Précédent

Que faut-il retenir de l'accord de coalition de Bruxelles ?

23 octobre 2019 Olivier Marcq Employeurs

C’était le 17 septembre dernier : à Bruxelles, les six partis (PS, Ecolo, Défi, Groen, Open Vld et One.Brussels-SPA) du nouveau gouvernement arrivent à un compromis pour baliser les grands chantiers et tracer les contours des mesures qu’ils entendent prendre pour la capitale durant les cinq années à venir. Olivier Marcq, juriste chez Acerta, s’est plongé dans ce document pour synthétiser et commenter trois grandes orientations que le nouveau gouvernement compte donner à la politique de l’emploi.

Il est important de comprendre que cette déclaration de politique régionale n'a pas un impact direct sur les citoyens et les entreprises, et qu’avant l'entrée en vigueur des mesures envisagées, le processus législatif traditionnel doit être respecté.

Temps de lecture: Lire plus tard ?

Renforcement des politiques croisées emploi-formation-enseignement

Le nouveau gouvernement bruxellois fait de la mise en place des pôles formation-emploi, prévus par un accord-cadre sectoriel, l’un de ses chantiers prioritaires. L’objectif est double : faire de ces pôles des outils d’un partenariat bénéfique entre les services publics de l’emploi et de la formation et les secteurs, et leur donner une assise réglementaire régionale et communautaire. Quatre pôles sont d’ores et déjà prévus (transport et logistique, industrie technologique, construction et technologies de l’information/communication), et le gouvernement compte soutenir la création d’un pôle lié à l’alimentation durable. Il entend par ailleurs conclure un accord-cadre sectoriel avec le secteur non-marchand concernant principalement la promotion des métiers et la formation dans les différentes branches d’activités du secteur.

Le gouvernement semble conscient des difficultés rencontrées par les entreprises à pourvoir certaines fonctions. C’est une réalité du marché. La nouvelle coalition compte donc mettre en œuvre un plan d’action visant à endiguer les pénuries d’emploi ou fonctions critiques. Ce plan passera par une évaluation de la législation relative aux permis de travail, et par la promotion des métiers en manque d’image. C’est une bonne base de travail, si la politique suit bien les réalités et besoins du marché. La volonté affichée de soutenir auprès du gouvernement fédéral la mise en œuvre d’un plan stratégique interfédéral ‘Vacances d’emploi et qualification’ pour faciliter le recrutement des entreprises et renforcer le développement du niveau de qualification dans la Région est un autre point important.

Objectif : un emploi durable et de qualité

Le gouvernement entend accroître significativement les possibilités, pour les chercheurs d’emploi bruxellois, d’accéder à un emploi de qualité et d’y évoluer pleinement. Il veut aussi lancer la réforme du dispositif de ‘congé-éducation payé’ pour en faire un véritable outil de formation continue, et doit également donner suite à l’évaluation des projets-pilotes de réduction collective de temps de travail menés au sein des administrations et services publics.

L’aspect durable est bien sûr essentiel, mais l’adaptabilité a aussi son importance dans le cadre de la mutation du marché du travail. Tout évolue toujours plus vite, et ça a une influence sur l’activité de nombreux travailleurs. Le gouvernement envoie un message assez positif quand il dit qu’il compte, en concertation avec les partenaires sociaux, veiller à la mise en place d’un dispositif permettant la création rapide de cellules de reconversion emploi-formation en vue du reclassement ou de la reconversion des travailleurs. Il doit aussi anticiper les transformations des activités des entreprises en promouvant la gestion prévisionnelle des emplois et des qualifications, les formules de job-rotations, d’alternance de reconversion et d’alternance de promotion. Tout ceci cadre assez bien avec la nécessité pour n’importe quel employeur d’envisager un rematching proactif, pour proposer à chaque travailleur le rôle qui lui convient le mieux, en fonction des besoins de l’entreprise bien sûr, mais aussi des compétences du travailleur (qui a l’occasion de les approfondir) et, surtout, de la motivation de ce dernier.

La formation professionnelle, levier essentiel d’une politique d’emploi

Alors que la digitalisation de l’économie demande des profils de plus en plus pointus, la main-d’œuvre disponible à Bruxelles est de plus en plus fragile et très peu diplômée (60 % des chercheurs d’emploi n’ont pas de diplôme de l’enseignement secondaire supérieur reconnu).

Proposer des solutions pour des emplois en évolution (et en pénurie) est essentiel, mais l’emploi doit toujours s’envisager de concert avec la formation. Le gouvernement dit ainsi vouloir être attentif au fait que la programmation de l’offre de formation rencontre à la fois les besoins des publics bruxellois et ceux du marché du travail, pour encourager le taux d’insertion le plus élevé possible sur le marché au sortir des formations professionnalisantes. La formation professionnelle et la reprise d’études sont des leviers essentiels pour accroître les possibilités pour les chercheurs d’emploi bruxellois de bénéficier durablement d’un emploi de qualité. Envisager ces composantes en restant attentifs aux besoins du marché du travail et en pensant à assez long terme peut déboucher sur une politique d’emploi positive pour le travailleur (qui comptera sur un emploi durable et de qualité) et pour l’employeur (qui comptera sur les profils nécessaires aux besoins de son entreprise).

Restez au courant de l’actualité !

Lors de riches et brèves sessions de 2 heures, l’actualité socio-juridique vous est expliquée.

Plus d’informations
Partagez cet article
Olivier Marcq

Écrit par Olivier Marcq

Juriste chez Acerta

Articles liés

Régime du tiers payant : moins de frais liés à l’abonnement de train de vos travailleurs
Employeurs

Régime du tiers payant : moins de frais liés à l’abonnement de train de vos travailleurs

20 novembre 2019 Nele Mertens

Avez-vous déjà entendu parler du régime du tiers payant ? Avec ce régime avantageux, la SNCB assume une partie des frais de l’abonnement de train de vos travailleurs. À une époque où l’accent est de plus en plus mis sur la mobilité durable, ce régime devient très intéressant pour les employeurs.

En savoir plus
Mesures autour de la mobilité en Flandre, en Wallonie et à Bruxelles
Employeurs

Mesures autour de la mobilité en Flandre, en Wallonie et à Bruxelles

14 novembre 2019 Olivier Marcq

Entretemps, les trois Régions belges ont formé leur gouvernement et ceci s’accompagne d’une déclaration de politique régionale. Les Gouvernements flamands, wallons et bruxellois y expliquent leurs résolutions et priorités pour différents thèmes comme l’éducation, le travail, l’économie sociale et la mobilité.

En savoir plus
Primes d’encouragement flamandes, comment voir les arbres cachés par la forêt ?
Employeurs

Primes d’encouragement flamandes, comment voir les arbres cachés par la forêt ?

04 novembre 2019 Nele Vandendriessche

Votre travailleur prend un crédit-temps ou un congé thématique (congé parental, congé pour assistance médicale, congé pour soins palliatifs) ? Il peut obtenir une prime d’encouragement flamande.

En savoir plus