Précédent

Au chômage temporaire ? Il existe une meilleure solution

09 avril 2020 Kathelijne Verboomen Employeurs

Le coronavirus chamboule le marché de l’emploi. Tandis qu’il implique de nombreuses heures supplémentaires pour certains secteurs, notamment pour les services de soins de santé, la grande distribution et les services de sécurité, d’autres se voient contraints de mettre beaucoup de travailleurs au chômage. Une situation que nous ne pouvons pas maintenir longtemps, sous peine de foncer tout droit vers un suicide économique. Mais quelle solution apporter à cette situation ? Différents discours penchent pour le partage de travailleurs.

Temps de lecture: Lire plus tard ?

Chercher à retrouver l’équilibre

Le chômage temporaire est une réalité pour un million de travailleurs. Ils observent la situation, impuissants, depuis le banc de touche. Toutefois, compte tenu des mesures actuelles, au moins 25 % de ces personnes pourraient être payées pour travailler là où le besoin est le plus grand. Un exemple pratique : le personnel qualifié des centres de jour qui ont dû fermer peut aider ses collègues du secteur des soins de santé. La demande est là, l’offre aussi. Nous pouvons en effet rechercher un équilibre dans cette période qui nous l’a fait perdre.

Les personnes inactives de nouveau actives

Faites passer vos collaborateurs au chômage temporaire du statut « inactif » à « à nouveau actif » grâce au principe de double employeur. Ce principe – relativement nouveau – offre aux employeurs la possibilité de se partager du personnel. De cette manière, les travailleurs qui ont déjà un contrat de travail peuvent aller travailler temporairement pour un autre employeur. Cette solution ne s’applique pas qu’aux personnes au chômage temporaire du secteur privé, mais aussi aux enseignants et autres fonctionnaires qui restent actuellement chez eux et ne peuvent pas travailler.

Avantages du partage de travailleurs

Le partage de travailleurs, par exemple par le biais des employeurs multiples, présente des avantages intéressants. Grâce à cette solution, votre travailleur au chômage temporaire peut encore percevoir un salaire complet. Dans l’idéal, votre collaborateur recevra même une partie de la prime de chômage temporaire en plus d’un salaire supplémentaire (limité) pour les heures effectivement travaillées. Autre avantage : votre collaborateur vit de nouvelles expériences et retournera donc « enrichi » sur son lieu de travail.

La base est là

Continuer à faire tourner l’économie n’est possible que si un maximum de personnes continue à travailler. Aujourd’hui, il est déjà possible d’avoir recours à la solution des employeurs multiples. De plus, une étude d’Acerta nous apprend que 6 employeurs sur 10 sont ouverts à l’idée de partager leur personnel avec d’autres entreprises. Un soutien existe donc.

En savoir plus sur le partage de travailleurs ?

Vous êtes confronté à une pénurie de personnel et vous voulez savoir où trouver de nouvelles forces de travail ? Ou, au contraire, vous n’avais pas assez de travail pour vos travailleurs. Pouvez-vous les faire travailler chez un autre employeur ? Découvrez toutes les réponses dans notre QFP.

En savoir plus

Partagez cet article

Acerta_Kathlijne_Verboomen

Écrit par Kathelijne Verboomen

Director Acerta Consult

Articles liés

Réduction des allocations de crédit-temps : les principaux changements
Employeurs

Réduction des allocations de crédit-temps : les principaux changements

31 janvier 2023 Amandine Boseret

Le crédit-temps pour motif reste possible, mais le droit de percevoir des allocations complémentaires de l’ONEM est réduit à partir de février 2023. Acerta résume les changements et répond aux principales questions suite à cette évolution.

En savoir plus
L’indemnité vélo deviendra obligatoire
Employeurs

L’indemnité vélo deviendra obligatoire

31 janvier 2023 Nele Mertens

Le Conseil National du Travail a conclu une CCT qui prévoit une obligation générale pour l’employeur d’accorder une indemnité vélo.

En savoir plus
Prime de pouvoir d’achat : que savons-nous déjà ?
Employeurs

Prime de pouvoir d’achat : que savons-nous déjà ?

30 janvier 2023 Ellen Van Grunderbeek

Fin novembre 2022, le gouvernement a conclu un accord sur la marge salariale 2023-2024. Cet accord prévoit une prime de pouvoir d’achat.

En savoir plus