Précédent

Occupation étrangère : occuper des travailleurs aux Pays-Bas est-il plus évident qu’en Belgique ou en France ?

07 septembre 2020 Christophe Hameeuw Employeurs

Vous envisagez d’exporter vos activités à l’étranger ? Ne laissez pas la complexité administrative d’un pays freiner votre croissance. Entreprendre et occuper du personnel n’est pas une question de difficulté. Il s’agit surtout d’être bien informé(e) des règles en vigueur.

Temps de lecture: Lire plus tard ?

Entreprendre à l’étranger : quels pays sont à « (dé)conseiller » ?

Le droit belge du travail a la réputation d’être un réel casse-tête. Cette réputation n’est pas totalement injustifiée. Mieux encore : notre payroll est l’un des plus complexes au monde. Mais qu’en est-il de nos pays voisins ? Nous avons demandé l’avis d’employeurs.

Leur avis est le suivant : il n’est pas évident d’occuper des travailleurs en France, aux Pays-Bas, c’est du gâteau et les avis sont partagés dans le cas du Luxembourg, de l’Allemagne et de l’Angleterre. On aime peu ce qui nous est inconnu ?

La situation réelle dans nos pays voisins

Ces dernières années, la France a introduit de nombreuses modifications et obligations dans sa législation, comme l’affiliation auprès d’une « mutuelle », la retenue du précompte professionnel au niveau du payroll ainsi qu’une série de mesures préventives, d’obligations administratives, etc. La perception selon laquelle une occupation en France est plus complexe correspond à la réalité.

En revanche, les Pays-Bas sont considérés comme un pays où l’occupation étrangère est aisée. Les membres de notre panel ont vu juste : tant le payroll et le droit du travail que les obligations administratives supplémentaires sont assez simples. Les Anglais ont quant à eux la réputation d’être « directs », à l’image de leur payroll, mais les conséquences précises du Brexit ne sont pas encore connues.

Ne laissez pas la complexité d'un pays freiner vos ambitions internationales. Ce n’est pas aux difficultés administratives présumées de déterminer où croîtra votre entreprise, mais bien aux occasions à saisir. Et elles commencent avec une bonne connaissance du droit du travail du pays concerné.

Une croissance au-delà des frontières ?

Envie de laisser les occasions d’un pays déterminer la croissance de votre entreprise à l’étranger plutôt que la complexité présumée des RH sur place ? Nos experts vous ouvrent la voie.

Payroll international

Partagez cet article

Christophe Hameeuw

Écrit par Christophe Hameeuw

Managing consultant Tax & International

Articles liés

Peut-on engager un Ukrainien ? Si oui, comment ?
Employeurs

Peut-on engager un Ukrainien ? Si oui, comment ?

16 décembre 2022

Depuis le conflit qui oppose l’Ukraine à la Russie, davantage d’Ukrainiens sont actifs sur le marché de l’emploi belge. Comment engager un Ukrainien ?

En savoir plus
La disparition progressive du régime spécial d’imposition pour les cadres et spécialistes étrangers
Employeurs

La disparition progressive du régime spécial d’imposition pour les cadres et spécialistes étrangers

25 novembre 2021 Annick Mussen

Le 1er janvier 2022, le régime spécial d’imposition pour les cadres étrangers sera modifié. Grâce à ces informations, vous pouvez vérifier si vos travailleurs actuels ou futurs pourront passer au RSII ou au RSICI.

En savoir plus
La Belgique et le Luxembourg étendent leur convention de double imposition en ajoutant 10 jours de télétravail
Employeurs

La Belgique et le Luxembourg étendent leur convention de double imposition en ajoutant 10 jours de télétravail

21 septembre 2021 Christophe Hameeuw

À partir de 2022, les travailleurs occupés de l’autre côté de la frontière entre la Belgique et le Luxembourg seront autorisés à télétravailler pendant 34 jours. Cela prolonge de 10 jours cette règle de la convention de double imposition.

En savoir plus