Précédent

La voiture de société redore son blason

07 novembre 2019 Glenn van Oevelen Employeurs

Affirmer le contraire serait un mensonge : la voiture de société a longtemps dû essuyer les coups. Du moins, en ce qui concerne les émissions de CO2. Mais le doigt accusateur pointe-t-il réellement dans la bonne direction ? Acerta a analysé les données de plus de 40 000 employeurs et a ainsi donné un grand coup d’accélérateur.

Temps de lecture: Lire plus tard ?

Comparez preuves et allégations : il en ressortira des éclaircissements et de nouvelles nuances. En effet, quand nous avons reçu les premières conclusions de l’étude, les voitures de société et parcs automobiles verts ont montré leurs bons comme leurs mauvais côtés.

Les émissions de CO2 des voitures de société ont baissé de 17 % en comparaison avec 2012. Logique. Le groupe (somme toute assez restreint) de travailleurs avec une voiture de société stagne. Le budget mobilité et la popularité croissante du vélo témoignent de l’attention accrue accordée à la mobilité réfléchie. Une bonne nouvelle pour le climat.

Émissions de CO2 : pas tant les voitures de société

Autre fait surprenant : les émissions moyennes de CO2 des voitures particulières sont plus élevées que celle de voitures de société. C’est ce qu’ont montré des études tant d’Acerta que de Febiac. Les travailleurs conduisent leur voiture de société de société environ 4 à 5 ans alors qu’une voiture privée est souvent usée jusqu’aux essieux. La voiture de société ne mérite plus son étiquette de « plus gros pollueur ».

Coût de la voiture de société : si jeune, si verte et si onéreuse

Les nouvelles voitures ont un taux d’émissions de CO2 toujours réduit, sont plus modernes, plus vertes, plus technologiques... Et ceci se reflète fortement dans leur prix. Les employeurs ont vu le prix catalogue moyen de leurs voitures de société – donc HTVA et avant les réductions – augmenter de 24 793,39 euros en 2012 à 30 152,89 euros en 2019. Une note salée pour les entreprises.

Le travailleur contribue-t-il encore au CO2 ?

À quoi ressemblent les avantages de toute nature (ATN) pour l’utilisation privée de la voiture de société pour le travailleur ? L’ATN calculé sur la base des émissions de CO2 (en forte diminution) et l’ATN basé sur la valeur catalogue (qui grimpe en flèche) s’équilibrent-ils ? La réponse est oui. La voiture de société coûte environ la même chose à l’employeur depuis plusieurs années.

Partagez cet article

Écrit par Glenn van Oevelen

Managing Consultant Legal & Reward chez Acerta

Articles liés

Plan mobilité : proposez une diversité de choix
Employeurs

Plan mobilité : proposez une diversité de choix

23 septembre 2019

Un plan cafétéria permet aux travailleurs de choisir entre diverses options de mobilité. En effet, chacun est différent et chacun a ses préférences personnelles.

En savoir plus
Au travail à vélo ? L'indemnité vélo vous récompense !
Employeurs

Au travail à vélo ? L'indemnité vélo vous récompense !

19 septembre 2019 Kaatje Verloes

La journée « #jevaisauboulotavelo » a lieu le 19 septembre. L'objectif consiste à ce que le plus grand nombre de travailleurs aillent travailler à vélo ce jour-là. D'une enquête d’Acerta, il apparaît qu'une multitude de travailleurs se rendent régulièrement au travail à vélo.

En savoir plus
3 manières de mettre en œuvre la mobilité alternative dans votre entreprise
Employeurs

3 manières de mettre en œuvre la mobilité alternative dans votre entreprise

16 septembre 2019 Annelies Baelus

Nous devons gérer de manière plus consciencieuse la mobilité, comme le prouvent la problématique des embouteillages et le changement climatique. En outre, il s’agit aussi de l’approche adoptée par la Semaine de la Mobilité.

En savoir plus