Précédent

Un beau jour, vous trouverez... l’étudiant jobiste de votre vie

07 juin 2019 Employeurs

La fin de l’année scolaire approche. Bientôt, une multitude d’étudiants jobistes feront à nouveau leur entrée dans le monde du travail. Cela tombe à pic, car la période estivale est pour de nombreuses entreprises la plus chargée de l’année. Une aide supplémentaire s’accueille donc à bras ouverts. Vous avez trouvé l’étudiant idéal et vous souhaitez l’engager ? C’est possible, si vous avez contrôlé les points d’attention suivants.

Temps de lecture: Lire plus tard ?

Ne qualifiez pas tous les étudiants d’« étudiant jobiste »

Tout le monde ne peut pas mettre la main à la pâte en tant qu’étudiant jobiste. En premier lieu, la personne concernée doit être étudiant à titre principal et étudier régulièrement. Ce critère exclut ainsi directement les personnes inscrites aux cours du soir et les élèves en contrat d’apprentissage. Les jeunes en formation en alternance peuvent éventuellement entrer en considération comme étudiant jobiste, à condition qu’ils ne reçoivent pas d’allocations de chômage ou d’insertion.

En outre, il existe également des conditions d’âge. Un étudiant ne peut accepter un emploi d’étudiant qu’à partir de 15 ans et s’il a passé les 2 premières années d’études de l’enseignement secondaire. Qu’il ait réussi ou non n’a pas d’importance. Dans d’autres cas, l’étudiant jobiste doit avoir au moins 16 ans.

Maximum 475 heures par année civile

Auparavant, un étudiant jobiste ne pouvait travailler que 50 jours par an. Il y a environ deux ans et demi, ce total a été porté à maximum 475 heures par année civile, et ce, sans que celles-ci soient soumises aux cotisations ONSS normales. En principe, la durée normale du travail s’élève en moyenne à 8 heures par jour avec un maximum de 38 heures par semaine. Comme une multitude d’exceptions existent à cette règle, vérifiez bien les dispositions d’application dans votre secteur.

Bien sûr, vous n’êtes pas contraint d’occuper vos étudiants jobistes seulement pendant les vacances d’été. Vous pouvez aussi les employer après les heures d’école, pendant les week-ends ou autres périodes de vacances. L’étudiant peut prendre les 475 heures de façon totalement libre, en concertation avec son employeur. Vérifiez donc toujours le nombre d’heures que votre étudiant jobiste potentiel a peut-être déjà prestées ailleurs. Autre point important à savoir : une période d’essai vaut automatiquement pour les 3 premiers jours de travail de l’étudiant jobiste.

Voici comment établir un contrat étudiant

Vous devez conclure un contrat écrit à durée déterminée avec chaque étudiant que vous engagez, et ce, pour une durée maximale d’un an. Votre étudiant et vous-mêmes signez ce contrat étudiant. Du reste, vous remettez à votre nouvel étudiant jobiste une copie du règlement de travail et lui faites signer un accusé de réception. N’oubliez pas non plus d’envoyer la déclaration Dimona, au plus tard, au moment de l’entrée en service.

En termes de rémunération, les étudiants jobistes ont au moins droit au barème sectoriel. Tout comme pour vos autres collaborateurs, vous devez également intervenir dans les frais des déplacements domicile-lieu de travail de vos étudiants jobistes. Les étudiants sont soumis à 8,14 % de cotisations de solidarité, vous devez toutefois remplir certaines conditions pour bénéficier de ce tarif avantageux.

En savoir plus sur le travail étudiant ?

Ne manquez pas de jeter un coup d’œil à notre publication gratuite dans laquelle vous trouverez un récapitulatif détaillé de toutes les obligations concernant le travail étudiant.

Téléchargez la brochure
Partagez cet article

Articles liés

Régime du tiers payant : moins de frais liés à l’abonnement de train de vos travailleurs
Employeurs

Régime du tiers payant : moins de frais liés à l’abonnement de train de vos travailleurs

20 novembre 2019 Nele Mertens

Avez-vous déjà entendu parler du régime du tiers payant ? Avec ce régime avantageux, la SNCB assume une partie des frais de l’abonnement de train de vos travailleurs. À une époque où l’accent est de plus en plus mis sur la mobilité durable, ce régime devient très intéressant pour les employeurs.

En savoir plus
Mesures autour de la mobilité en Flandre, en Wallonie et à Bruxelles
Employeurs

Mesures autour de la mobilité en Flandre, en Wallonie et à Bruxelles

14 novembre 2019 Olivier Marcq

Entretemps, les trois Régions belges ont formé leur gouvernement et ceci s’accompagne d’une déclaration de politique régionale. Les Gouvernements flamands, wallons et bruxellois y expliquent leurs résolutions et priorités pour différents thèmes comme l’éducation, le travail, l’économie sociale et la mobilité.

En savoir plus
Primes d’encouragement flamandes, comment voir les arbres cachés par la forêt ?
Employeurs

Primes d’encouragement flamandes, comment voir les arbres cachés par la forêt ?

04 novembre 2019 Nele Vandendriessche

Votre travailleur prend un crédit-temps ou un congé thématique (congé parental, congé pour assistance médicale, congé pour soins palliatifs) ? Il peut obtenir une prime d’encouragement flamande.

En savoir plus