Précédent

Politique des salaires et des primes en période de pénurie sur le marché de l’emploi : le warrant

06 novembre 2018 Employeurs

13 % des employés (CP 200) ont bénéficié d’une augmentation salariale moyenne de 142 à 623 euros au cours du premier semestre de cette année, généralement à la suite d’une évaluation positive - nous appelons aussi ce phénomène la dérive salariale. Ce phénomène peut être une bénédiction pour le travailleur qui en bénéficie, mais peut, à terme, devenir une malédiction pour l’employeur en raison de son caractère permanent et récurrent annuellement. Heureusement, il existe des alternatives intéressantes qui enthousiasment les travailleurs et limitent vos frais salariaux.

Laissez-vous inspirer par l’effet fantastique des warrants.

Temps de lecture: Lire plus tard ?

Donné, c’est donné

En période de pénurie sur le marché de l’emploi, les talents adéquats sont rares. Une fois que vous les avez trouvés, vous voulez les garder. Vous concluez donc un entretien d’évaluation positif par une augmentation salariale. C’est le scénario classique. Toutefois, cette augmentation systématique du salaire brut devient insoutenable sur le long terme, car « donné, c’est donné » et l’année suivante, vous devrez donner encore plus. Suffisamment de raisons pour envisager des systèmes de récompense alternatifs, des systèmes qui visent aussi le succès à long terme.

Les travailleurs apprécient le salaire en fonction du travail

Une étude précédente d’ACERTA a déjà révélé que 60 % des travailleurs sont favorables à une rémunération en fonction de leurs prestations. Voyez-le comme un signal pour les employeurs pour miser au maximum sur la composante salariale variable liée à des prestations individuelles ou collectives. Il est motivant pour votre travailleur de voir un lien direct entre ce qu’il preste et ce qu’il reçoit en échange. En outre, vous préférerez payer un supplément lorsque votre entreprise génère des revenus ou des résultats supplémentaires.

Brut-net optimal

Il existe plusieurs méthodes pour rémunérer de manière variable. Un critère très intéressant dans le choix de ce ratio entre le brut (ce que vous payez) et le net (ce que votre employé reçoit). Parce que le travailleur ne s’intéresse évidemment qu’à ce dernier, tandis que vous voudrez garder un œil sur les coûts. ACERTA a réalisé un récapitulatif pratique des différents systèmes de bonus.

Nous pouvons déjà vous le dévoiler : n’oubliez surtout pas de regarder ce que le warrant peut vous offrir à vous et à vos collaborateurs.

Le warrant. Le quoi ?

Un warrant désigne la possibilité d’acheter une action à un prix déterminé à l’avance. Puisqu'ils sont des avantages de toute nature, les warrants sont exonérés de cotisations patronales et travailleur. En outre, ils sont déductibles fiscalement pour l’entreprise. Pour un même budget, le travailleur conserve jusqu'à 40 % de plus en net qu’avec un bonus en espèces traditionnel.

Une gestion optimale des bonus, par où commencer ? Téléchargez le plan par étapes ici.

En savoir plus ?

Contactez-nous au 016 24 53 24 ou par email.

Par email

Partagez cet article

Articles liés

Possibilité d'augmenter l'indemnité de télétravail à partir du 1er juin 2022
Employeurs

Possibilité d'augmenter l'indemnité de télétravail à partir du 1er juin 2022

01 juin 2022 Ellen Van Grunderbeek

Le coût de l'électricité a fortement augmenté au cours des derniers mois. Par conséquent, le montant maximal de l'indemnité de télétravail sera également revu à la hausse à partir du 1er juin 2022.

En savoir plus
Rémunération : il n’y a pas que l’argent qui compte
Employeurs

Rémunération : il n’y a pas que l’argent qui compte

31 mai 2022 Catherine Langenaeken

Comment rémunérer et récompenser vos collaborateurs exactement ? Selon une étude récente de l’université de Gand, la possibilité de télétravailler réduit l’envie de demander une augmentation de salaire. Et selon une enquête réalisée par Acerta auprès de plus de 2000 travailleurs, la rémunération ne doit pas être uniquement composée d’argent.

En savoir plus
Un travailleur de la vingtaine sur deux envisage un changement de carrière
Employeurs

Un travailleur de la vingtaine sur deux envisage un changement de carrière

10 mai 2022 Nathalie Florent

Un travailleur sur trois souhaite donner une autre orientation à sa carrière. Ce sont surtout les travailleurs âgés de la vingtaine qui envisagent de travailler dans un autre secteur, selon une enquête menée auprès de plus de 2000 Belges actifs. Pourquoi ? Ils souhaitent se sentir plus utiles, trouver un meilleur équilibre entre vie professionnelle...

En savoir plus