C’est les soldes ! Votre magasin reste ouvert le dimanche ?

27 juillet 2020

De quelles possibilités disposez-vous afin d’occuper vos travailleurs le dimanche ?

Les temps exceptionnels appellent des mesures exceptionnelles. C'est pourquoi les soldes de cette année auront lieu en août. Pour les commerçants, c’est le moment de liquider autant que possible le stock restant, afin qu'une nouvelle collection puisse prendre sa place. Ouvrir le dimanche peut donc représenter une plus-value. Devez-vous néanmoins ouvrir le magasin vous-même ou pouvez-vous engager des travailleurs pour le faire ?

Ouvrir le dimanche

Dans un premier temps, il est important de distinguer la possibilité d’ouvrir votre commerce le dimanche et celle d’occuper des travailleurs le dimanche. Quoi qu’il en soit, vous êtes obligé de respecter une période ininterrompue de 24 heures de repos par semaine. Ce jour de repos hebdomadaire peut se prendre le dimanche, mais aussi un autre jour.

Veuillez noter que vous ne pouvez pas modifier ce jour de repos à votre gré.. En outre, avoir la possibilité d’ouvrir votre commerce le dimanche ne signifie pas automatiquement que vous pouvez également occuper des travailleurs. Ce dernier point est en effet régi par une autre réglementation.

Occuper du personnel le dimanche

Le travail dominical fait en effet l’objet d’une interdiction. En principe, vous ne pouvez dès lors pas occuper de travailleurs le dimanche. Il existe cependant quelques exceptions pour les employeurs qui exercent certaines activités commerciales ou qui sont établis à un endroit précis.

Une d’elles est que, en tant que commerçant dans la vente au détail, vous avez la possibilité d’occuper des travailleurs le dimanche de 8h à 12h. Dans certains cas, vous pouvez cependant aussi le faire toute la journée. Ces possibilités sont détaillées ci-dessous.

Magasins de vente au détail

  • Stations balnéaires ou climatiques et centres touristiques

Si vous exploitez un petit commerce de détail situé dans une station balnéaire, climatique ou un centre touristique, chaque travailleur individuel peut venir travailler maximum 39 dimanches par année calendrier dans votre commerce. Une condition importante est toutefois que le règlement de travail prévoie aussi effectivement un horaire pour ces dimanches. Si aucun horaire n’est stipulé dans votre règlement de travail, vous devrez encore effectuer une modification. Acerta Consult peut vous y aider. Vous pouvez joindre ce service au 016/24.53.24 ou par e-mail.

  • Autres lieux

Si votre commerce de vente au détail est établi en dehors de ces lieux précis, vous avez également la possibilité d’occuper vos travailleurs le dimanche, à raison alors de 3 dimanches par an à choisir librement. En outre, vous pouvez encore occuper vos travailleurs 3 dimanches complémentaires, à condition qu’une CCT sectorielle ou d’entreprise ait été conclue à ce sujet et détermine les modalités de cette occupation.

Dans la CP 201 du commerce de détail indépendant par exemple, une CCT sectorielle a été conclue concernant ces 3 dimanches complémentaires. Celle-ci implique que, lorsque vous relevez de ce secteur et que vous n’avez pas conclu de CCT d’entreprise, un supplément de 50 % doit être payé.

Si aucune CCT n’existe, vous pouvez également conclure un accord individuel à cet effet avec les travailleurs, à condition de respecter certaines conditions. Lorsque vous concluez un tel accord individuel, vous devez toutefois indemniser toutes les prestations de ces 3 dimanches supplémentaires avec un supplément d’au moins 100 %.

 

Jardineries et magasins de meubles

Si vous possédez une jardinerie ou un magasin de meubles, vous pouvez alors, en tant qu’employeur, occuper vos travailleurs pendant 40 dimanches. 

E-commerce

Si, en tant qu'entreprise, vous pratiquez le commerce électronique, vous pourriez également demander à vos employés de travailler le dimanche. En général, il s’agit de toutes les entreprises qui exécutent des services d’assistance et de logistique liés au commerce électronique de biens mobiliers. Une condition importante est toutefois que vous avez pris toutes les initiatives nécessaires à cet égard au plus tard le 31 décembre 2019.

Salaire et repos compensatoire

Pour des prestations fournies le dimanche, vous payez à votre travailleur son salaire ordinaire. Certaines commissions paritaires ont toutefois fixé des suppléments pour les prestations effectuées le dimanche. Dans la commission paritaire du commerce de détail indépendant (CP 201), par exemple, à certaines conditions, un supplément de 50 % est prévu lorsque des travailleurs sont occupés le dimanche dans le cadre des 3 dimanches complémentaires, comme décrit précédemment.

Pour les heures supplémentaires, vous devez payer un supplément d’au moins 100 % pour toutes les heures prestées au-delà du seuil de sursalaire. Vous payez également ce supplément de 100 % pour les prestations de vos travailleurs à temps partiel lorsqu’ils prestent des heures en plus ce dimanche-là, excédant ainsi le crédit.

Si votre travailleur fournit des prestations le dimanche, il doit recevoir un repos compensatoire. Il doit le prendre dans les 6 jours suivant le dimanche concerné. Il s’agit ici toutefois d’un repos compensatoire sans solde. Si votre travailleur a presté plus de 4 heures, il a alors droit à une journée complète de repos. S’il ne travaille pas plus de 4 heures, il reçoit alors au moins une demi-journée de repos.

Envie d’en savoir plus ?

Vous pouvez découvrir toutes les conditions et formalités à remplir pour le travail dominical à la section 34, III, A du Guide social dans Juricible. Souhaitez-vous vérifier si votre secteur dispose de règles spécifiques ? Consultez alors la section 30.2 de votre Guide sectoriel.

Partagez cet article

Retour à l’aperçu updates et nouvelles juridiques