Précédent

Semaine de travail de quatre jours ? 8 PME sur 10 n’y sont pas favorables.

05 octobre 2022 Laura Couchard Employeurs

La semaine dernière, le Parlement a donné son feu vert au deal pour l’emploi. L’une des mesures les plus remarquables est lasemaine de travail de quatre jours : les travailleurs à temps plein ont la possibilité de répartir leur temps de travail sur quatre jours au lieu des cinq habituels. Les travailleurs à temps plein bénéficient ainsi d’un jour de congé supplémentaire. Attention : en tant qu’employeur, vous n’êtes pas obligéde mettre en place la semaine de travail de quatre jours.

Temps de lecture: Lire plus tard ?

Semaine de travail à temps plein répartie sur 4 jours

Réaliser un travail à temps plein sur 4 journées de travail plus longues par semaine, au lieu de 5 journées plus courtes. Le deal pour l’emploi permettra aux travailleurs d’en faire la demande à leur employeur, à condition que cette possibilité soit prévue au sein de l’entreprise. Un accord écrit est conclu si l’employeur accepte la demande du travailleur.

Conséquences juridiques de la semaine de travail de quatre jours du deal pour l’emploi

L’introduction d’une semaine de travail de quatre jours signifie évidemment qu’il n’est pas possible de maintenir un maximum de 8 heures de travail par jour, comme en temps normal. Le travailleur devra effectuer plus d’heures dans une journée de travail pour atteindre une occupation à temps plein sur 4 jours. Cette dérogation doit figurer soit dans le règlement de travail, soit dans une CCT :

  1. Durée du travail hebdomadaire ≤ 38 heures

Le travailleur est occupé à temps pour un maximum de 38 heures par semaine ? Dans ce cas, il est possible de faire passer la durée quotidienne du travail de 8 heures à un maximum de 9,5 heures via le règlement de travail.

  1. Durée du travail hebdomadaire > 38 heures (maximum 40 heures)

Si la durée hebdomadaire de travail est supérieure à 38 heures, il n’est possible d’augmenter la durée quotidienne de travail que par le biais d’une CCT. Par exemple, une semaine de travail de 40 heures peut être prestée à raison de 4 jours de 10 heures après la conclusion d’une CCT.

En outre, un travailleur qui est autorisé par son employeur à prester une semaine de travail de quatre jours conserve le droit à tous les jours fériés. Les heures supplémentaires volontaires sont interdites dans ce système pour les jours non prestés. L’objectif de cette réglementation est d’obtenir un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée et de prévenir ainsi les burn-out.

Seuls 10 % des employeurs sont favorables à la semaine de travail de quatre jours

La semaine de travail de quatre jours est-elle réalisable dans les entreprises belges – et surtout dans les petites et moyennes entreprises ? Nous avons mené une enquête auprès de plus de 500 PME, en coopération avec ETION et VKW Limburg :

  • Pour 84 % des PME, une semaine de travail de quatre jours n’est pas envisageable
  • 8 % des PME pourraient l’envisager
  • 10 % des PME envisageant effectivement de mettre en place la semaine de travail de 4 jours
  • 14 % des PME admettent qu’elles ignorent encore si la semaine de travail réduite pourrait leur convenir

Les résultats de notre enquête montrent que la semaine de travail de quatre jours n’est pas encore pour demain dans de nombreuses entreprises. On peut supposer que des facteurs tels que la méconnaissance encore relative des modalités de la nouvelle mesure par les PME, la crainte d’une planification chaotique du travail et la crainte que la continuité des activités soit compromise, font obstacle à l’introduction de la semaine de travail de quatre jours.

Les avantages de la semaine de travail de quatre jours

Bien que la semaine de travail de quatre jours ne soit pas encore réalisable pour tous, nous pensons que de plus en plus d’entreprises finiront par opter pour cette politique. En effet, elle comporte plusieurs avantages :

  • Les entreprises ouvertes à la mise en place de la semaine de travail de quatre jours recruteront plus facilement les travailleurs attirés par ce système.
  • Une semaine de travail plus courte contribue à réduire l’empreinte carbone, car les travailleurs se rendent moins souvent au bureau et/ou doivent se déplacer moins souvent.
  • L’absentéisme diminue chez les travailleurs, car ce système leur permet de trouver un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée.
  • Une semaine de travail de quatre jours peut accroître la productivité et la satisfaction des travailleurs.

Votre organisation envisage-t-elle d’introduire la semaine de travail de quatre jours ? Nous vous conseillons d’en discuter de manière approfondie avec vos collaborateurs, afin que cette mesure ne manque pas son but.

Webinaire sur le deal pour l’emploi – le 10 octobre

Les premières mesures verront bientôt le jour. En tant qu’organisation, vous cherchez des réponses à toutes vos questions sur le deal pour l’emploi ? Inscrivez-vous à ce webinaire.

Infos supplémentaires et inscriptions

Partagez cet article

Acerta_Laura_Couchard.png

Écrit par Laura Couchard

Teamleader Centre de Connaissances

Articles liés

Réduction des allocations de crédit-temps : les principaux changements
Employeurs

Réduction des allocations de crédit-temps : les principaux changements

31 janvier 2023 Amandine Boseret

Le crédit-temps pour motif reste possible, mais le droit de percevoir des allocations complémentaires de l’ONEM est réduit à partir de février 2023. Acerta résume les changements et répond aux principales questions suite à cette évolution.

En savoir plus
Prime de pouvoir d’achat : que savons-nous déjà ?
Employeurs

Prime de pouvoir d’achat : que savons-nous déjà ?

30 janvier 2023 Ellen Van Grunderbeek

Fin novembre 2022, le gouvernement a conclu un accord sur la marge salariale 2023-2024. Cet accord prévoit une prime de pouvoir d’achat.

En savoir plus
Indexation historiquement élevée pour les employés de la CP 200
Employeurs

Indexation historiquement élevée pour les employés de la CP 200

23 décembre 2022 Catherine Langenaeken

Le salaire de plus de 500 000 employés du secteur privé (CP 200) augmentera de 11,08 % au 1er janvier 2023. Il s’agit de la plus forte indexation depuis l’introduction de l’indexation annuelle en janvier dans le secteur. Qu’implique cette indexation ?

En savoir plus