Précédent

Démarrer comme dentiste : à pleines dents !

26 octobre 2018 Starters

Vous avez étudié pendant cinq ans pour obtenir votre diplôme de dentiste. Plus que quelques formalités à régler avant de vous lancer. Alors, serrez les dents : c’est l’heure de votre stage Pendant votre stage, vous êtes officiellement indépendant et vous devez déjà vous remplir les  formalités de démarrage. Si vous n’êtes pas un touche-à-tout administratif, inscrivez-vous gratuitement auprès d’Acerta : vous serez informé à chaque étape administrative. En plus des formalités de démarrage, il existe de nombreuses conditions professionnelles que vous devez également remplir.

Temps de lecture: Lire plus tard ?

1. Conditions professionnelles : visa provisoire, stage et numéro INAMI.

Si vous êtes diplômé en dentisterie, le Service fédéral de Santé Publique vous délivrera un visa provisoire. Rien d’autre à faire ! Vous pouvez vous consacrer à la recherche d’un stage agréé et d’un maître de stage dans la spécialité de votre choix : dentiste généraliste, orthodontie ou parodontie.

Vous soumettez un plan de stage aux Soins et Santé. Le comité de reconnaissance remettra un avis positif ou négatif. Si votre plan de stage est approuvé, vous recevrez un numéro provisoire INAMI « candidat dentiste en formation » de l’Assurance Maladie-Invalidité.

Et voilà déjà trois conditions professionnelles derrière vous !

2. Formalités de démarrage : votre démarrage administratif

  • Inscription à la Banque Carrefour des Entreprises (BCE) :
    • Numéro de code NACE dentiste: 86 230
    • Le premier enregistrement de votre activité en tant que  » société non commerciale est gratuit.
  • Enregistrement TVA :
    • Selon l’article 44 du code de la TVA, les activités de dentisterie sont exonérées si elles remplissent les conditions de l’article 4.
  • Affiliation à une Caisse d’Assurance Sociale
    • Vous informez votre mutualité que vous avez un statut indépendant à partir de la date de lancement de votre activité principale en tant dentiste.

Conseils comptables :

Même si vous êtes dentiste stagiaire, vous pouvez déjà faire un certain nombre de frais professionnels : par exemple, les frais d’adhésion à un organisme professionnel, les frais de voiture, les frais de téléphone, etc.

Vous avez le choix entre les frais réels et le forfait légal. Si vous optez pour les coûts réels, vous devez tenir une comptabilité précise de tous les coûts, ce qui nécessite une administration rigoureuse Consultez un comptable pour être conseillé sur le meilleur choix lors de votre première année d’activité.

3. Formalités de démarrage : assurances obligatoires

En tant que dentiste, vous devez, dès le début de votre activité, souscrire une assurance en responsabilité professionnelle qui couvre les frais dus à une faute professionnelle. L’assurance responsabilité civile est également obligatoire ; vous pouvez la comparer à « l’ assurance familiale », elle couvre les dommages subis par un tiers si vous commettez une erreur accidentellement. Assurez-vous que tout est en ordre avant de commencer !

4. Conditions professionnelles : demande d’agrément

À la fin de votre année de stage, vous avez, en tant que dentiste généraliste, un mois pour rendre votre carnet de stage. Ensuite, vous introduisez une demande d’agrément auprès des Soins et Santé.

Pour devenir dentiste spécialiste agréé, orthodontiste ou parodontiste, vous devez effectuer un stage de 4 ans. Pendant votre stage, vous soumettez déjà des rapports de stage et, à la fin de la période de stage, vous faites une demande de reconnaissance auprès des Soins et Santé.

5. Conditions professionnelles : numéro INAMI définitif

Si l’avis est positif, la commission d’agrément informera l’INAMI pour l’octroi de votre numéro INAMIdéfinitif. Vous mentionnez ce numéro sur tous les documents officiels.

En tant que dentiste débutant, vous avez droit au statut social INAMI et, donc, à une allocation annuelle versée par l’INAMI. Demandez-la tous les ans avant le 30 septembre

6. Conditions professionnelles : formation continue obligatoire ou accréditation.

L’accréditation n’est pas la même chose que l’agrément, mais peut être considérée comme un label de qualité. Vous êtes obligé de vous recycler et devez remplir certaines conditions pour rester accrédité. Mais vous recevez annuellement des honoraires d’accréditation, qui couvre en partie les frais de formation. L’accréditation est valable pendant cinq ans et peut être renouvelée. Voilà, vous remplissez maintenant les conditions professionnelles nécessaires.

7. Pensez aussi aux assurances complémentaires.

Dès le début de votre activité de dentiste, il est préférable de revoir votre protection sociale. Il existe de nombreuses assurances complémentaires que vous pouvez déduire fiscalement à 100% . Autre conseil : utilisez votre allocation INAMI pour augmenter partiellement votre propre protection sociale.

Partagez cet article

Articles liés

Vous lancer comme indépendant ? Une bonne préparation vaut de l'or !
Starters

Vous lancer comme indépendant ? Une bonne préparation vaut de l'or !

10 septembre 2019 Nadine Morren

Après le succès remporté l’année dernière, la Jedébute académie d’Acerta est de retour, avec encore plus d’ateliers gratuits. Car une bonne préparation vaut de l'or.

En savoir plus
Comment se lancer en tant qu’indépendant avec un bon salaire
Starters

Comment se lancer en tant qu’indépendant avec un bon salaire

09 septembre 2019

Vous venez de lancer votre activité d’indépendant et souhaitez vous verser un salaire attractif ? Si vous êtes libre de déterminer vous-même votre rémunération, il convient toutefois de tenir compte des conséquences fiscales. Quelles sont les alternatives intéressantes ?

En savoir plus
Salaire d’indépendant par rapport à celui d’un employé
Starters

Salaire d’indépendant par rapport à celui d’un employé

25 juin 2019

Devenir indépendant(e) ou conserver son statut de salarié(e) ? Veerle, thérapeute, a décidé de franchir le pas. Elle nous raconte quels ont été les changements les plus importants pour elle.

En savoir plus