Précédent

Davantage de bonus octroyés malgré le coronavirus

08 décembre 2020 Catherine Langenaeken Employeurs

La crise sanitaire n’a pas encore eu de répercussions sur les bonus que les entreprises versent à leurs collaborateurs cette année. En 2020, pas moins de 18 % d’employés de plus que l’année dernière recevront un bonus, selon notre analyse basée sur les données de 40 000 employeurs du secteur privé. Nous nous attendons cependant à ce que la crise du coronavirus ait un impact sur les bonus en 2021.

Temps de lecture: Lire plus tard ?

18 % de bonus supplémentaires versés par rapport à l’année dernière

Les bonus versés cette année se rapportent principalement aux résultats de l’entreprise de l’année dernière. À cet égard, 2019 a été une année particulièrement forte, caractérisée par des pénuries sur le marché de l’emploi qui se sont fait sentir dans de nombreux secteurs et entreprises. Nous constatons également que de plus en plus d’entreprises troquent la politique salariale traditionnelle pour un salaire variable, lié aux résultats, en complément du salaire fixe.

Ainsi, plus d’un quart (25,5 %) des employés du secteur marchand se verront octroyer un bonus en 2020, contre 21,3 % en 2019. Cette croissance se chiffre donc à 18 %. Le montant moyen du bonus octroyé passe de 2966,13 euros pour l’année 2019 à 5019,51 euros pour l’année 2020, soit une augmentation de 69 % en moyenne.

Le bonus non récurrent remporte la victoire

Le bonus collectif, et en particulier le bonus non récurrent, est le grand vainqueur de l’année 2020 : environ 14,6 % des employés (contre 11,4 % en 2019) recevront un bonus non récurrent cette année. Ce type de bonus est accordé lorsque les objectifs fixés par l’entreprise ont été atteints. La popularité de ce régime s’explique par le fait qu’il soit avantageux : l’effort brut de l’employeur fournit le rendement net le plus élevé pour le collaborateur.

Les warrants ont également la cote. Cette année, ils se hissent sur la deuxième marche du podium : 6,3 % des employés en recevront en 2020, contre 5,9 % en 2019. Le principal avantage des warrants est qu’ils sont exonérés de cotisations de sécurité sociale, sous réserve d’un certain nombre de conditions. Cela représente un gain net supplémentaire de près de 37 %. En outre, les warrants peuvent également être convertis rapidement en espèces.

Cette année, le grand perdant est le bonus salarial, qui constitue l’option la moins intéressante sur le plan fiscal. Seuls 1,3 % des employés (contre 2 % en 2019) recevront un bonus salarial en 2020.

Impact attendu sur les bonus en 2021

Le bonus collectif se portera-t-il aussi bien en 2021 ? On peut en douter. La crise actuelle pèse en effet sur les résultats de nombreuses entreprises, ce qui a inévitablement des conséquences sur l’octroi d’une rémunération (variable) liée aux prestations ou d’une participation bénéficiaire pour l’année prochaine. Nous nous attendons à ce que davantage de bonus restent au frigo en 2021. Les employeurs ne peuvent accorder des extras financiers que s’ils disposent d’une marge de manœuvre financière suffisante. Pour connaître le plein effet du coronavirus sur les bonus, nous devrons attendre les chiffres des premier et deuxième trimestres de 2021. Il ne nous reste donc plus qu’à nous armer de patience.

Rémunérer et récompenser

Optimisez vos frais salariaux à l’aide d’une politique salariale attrayante.

En savoir plus

Partagez cet article

catherine-langenaeken

Écrit par Catherine Langenaeken

Senior Legal Consultant

Articles liés

L’indemnité vélo deviendra obligatoire
Employeurs

L’indemnité vélo deviendra obligatoire

31 janvier 2023 Nele Mertens

Le Conseil National du Travail a conclu une CCT qui prévoit une obligation générale pour l’employeur d’accorder une indemnité vélo.

En savoir plus
Réduction des allocations de crédit-temps : les principaux changements
Employeurs

Réduction des allocations de crédit-temps : les principaux changements

31 janvier 2023 Amandine Boseret

Le crédit-temps pour motif reste possible, mais le droit de percevoir des allocations complémentaires de l’ONEM est réduit à partir de février 2023. Acerta résume les changements et répond aux principales questions suite à cette évolution.

En savoir plus
Prime de pouvoir d’achat : que savons-nous déjà ?
Employeurs

Prime de pouvoir d’achat : que savons-nous déjà ?

30 janvier 2023 Ellen Van Grunderbeek

Fin novembre 2022, le gouvernement a conclu un accord sur la marge salariale 2023-2024. Cet accord prévoit une prime de pouvoir d’achat.

En savoir plus