fictifs pour établir une discrimination.

Le gouvernement aura aussi une attention particulière pour l’emploi des personnes en situation de handicap, notamment en développant des conseils, de l’accompagnement utile et des formations des candidats travailleurs. L’embauche de personnes d’origine étrangère sera par ailleurs aussi favorisée via un programme de stages en commerce international et en rendant plus efficaces les procédures d’octroi de permis de travail.

Dans l’ensemble, cet accord de gouvernement envisage différentes pistes intéressantes en matière d’emploi et de formation. Cependant, et comme indiqué, il faut à nouveau souligner le fait qu’il s’agit d’un accord, une base de travail. Sa mise en œuvre pratique va vraisemblablement prendre du temps, mais il faut rester optimiste et espérer que l’issue sera positive pour les travailleurs comme les employeurs.

Restez au courant de l’actualité

Lors de riches et brèves sessions de 2 heures, l’actualité socio-juridique vous est expliquée.

Plus d'informations

Partagez cet article

Olivier Marcq

Écrit par Olivier Marcq

Juriste chez Acerta

Articles liés

Employeurs : que faire si votre travailleur décide de voyager en zone à risque ?
Employeurs

Employeurs : que faire si votre travailleur décide de voyager en zone à risque ?

09 juillet 2020 Amandine Boseret

Si votre travailleur se rend dans une telle zone à risque, cela peut avoir des effets sur l’exécution de son contrat de travail. Quels sont alors les droits de l’employeur vis-à-vis du travailleur ? Qu’est-ce que l’employeur peut demander ou exiger d’un travailleur ?

En savoir plus
Nouvelles obligations lorsque vous invoquez le chômage temporaire
Employeurs

Nouvelles obligations lorsque vous invoquez le chômage temporaire

08 juillet 2020 Annelies Bries

Vous appliquez le chômage temporaire à la suite des mesures liées au coronavirus ? Sachez que de nouvelles obligations s’appliquent à partir du 13 juillet. Quelques autres aspects ont également été réglés.

En savoir plus
En tant qu’employeur, êtes-vous obligé de mettre en place un système d’enregistrement du temps ?
Employeurs

En tant qu’employeur, êtes-vous obligé de mettre en place un système d’enregistrement du temps ?

08 juillet 2020 Annelies Bries

À en croire la Cour du travail de Bruxelles, il semblerait que oui : dans un arrêt notable, la Cour statue que tout employeur est tenu d’établir un système objectif, fiable et accessible destiné à enregistrer le temps de travail quotidien de chaque travailleur. Mais que se passe-t-il si l’employeur ne prévoit pas un tel système ?

En savoir plus