Précédent

Six travailleurs sur dix affirment que leur employeur se soucie de leur bien-être

08 juin 2021 Sylvie Michaux Employeurs

La pandémie a placé le bien-être en tête des priorités. Notre enquête annuelle Talent Pulse, réalisée en partenariat avec le site d’emploi StepStone, révèle que la majorité des travailleurs (56 %) estiment que leur employeur se soucie de leur bien-être. Les employeurs, quant à eux, jugent leurs efforts légèrement plus élevés.

Temps de lecture: Lire plus tard ?

56 % des travailleurs déclarent que leur employeur s’intéresse à leur bien-être

Les travailleurs belges considèrent qu’il est important de pouvoir travailler pour une organisation qui soutient leur bien-être. Heureusement, près de six collaborateurs sur dix (56 %) estiment travailler pour un employeur qui se préoccupe de leur bien-être mental.

Ces chiffres signifient également qu’une grande partie des employeurs ne parviennent pas à donner à leur personnel le sentiment de se soucier de leur bien-être. 23 % des collaborateurs affirment même que leur employeur n’a pris aucune mesure en faveur de leur bien-être mental au cours de l’année écoulée.

Un travailleur sur cinq risque le burn out

En raison du manque d’initiatives visant à accroître le bien-être, près d’un travailleur sur cinq estime qu’il pourrait bientôt être victime de burn out. Depuis l’apparition du coronavirus et du télétravail obligatoire, de nombreux travailleurs passent plus de temps derrière leur écran d’ordinateur. Nous avons davantage de réunions en ligne, envoyons plus d’e-mails et avons moins de contacts réels. Après plus d’un an, les effets de cette situation commencent à se faire sentir.

Bien qu’une grande partie des collaborateurs ne semblent pas convaincus des efforts déployés par leur employeur en matière de bien-être, 93 % des dirigeants d’entreprise se disent soucieux de la santé mentale de leurs travailleurs. En d’autres termes, la différence de perception entre le vécu des collaborateurs et les actions prises par les employeurs est considérable.

Combler le fossé qui sépare la perception des collaborateurs et celle des employeurs

Le travail hybride, qui s’effectue en partie à domicile et en partie au bureau, permet aux entreprises qui le souhaitent d’améliorer les performances et de faire baisser l’absentéisme pour cause de maladie. Si vous comptez créer un modèle hybride, veillez à préserver la continuité de l’interaction humaine et à éviter l’isolement social des travailleurs. Les collaborateurs qui se trouvent sur leur lieu de travail peuvent ainsi rester en contact permanent avec ceux qui travaillent à domicile, et inversement.

Assurer une communication claire et ouverte

Que recommandent les travailleurs à leurs employeurs en matière de bien-être ? Selon 42 % d’entre eux, des actions concrètes sont nécessaires pour améliorer l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée. En effet, la moitié des personnes interrogées ont indiqué que cet équilibre était fortement perturbé par le travail à domicile. Des accords clairs sur la déconnexion, la disponibilité et l’accessibilité, entre autres, peuvent contribuer à rétablir cet équilibre. Par ailleurs, les travailleurs placent la communication encore plus haut dans la liste des priorités : 49 % d’entre eux plaident pour une communication claire et transparente. 87 % des employeurs affirment toutefois être déjà (fortement) engagés dans cette voie.

La communication en ligne laisse place à un risque naturellement plus élevé de mauvaise communication. Discuter d’un point de manière formelle ou informelle n’est pas facile en l’absence de contact quotidien. Si vous souhaitez assurer une bonne collaboration avec votre équipe, il est donc crucial, entre autres, de conclure des accords clairs sur les résultats souhaités, de discuter régulièrement des délais, de la faisabilité, de l’ordre des priorités et de la qualité du travail, mais aussi de prendre occasionnellement (spontanément) le pouls et de demander comment se portent vos travailleurs.

Définir la communication et l’interaction au sein d’une organisation est loin d’être un jeu d’enfants lorsque de nombreux collaborateurs travaillent tantôt à domicile, tantôt à différents endroits. Les responsables jouent un rôle crucial à cet égard. Pour ce faire, guidez vos responsables à travers leur nouveau rôle, afin qu’ils puissent parvenir à leur tour à accompagner leurs collaborateurs – en bonne santé mentale et physique – dans leur lieu de travail hybride. Les responsables devraient même inviter leurs collaborateurs à prendre part au développement d’actions concrètes, car, généralement, ils ont déjà de bonnes idées sur la façon dont le « travail hybride » peut fonctionner.

Améliorez le bien-être de vos collaborateurs

Mieux vaut prévenir que guérir. Entamez donc vous aussi la lutte contre le stress au travail et investissez dans le bien-être de vos collaborateurs. Les experts d’Acerta peuvent vous guider, votre organisation et vous, dans cette démarche.

Veillez au bien-être

Partagez cet article

Acerta_ Sylvie Michaux

Écrit par Sylvie Michaux

Senior Consultant Acerta

Articles liés

Le plan d'action annuel : échéance le 1 novembre 2021
Employeurs

Le plan d'action annuel : échéance le 1 novembre 2021

22 septembre 2021 Inge Verdonck

Chaque année, les employeurs doivent se conformer aux obligations légales en matière de sécurité, de santé et de bien-être au travail. La date limite pour soumettre ce plan d'action annuel est en vue.

En savoir plus
Déconnecter : surtout une question d’accords
Employeurs

Déconnecter : surtout une question d’accords

27 juillet 2021 Sylvie Michaux

Selon une étude d’Acerta, 1 organisation sur 5 prévoit des mesures pour déconnecter du travail. Le bien-être au travail devient un atout important sur un marché de l’emploi en pénurie.

En savoir plus
50 % des travailleurs veulent retourner sur leur lieu de travail à mi-temps
Employeurs

50 % des travailleurs veulent retourner sur leur lieu de travail à mi-temps

25 mai 2021

47 % des travailleurs belges souhaitent revenir au bureau à mi-temps. Pour 40 % d’entre eux, la vaccination est le facteur décisif pour un retour dans ces conditions. C’est ce qui ressort de l’enquête Talent Pulse réalisée par Acerta et StepStone.

En savoir plus