Harcèlement et comportement non désiré au travail

Temps de lecture: Lire plus tard ?

L’enquête de notre partenaire IDEWE montre des chiffres brutaux : 19 pour cent des travailleurs sont régulièrement confrontés au harcèlement au travail. Douze pour cent expérimentent parfois de la violence, et dix pour cent sont victimes de comportement sexuel non désiré. Contre toutes ces formes de comportement transgressif, l’employeur doit agir de manière ferme et appropriée.

Comportement transgressif : vos obligations

La violence, le harcèlement et le comportement (sexuel) non désiré au travail sont reconnus par la loi comme des faits susceptibles de perturber sérieusement la relation de travail. Votre principale obligation en tant qu’employeur ? Établir une politique de prévention sur base d’une analyse des risques. En fonction du nombre de collaborateurs, vous confiez cette tâche à un service interne ou externe pour la prévention et la protection. Vous devez également reprendre certains éléments dans votre règlement de travail. De plus, le travailleur qui en est victime bénéficie d’une protection contre le licenciement.

 

Risques psychosociaux selon la loi

Les pouvoirs publics définissent les « risques psychosociaux » comme : « La probabilité qu’un travailleur subisse un dommage psychique qui peut également s’accompagner d’un dommage physique suite à l’exposition à une situation de travail comportant un danger. Cette situation de travail “dangereuse” peut faire référence à l’organisation du travail, aux conditions de travail, aux conditions de vie au travail, au contenu du travail ou aux relations interpersonnelles au travail. »

Les risques psychosociaux ont des conséquences sur votre collaborateur et sur votre organisation : d’une mauvaise ambiance de travail et de l’absentéisme à une baisse du taux de rétention et de la productivité ou de la qualité. En tant qu’employeur, vous devez tout mettre en œuvre pour prévenir les risques psychosociaux et limiter l’éventuel préjudice. Sur emploi.belgique.be, vous en apprendrez davantage sur les dispositions et moyens d’action légaux.

Mesures contre le comportement transgressif

Un collaborateur est victime de harcèlement au travail ou de comportement transgressif ? Alors, prenez les mesures suivantes :

  • Écoutez et montrez de la compréhension pour la plainte.
  • Redirigez le collaborateur vers le conseiller en prévention (interne ou externe).
  • Parlez à l’auteur de son comportement et des conséquences.
  • Appliquez les procédures telles que définies dans votre règlement de travail. Assurez-vous d’y avoir repris une politique claire qui prévient le harcèlement et y met fin.
  • Introduisez une plainte auprès de la direction générale Contrôle du bien-être au travail si les procédures internes ne donnent aucun résultat.

Garantissez le bien-être sur le lieu de travail

Prendre soin de vos collaborateurs exige une approche large, tout au long de la carrière. L’ouvrage « Zorg voor de medewerkers » clarifie les soins au personnel et comment les soutenir au mieux. Commandez-le dès maintenant chez Acerta.

Grâce à notre expérience poussée en matière de ressources humaines, nous vous conseillons sur une série de problèmes susceptibles de survenir sur le lieu de travail. Vous assumez ainsi votre responsabilité légale pour réprimer le harcèlement au travail, les risques psychosociaux, la violence, les accidents du travail, etc., et les aborder de manière appropriée.

À la recherche de plus de réponses ?

À la recherche de plus de réponses ?

Trouver rapidement une réponse correcte et claire à vos questions relatives aux RH et au payroll en tant qu’employeur ? Acerta s’en charge.

Consultez tous nos dossiers pour les employeurs Consultez tous les articles à ce sujet