Précédent

La formation pour répondre à la pénurie sur le marché de l’emploi et l’employabilité durable ?

24 août 2018 Employeurs

La formation permet entre autres de faire en sorte que vos travailleurs restent employables et soient fiers de leur employeur. Apprendre continuellement sur son lieu de travail est la réponse aux avancées de la robotisation et de l’automatisation et fait de vous un employeur plus attrayant.
Malheureusement, nous sommes encore loin d’un mariage réussi entre travail et apprentissage. C’est ce qu’il ressort des résultats de notre analyse Talent Pulse, menée en collaboration avec Jobat.be. Néanmoins, ceux-ci montrent toute l’importance de la formation. Annelies Baelus, Directeur Formations Ouvertes chez ACERTA Consult, explique les résultats les plus marquants.

Temps de lecture: Lire plus tard ?

Presque la moitié des travailleurs ne bénéficie pas de formations

En 2017, 41 % des travailleurs n’ont suivi aucune formation générale, et 49 % n’ont suivi aucune formation technique. C’est beaucoup trop. Pas tellement en raison du cadre légal et du budget de formation qui obligent les employeurs à prévoir au moins deux jours de formation par travailleur par an, mais surtout parce que les travailleurs y accordent de l’importance : 37 % sont même prêts à investir du temps et de l’argent dans une formation qui les aide à mieux effectuer leurs tâches actuelles. Cela en dit long sur la priorité qu’ils y donnent.

Le lien avec la réalité est important

64 % des travailleurs interrogés préfèrent suivre des formations en interne, au sein de l’entreprise et en compagnie de leurs collègues. 41 % des travailleurs préfèrent une formation pratique sur le lieu de travail. Autre forme de travail : 77 % estiment que la formation doit en tous les cas pouvoir être suivie durant les heures de travail.

Seuls 34 % des employeurs suivent la mise en œuvre des connaissances acquises

À peine 34 % des employeurs s’occupent activement du transfert de l’apprentissage à la mise en application. Il est clairement possible de mieux faire. Les employeurs considèrent encore trop souvent la formation comme un simple instantané. Il est seulement possible de faire une différence pertinente lorsque l’employeur vérifie si les éléments appris sont effectivement appliqués sur le lieu de travail. Les moyens mis en œuvre à cet effet doivent être choisis d’après l’environnement de travail. L’employeur peut veiller à une bonne diffusion de l’apprentissage via un débriefing, une concertation d’équipe ou l’utilisation d’une banque de connaissances.

Une situation gagnant-gagnant pour l’employeur et le travailleur

Bien que les travailleurs estiment que l’initiative et la réalisation des formations devraient autant venir des deux côtés, leur employeur manque tout de même d’initiative. Idéalement, la réalisation des formations devrait se faire en concertation, en tenant aussi bien compte de la motivation du travailleur que des résultats de la formation pour l’employeur.
Il est important que les employeurs en viennent à considérer les formations comme des opportunités. Vos travailleurs restent employables et motivés, ce qui n’est pas sans importance en ces temps de pénurie sur le marché de l’emploi. De plus, cela vous permet d’engager en fonction du talent et des compétences, plutôt que sur des aptitudes concrètes.

Une version abréviée est aussi paru dans L’Avenir, le 24 août 2018.

En savoir plus ?

Contactez-nous au 02 474 01 06 ou par email.

Par email
Partagez cet article

Articles liés

Quel est l’âge moyen des travailleurs en Belgique ?
Employeurs

Quel est l’âge moyen des travailleurs en Belgique ?

12 novembre 2019

Pour la première fois en cinq ans, le marché belge du travail se rajeunit : l’âge moyen des travailleurs belges en 2018 était de 41,4 ans. En 2017, celui-ci s’élevait encore à 42,3 ans, soit 11 mois de plus. La baisse de l’âge se présente à tous les niveaux : ouvriers ou employés, hommes ou femmes, dans tous les secteurs et toutes les régions.

En savoir plus
Les 3 erreurs les plus fréquentes dans le décompte de décembre
Employeurs

Les 3 erreurs les plus fréquentes dans le décompte de décembre

03 octobre 2019 Dirk Neefs

Le décompte de décembre est une compensation financière des droits de vacances non pris à la suite d’une réduction du régime de travail. En d’autres termes : si votre travailleur passe d’une occupation à temps plein à une occupation à temps partiel, vous devez lui verser en décembre un montant pour les jours de congé qu’il n’a pas pu prendre.

En savoir plus
Comment déployer des talents au bon endroit ?
Employeurs

Comment déployer des talents au bon endroit ?

24 septembre 2019 Hannelore Van Meldert

Trouver les bons talents et les garder par la suite constitue un défi auquel vous feriez mieux de trouver une solution en cette période de pénurie sur le marché de l’emploi. Avez-vous déjà pensé au rematching ?

En savoir plus