Précédent

Mesures autour de la mobilité en Flandre, en Wallonie et à Bruxelles

14 novembre 2019 Olivier Marcq Employeurs

Entretemps, les trois Régions belges ont formé leur gouvernement et ceci s’accompagne d’une déclaration de politique régionale. Les Gouvernements flamands, wallons et bruxellois y expliquent leurs résolutions et priorités pour différents thèmes comme l’éducation, le travail, l’économie sociale et la mobilité. Acerta passe en revue la vision des trois Régions en ce qui concerne la mobilité. Comment les employeurs peuvent-ils procéder ?

Temps de lecture: Lire plus tard ?

Miser sur la multimobilité durable

Les trois Régions veulent miser sur une mobilité combinée : combiner différents moyens de transport pour les déplacements. Ils visent à lancer des « nœuds multimodaux » où vous pourrez obtenir des informations et des solutions pour combiner diverses formes de mobilité durable. Les mesures régionales de promotion de la mobilité durable sont les suivantes :

  • La Flandre investit dans des mesures facilitant l’association des moyens de transport pour les déplacements domicile-lieu de travail. Le Gouvernement flamand entend élargir l’offre des transports publics et doubler son investissement dans les pistes cyclables. Il veut augmenter l’utilisation de la mobilité durable (à trottinette, à vélo, à pied) et des transports en commun de 40 % en Flandre.
  • La Wallonie aussi souhaite encourager la mobilité durable et les transports en commun, et investir dans les transports publics et l’infrastructure vélo.
  • Bruxelles ambitionne quant à elle de dissuader les navetteurs de se rendre dans la capitale en voiture, de développer les zones 30 et de réduire de 50 % l’utilisation individuelle de la voiture (autosolisme) d’ici 2030 en diminuant les places de parking pour les immeubles de bureaux.

Les employeurs doivent s’assurer qu’ils restent accessibles et engageants pour les travailleurs de diverses façons. Un plan cafétéria, où les travailleurs peuvent par exemple opter pour un vélo ou une trottinette (électrique) dans le cadre de leur package salarial, augmente la multimobilité de vos travailleurs.

Taxes

  • À partir de 2021, le Gouvernement flamand tiendra compte de la nouvelle norme européenne WLTP (Worldwide Harmonized Light Vehicles Test Procedure) pour les émissions de CO2 des véhicules. Les voitures plus polluantes deviendront plus chères alors que le prix de celles plus respectueuses de l’environnement baissera.
  • La Région wallonne veut calculer autrement les taxes sur les véhicules en faisant entrer en ligne de compte non seulement la puissance et les émissions de CO2 de la voiture, mais également son poids. Une voiture plus lourde endommage en effet davantage le revêtement de la route, ce qui va de pair avec davantage de frais de réparation.
  • Bruxelles projette d’introduire un prélèvement kilométrique qui dépendrait entre autres du moment où la voiture est utilisée.

 

Les employeurs qui veulent ou doivent proposer une voiture de société à leurs travailleurs feraient bien de suivre de près les mesures et taxes changeantes afin de déterminer une politique de mobilité durable. La voiture électrique est-elle l’avenir ou de meilleures solutions alternatives feront-elles bientôt leur entrée ? L’entreprise y est-elle déjà préparée ?

Solutions alternatives aux voitures essence et diesel

  • La Flandre ambitionne qu’à partir de 2030, toutes les voitures personnelles neuves vendues aient une faible intensité de carbone et qu’au moins 50 % d’entre elles soient à émission nulle.
  • La Wallonie veut poursuivre la suppression des moteurs thermiques dans les voitures. Dans un premier temps, elle entend encourager les stations de rechargement pour voitures électriques et les stations-service pour gaz liquide et comprimé.
  • Le Gouvernement bruxellois espère mettre un terme d’ici 2030 à l’utilisation de voitures essence et diesel ainsi que supprimer le LPG d’ici 2035 au plus tard

Tant les Gouvernements flamand et wallon que bruxellois projettent donc de miser sur une mobilité durable et écologique par le biais de diverses mesures. Mieux vaut en tant qu’employeur se préparer à une évolution. Penchez-vous donc à temps sur la politique de mobilité de votre entreprise pour voir si elle répond à la nouvelle mobilité multimodale et à la réalité durable.
 

Le budget mobilité en cinq étapes

Au moyen d'un budget de mobilité, vous offrez à vos collaborateurs une alternative à la voiture de société. Comment commencer concrètement ?

Un budget mobilité en cinq étapes

Partagez cet article

Olivier Marcq

Écrit par Olivier Marcq

Juriste chez Acerta

Articles liés

Réponses aux questions les plus fréquemment posées par les employeurs sur le télétravail
Employeurs

Réponses aux questions les plus fréquemment posées par les employeurs sur le télétravail

20 octobre 2020 Sarah De Groof

Lors du premier confinement de mars et d’avril, le télétravail est soudainement devenu la norme. « À titre temporaire », pensions-nous. Vendredi dernier, le Comité de concertation a décidé de le rendre à nouveau obligatoire.

En savoir plus
Quels sont les effets des nouvelles mesures pour les employeurs?
Employeurs

Quels sont les effets des nouvelles mesures pour les employeurs?

20 octobre 2020 Amandine Boseret

Face à l’évolution de la pandémie, le nouveau gouvernement a signé un nouvel arrêté ministériel ce dimanche 18 octobre qui sort ses effets dès ce lundi. Mais quels en ont les effets sur les employeurs ?

En savoir plus
Je dois invoquer le chômage temporaire. Mais pour quelle raison ?
Employeurs

Je dois invoquer le chômage temporaire. Mais pour quelle raison ?

16 octobre 2020 Nele Mertens

Les deux motifs ou raisons les plus utilisés actuellement sont la force majeure et des raisons économiques. Il existe cependant d’autres motifs encore pour invoquer le chômage temporaire.

En savoir plus