Demander ne coûte rien : édition Saint-Valentin

14 février 2019

C'est la Saint-Valentin, la journée de l’amour. Tout le monde en parle. Sur le lieu de travail aussi. Cela peut soulever des questions pour les employeurs.

Mon collaborateur peut-il quitter plus tôt le travail pour préparer le dîner de Saint-Valentin ?

La future législation concernant le travail faisable et maniable prévoit un cadre légal pour l’utilisation des horaires flottants.  Vous pouvez l’utiliser si vous introduisez ce nouveau système d’horaires flottants sur la base d’une CCT d’entreprise ou par la modification du règlement de travail, en respectant les limites de la durée de travail dans votre entreprise (en cas de semaine de 5 jours, il s’agit souvent de 9h par jour et 38h par semaine).

Les horaires flottants se composent d’une part de plages fixes, soit des périodes déterminées pendant lesquelles votre travailleur doit être présent et disponible, et d’autre part de plages mobiles, soit des périodes variables au cours desquelles votre travailleur décide lui-même du début et de la fin de sa journée de travail, ainsi que des éventuelles pauses prévues.

L’horaire flottant ne représente donc pas un horaire imposé et établi à l’avance. Bien entendu, le travailleur doit tenir compte de l’organisation de l’entreprise et ne peut pas travailler plus de 9 heures par jour.  

Votre travailleur a la tête dans les nuages le lendemain de saint valentin ?

Un lendemain de saint valentin, votre travailleur a peut-être des difficultés de se mettre au travail, par simple fatigue ou parce que le champagne a eu raison de la tournée minérale. Comment réagir en qualité d’employeur face à cette situation ?

Le travailleur a pour obligation d'exécuter son travail avec soin, probité et conscience, au temps, au lieu et dans les conditions convenues et ce, conformément aux ordres et aux instructions qui lui sont donnés par l'employeur. Sur cette base donc le travailleur doit exécuter correctement son travail pendant ses heures.

Si le travail ne peut pas être exécuté correctement par le travailleur, il pourrait être amené à quitter son lieu de travail pendant la journée. Attention car si le travailleur quitte son lieu de travail parce qu’il ne se sent pas bien, vous serez obligé de lui payer un salaire journalier garanti. En d’autres termes, vous serez obligé de lui payer l’entièreté de son salaire le 15 février, même si le travailleur est reparti chez lui après à peine une heure.

Par contre, si votre travailleur n’est pas malade mais peine à vouloir travailler, la meilleur solution est de convenir avec ce dernier qu’il pose un jour de congé le 15 février.

Qui dit Saint-Valentin, dit amour. Qui dit amour, dit relations. Est-ce permis sur le lieu de travail ?

Vous ne pouvez pas en tant qu’employeur interdire les relations au travail. Celles-ci relèvent en effet de la vie privée du travailleur, qui est protégée. Toutefois, dès que cette relation engendre un comportement déplacé sur le lieu de travail, vous pouvez intervenir. Vos travailleurs sont tenus de respecter leur contrat de travail de bonne foi, et ce, qu’ils soient amoureux ou non. Si le couple amoureux fait preuve à plusieurs reprises d’un comportement déplacé, vous pouvez formellement mettre les parties en demeure et les sanctionner. Si la situation perdure, cela peut éventuellement déboucher sur un licenciement. Prévoyez à cette fin des directives dans le règlement de travail.

L’amour célébré par un mariage

La Saint-Valentin reste une journée populaire pour les demandes en mariage. Souvent, les tourtereaux décideront également de se marier le jour de la Saint-Valentin.  Votre travailleur a la possibilité de s’absenter à l’occasion de son mariage. Il peut alors revendiquer deux jours de petit chômage à prendre dans la semaine du mariage ou la suivante.

Partagez cette updates et nouvelles juridiques
Retour à l’aperçu updates et nouvelles juridiques