Précédent

Un beau jour, vous trouverez... l’étudiant jobiste de votre vie

07 juin 2019 Employeurs

La fin de l’année scolaire approche. Bientôt, une multitude d’étudiants jobistes feront à nouveau leur entrée dans le monde du travail. Cela tombe à pic, car la période estivale est pour de nombreuses entreprises la plus chargée de l’année. Une aide supplémentaire s’accueille donc à bras ouverts. Vous avez trouvé l’étudiant idéal et vous souhaitez l’engager ? C’est possible, si vous avez contrôlé les points d’attention suivants.

Temps de lecture: Lire plus tard ?

Ne qualifiez pas tous les étudiants d’« étudiant jobiste »

Tout le monde ne peut pas mettre la main à la pâte en tant qu’étudiant jobiste. En premier lieu, la personne concernée doit être étudiant à titre principal et étudier régulièrement. Ce critère exclut ainsi directement les personnes inscrites aux cours du soir et les élèves en contrat d’apprentissage. Les jeunes en formation en alternance peuvent éventuellement entrer en considération comme étudiant jobiste, à condition qu’ils ne reçoivent pas d’allocations de chômage ou d’insertion.

En outre, il existe également des conditions d’âge. Un étudiant ne peut accepter un emploi d’étudiant qu’à partir de 15 ans et s’il a passé les 2 premières années d’études de l’enseignement secondaire. Qu’il ait réussi ou non n’a pas d’importance. Dans d’autres cas, l’étudiant jobiste doit avoir au moins 16 ans.

Maximum 475 heures par année civile

Auparavant, un étudiant jobiste ne pouvait travailler que 50 jours par an. Il y a environ deux ans et demi, ce total a été porté à maximum 475 heures par année civile, et ce, sans que celles-ci soient soumises aux cotisations ONSS normales. En principe, la durée normale du travail s’élève en moyenne à 8 heures par jour avec un maximum de 38 heures par semaine. Comme une multitude d’exceptions existent à cette règle, vérifiez bien les dispositions d’application dans votre secteur.

Bien sûr, vous n’êtes pas contraint d’occuper vos étudiants jobistes seulement pendant les vacances d’été. Vous pouvez aussi les employer après les heures d’école, pendant les week-ends ou autres périodes de vacances. L’étudiant peut prendre les 475 heures de façon totalement libre, en concertation avec son employeur. Vérifiez donc toujours le nombre d’heures que votre étudiant jobiste potentiel a peut-être déjà prestées ailleurs. Autre point important à savoir : une période d’essai vaut automatiquement pour les 3 premiers jours de travail de l’étudiant jobiste.

Voici comment établir un contrat étudiant

Vous devez conclure un contrat écrit à durée déterminée avec chaque étudiant que vous engagez, et ce, pour une durée maximale d’un an. Votre étudiant et vous-mêmes signez ce contrat étudiant. Du reste, vous remettez à votre nouvel étudiant jobiste une copie du règlement de travail et lui faites signer un accusé de réception. N’oubliez pas non plus d’envoyer la déclaration Dimona, au plus tard, au moment de l’entrée en service.

En termes de rémunération, les étudiants jobistes ont au moins droit au barème sectoriel. Tout comme pour vos autres collaborateurs, vous devez également intervenir dans les frais des déplacements domicile-lieu de travail de vos étudiants jobistes. Les étudiants sont soumis à 8,14 % de cotisations de solidarité, vous devez toutefois remplir certaines conditions pour bénéficier de ce tarif avantageux.

En savoir plus sur le travail étudiant ?

Ne manquez pas de jeter un coup d’œil à notre publication gratuite dans laquelle vous trouverez un récapitulatif détaillé de toutes les obligations concernant le travail étudiant.

Téléchargez la brochure

Partagez cet article

Articles liés

Employeurs : que faire si votre travailleur décide de voyager en zone à risque ?
Employeurs

Employeurs : que faire si votre travailleur décide de voyager en zone à risque ?

09 juillet 2020 Amandine Boseret

Si votre travailleur se rend dans une telle zone à risque, cela peut avoir des effets sur l’exécution de son contrat de travail. Quels sont alors les droits de l’employeur vis-à-vis du travailleur ? Qu’est-ce que l’employeur peut demander ou exiger d’un travailleur ?

En savoir plus
Nouvelles obligations lorsque vous invoquez le chômage temporaire
Employeurs

Nouvelles obligations lorsque vous invoquez le chômage temporaire

08 juillet 2020 Annelies Bries

Vous appliquez le chômage temporaire à la suite des mesures liées au coronavirus ? Sachez que de nouvelles obligations s’appliquent à partir du 13 juillet. Quelques autres aspects ont également été réglés.

En savoir plus
En tant qu’employeur, êtes-vous obligé de mettre en place un système d’enregistrement du temps ?
Employeurs

En tant qu’employeur, êtes-vous obligé de mettre en place un système d’enregistrement du temps ?

08 juillet 2020 Annelies Bries

À en croire la Cour du travail de Bruxelles, il semblerait que oui : dans un arrêt notable, la Cour statue que tout employeur est tenu d’établir un système objectif, fiable et accessible destiné à enregistrer le temps de travail quotidien de chaque travailleur. Mais que se passe-t-il si l’employeur ne prévoit pas un tel système ?

En savoir plus