Précédent

Ne plus jamais se présenter malade au travail ?

19 mai 2020 Els Meersseman Employeurs

En mars 2020, l'absentéisme à court terme a atteint un pic sans précédent. Les chiffres d'Acerta montrent qu'en mars, 5,8 % du temps de travail n’a pas été presté. C'est même 70% de plus qu'au même mois l'année dernière. Bien que les chiffres soient remarquablement élevés, ce n'est pas vraiment une surprise. Les travailleurs présentant des symptômes de la maladie Covid-19 sont immédiatement restés chez eux. Symptômes avec lesquels ils allaient vraisemblablement encore travailler en période pré-corona.

Temps de lecture: Lire plus tard ?

Les chiffres de maladie ne sont pas les mêmes partout

En principe, il y a plus d’absences de courte durée dans les grandes entreprises que dans les petites. Les grandes entreprises de plus de 100 travailleurs ont dû faire face à une perte de 8% de jours de travail. Les plus petites entreprises (de moins de 5 travailleurs) ont eu une perte de 2% de jours de travail.

Il y a également des différences en fonction du statut du travailleur. Les absences de courte durée sont, la plupart du temps, plus élevées chez les ouvriers que chez les employés, et c’est le cas maintenant aussi : 6% chez les ouvriers contre 5,5% chez les employés.

Beaucoup d’absentéisme dans le secteur des soins

L’impact du coronavirus s’est fortement fait sentir dans le secteur des soins. Cette année, les chiffres diffèrent fortement par rapport aux périodes hors corona. En mars, le secteur du profit social au sens large a vu une perte de 10% des jours de travail en raison de l’absentéisme de courte durée, alors que le personnel soignant joue un rôle crucial en cette période. Mais là aussi, il y a une explication : au début, il n’y avait pas assez de matériel de protection, de plus, il y a souvent plus d’absentéisme en cas de pression accrue au travail.

Le pic est derrière nous

Les travailleurs seront vraisemblablement plus susceptibles de rester à la maison quand ils auront des symptômes de maladie, même après la crise du corona. Mais être plus susceptible de rester à la maison ne signifie pas nécessairement plus d’absentéisme. Le travail à domicile est certainement une solution, que nous avons d’ailleurs appliquée massivement pendant le confinement. L’absentéisme de courte durée va probablement à nouveau diminuer au cours des prochains mois, même s’il n’y a pas de deuxième vague de contamination du corona.

Tenez bien compte du fait que le coronavirus a mis le bien-être mental et physique des travailleur sous pression. Par conséquent, veillez à accorder suffisamment d’attention à la santé de vos collaborateurs.

Un soutien puissant pour votre politique de bien-être

Acerta vous aide à identifier les effets du corona sur le bien-être de vos collaborateurs, et propose des solutions pour accompagner vos collaborateurs lors de la relance.

Plus d’informations

Partagez cet article

Acerta_Els Meersseman

Écrit par Els Meersseman

Senior Consultant Acerta

Articles liés

Réponses aux questions les plus fréquemment posées par les employeurs sur le télétravail
Employeurs

Réponses aux questions les plus fréquemment posées par les employeurs sur le télétravail

20 octobre 2020 Sarah De Groof

Lors du premier confinement de mars et d’avril, le télétravail est soudainement devenu la norme. « À titre temporaire », pensions-nous. Vendredi dernier, le Comité de concertation a décidé de le rendre à nouveau obligatoire.

En savoir plus
Quels sont les effets des nouvelles mesures pour les employeurs?
Employeurs

Quels sont les effets des nouvelles mesures pour les employeurs?

20 octobre 2020 Amandine Boseret

Face à l’évolution de la pandémie, le nouveau gouvernement a signé un nouvel arrêté ministériel ce dimanche 18 octobre qui sort ses effets dès ce lundi. Mais quels en ont les effets sur les employeurs ?

En savoir plus
Je dois invoquer le chômage temporaire. Mais pour quelle raison ?
Employeurs

Je dois invoquer le chômage temporaire. Mais pour quelle raison ?

16 octobre 2020 Nele Mertens

Les deux motifs ou raisons les plus utilisés actuellement sont la force majeure et des raisons économiques. Il existe cependant d’autres motifs encore pour invoquer le chômage temporaire.

En savoir plus