Précédent

« Tout le monde sur le pont » : le plan de relance flamand prend forme progressivement

28 avril 2021 Inge Verdonck Employeurs

Fin 2020, le gouvernement flamand et les partenaires sociaux flamands sont parvenus à un accord sur la relance du marché du travail flamand à la suite de la crise du coronavirus. Le plan s’intitule « Tout le monde sur le pont » et représente un budget de 190 millions d’euros. Les trois priorités du plan sont une offensive en matière de formation et de carrière, une numérisation inclusive et orientée vers les personnes et une stratégie visant à créer des emplois durables pour tous.

Temps de lecture: Lire plus tard ?

1. Mise en place de formations et de l’accompagnement de carrière

Le gouvernement flamand se sert de la crise du coronavirus pour intensifier l’apprentissage continu et les carrières flexibles. 2021 doit être « l’année de la formation » pour les demandeurs d’emploi, ainsi que pour les travailleurs et les chômeurs temporaires qui souhaitent se réorienter. De nouvelles actions, sous la supervision du VDAB, ont pour but de contrer l’afflux des jeunes non qualifiés et de faciliter une transition solide entre l’enseignement et le marché du travail afin d’éviter les carrières précaires. L’apprentissage sur le lieu de travail est encouragé (notamment par l’augmentation du bonus de stage) et pourrait éventuellement être mis en place dans l’enseignement supérieur et l’enseignement pour adultes.

Le VDAB travaille à l’élargissement de l’offre de formation en ligne et à une politique de reconnaissance plus large des formations axées sur le marché du travail. En 2021, jusqu’à la moitié des chômeurs temporaires intensifs devraient avoir la possibilité de participer à une formation, à un stage, d’effectuer un travail bénévole ou d’occuper un emploi temporaire, le cas échéant selon une approche sectorielle spécifique.

Le congé de formation flamand est également renforcé. À titre expérimental, un droit d’initiative conjointe temporaire sera introduit à la rentrée prochaine, par lequel l’employeur et le travailleur conviennent de la formation à suivre. Dans ce contexte, le quota d’heures de congé passera de 125 à un maximum de 250 heures. La limite inférieure sera alors abaissée de 32 à 16 heures pour les formations demandées dans le cadre de ce droit d’initiative conjointe.

L’accompagnement de carrière interne est encouragé au sein des entreprises. Pour les collaborateurs licenciés qui ne remplissent pas les conditions requises pour un outplacement, de courts entretiens de carrière ou une formation aux candidatures sont également prévus. Enfin, pour chaque collaborateur, un contrôle dit de compétence sera mis en place à l’initiative du travailleur ou de l’employeur.

2. Transformation numérique

Le coronavirus a fait s’accélérer la transition numérique. Le plan de relance vise donc à développer les compétences et les talents numériques et à fournir un soutien maximal à cet égard. Un plan d’action permettra de renforcer l’apprentissage en ligne chez les partenaires de formation. L’extension temporaire du congé de formation flamand pour l’apprentissage mixte pendant l’année scolaire en cours sera évaluée et peut-être inscrite de manière définitive dans la réglementation pour l’année scolaire 2021-2022.

Un compte de formation et de carrière est actuellement développé par phases en collaboration avec les partenaires sociaux. Il pourra faire partie d’une plateforme numérique. À terme, cette plateforme pourrait inclure des suggestions en matière d’orientation, d’accompagnement et de formation professionnels. Le VDAB continue de collaborer avec les secteurs et les entreprises afin de pourvoir plus rapidement les postes vacants, notamment en se faisant plus rapidement une idée des emplois en pénurie et des possibilités d’emploi (approche employeur). Il est également prévu de simplifier l’organisation de salons de l’emploi virtuels et l’envoi de candidatures numériques.

Le gouvernement flamand s’est aussi engagé en faveur d’une économie et d’une société fondées sur les données et s’efforce d’utiliser ces dernières ainsi que les connaissances scientifiques comme éléments de base d’une politique de l’emploi fondée sur des preuves.

3. Emploi durable

La troisième priorité du plan de relance est axée sur le renforcement de la résilience et une occupation maximale et durable. Le VDAB s’engage à accompagner ceux qui perdent leur emploi à cause du coronavirus. D’une part, cela exige des entreprises et des organisations qu’elles se concentrent sur un recrutement large et misent sur la formation ainsi que l’apprentissage sur le lieu de travail. D’autre part, cela nécessite un marché du travail sur lequel la mobilité professionnelle au sein d’une même entreprise, entre les entreprises et entre les secteurs permet des transitions plus fluides entre les emplois.

La capacité de médiation et de formation du VDAB sera utilisée à cette fin en collaboration avec des partenaires externes. Le VDAB veut se concentrer sur une activation au sens large en réponse à la pénurie structurelle qui sera toujours perceptible après la crise.

Le marché du travail devra également devenir plus inclusif et prêter attention à la réserve de main-d’œuvre au sein du groupe diversifié des personnes sans emploi. Dans ce contexte, la réintégration des personnes bénéficiant d’une allocation de maladie est renforcée par des actions visant les personnes elles-mêmes, les employeurs, les intermédiaires et le secteur des soins de santé.

Enfin, il revient aux secteurs de rechercher des possibilités d’employer des chômeurs (temporaires) pendant un certain temps pour des activités et des fonctions en pénurie. Le VDAB devrait également faciliter ce processus afin que les travailleurs puissent être orientés des secteurs en déclin vers les secteurs en croissance et les postes vacants. À cette fin, des projets pilotes seront mis sur pied pour permettre le partage des travailleurs en fonction des besoins temporaires ou à plus long terme.

Suite

Le plan de relance se transforme petit à petit en législation et en plans d’action plus concrets. Vous trouverez de plus amples informations sur le site web du gouvernement flamand, Alle hens aan dek | Vlaanderen.be, où vous trouverez également un calendrier des différentes étapes du déploiement du projet.

Investissez dans les talents de vos collaborateurs

Préparez votre entreprise et vos collaborateurs pour l’avenir. Faites confiance à Acerta pour révéler tous ces talents inexploités, afin que vos collaborateurs prennent plaisir à relever les défis d’aujourd’hui et de demain.

Développement de talents

Partagez cet article

Inge Verdonck

Écrit par Inge Verdonck

Conseillère juridique chez Acerta

Articles liés

Fin de l’interdiction de voyager : quelles sont les conséquences pour les employeurs ?
Employeurs

Fin de l’interdiction de voyager : quelles sont les conséquences pour les employeurs ?

27 avril 2021 Ellen Van Grunderbeek

L’interdiction concernant les voyages non essentiels a été levée le 19 avril dernier, entraînant ainsi le retour des règles introduites précédemment en matière de dépistage et de quarantaine. Voici les conséquences si votre travailleur franchit désormais la frontière.

En savoir plus
Nouvelles mesures de soutien pour l’horeca et les secteurs sévèrement impactés
Employeurs

Nouvelles mesures de soutien pour l’horeca et les secteurs sévèrement impactés

22 avril 2021 Ellen Van Grunderbeek

Le gouvernement fédéral a prévu de mettre en place de nouvelles mesures de soutien socio-économique supplémentaire destinées à la relance de divers secteurs. Dans cet article, nous vous donnons un aperçu des nouvelles mesures de soutien.

En savoir plus
Prolongation et extension des mesures d’aide
Employeurs

Prolongation et extension des mesures d’aide

13 avril 2021 Annelies Bries

Op 13 april werd in het Belgisch staatsblad een wet gepubliceerd met steunmaatregelen voor werkgevers en werknemers. Acerta geeft je een overzicht van de nieuwe en verlengde steunmaatregelen.

En savoir plus