Avez-vous adapté les indemnités de vos stagiaires chef d’entreprise ?

12 février 2020

Le chef d'entreprise doit payer une allocation mensuelle progressive à son stagiaire. Ces allocations sont adaptées annuellement au 1er janvier de chaque année à l'évolution de l'indice des prix à la consommation.

Une formation de chef d'entreprise  permet au stagiaire de  devenir indépendant, de créer ou de reprendre une entreprise mais aussi de devenir salarié, dans une fonction dirigeante ou en tant que proche collaborateur d'une PME. 

La convention de stage n'est pas un contrat de travail. Aucun travail n'est fourni pour pourvoir aux besoins mais bien pour procurer de l'expérience. En conséquence, aucun 'salaire' n'est payé.

En ce qui concerne la convention de stage, le chef d'entreprise doit payer une allocation minimum.
L'allocation minimum est due aussi bien pour le travail du stagiaire dans l'entreprise que pour les leçons et les examens.

Cette allocation évolue également en fonction du niveau de formation atteint par le stagiaire.

Au 1er janvier 2020 les montants sont :

  • En Communauté Française.
    • lorsque le stagiaire est titulaire soit d’un certificat d’apprentissage, soit d’un certificat de qualification de 4ème technique ou de 6ème professionnelle dans la profession faisant l’objet de la convention de stage :
      • en 1ère année : 778,91 €
      • les années suivantes : 920,53 €
    • lorsque le stagiaire n’est pas détenteur d’un des titres précités :
      • en 1ère année : 460,26 €
      • en 2ème année : 778,91 €
      • en 3ème année : 920,53 €
    • lorsque le plan de formation prévoit une année supplémentaire (année préparatoire) :
      • en 1ère année : 460,26 €
      • en 2ème année : 551,89 €
      • en 3ème année : 920,53 €
  • En Communauté Flamande.
    • en 1ère année : 784,50 €
    • en 2ème année : 927,13 €
    • en 3ème année : 1069,77 €

Ces montants sont des minimas. Le patron-formateur qui le souhaite peut accorder à ses apprenants des montants plus élevés.

Au-delà de 551,89 €, ou de 25 ans, les allocations familiales ne sont plus octroyées.

Partagez cet article

Retour à l’aperçu updates et nouvelles juridiques