Elections du dimanche 14 octobre : que faire si votre travailleur doit siéger en tant que président ou assesseur ?

28 septembre 2018

Les travailleurs qui doivent siéger en tant que président ou assesseur ont le droit de s'absenter du travail, mais seuls les assesseurs maintiennent leur droit au salaire.

Le dimanche 14 octobre, nous nous rendrons tous aux urnes pour élire les nouveaux conseillers provinciaux et communaux.

Le jour des élections, le gouvernement fait appel aux citoyens pour encadrer les élections dans les bureaux de vote et compter les voix lors du dépouillement du scrutin. Il est donc possible qu'à l'approche des élections, votre travailleur ait reçu un courrier le conviant à siéger dans un bureau de vote ou de dépouillement, en tant que président ou assesseur. Mais que faire si votre travailleur était censé travailler ce dimanche-là ?

Assesseur

Le travailleur appelé à siéger dans un bureau de vote ou de dépouillement, a le droit de s'absenter du travail avec maintien de son salaire. Le travailleur en question peut donc avoir recours à un jour de "petit chômage" (également appelé "congé de circonstance").

Le travailleur qui est assesseur dans un bureau de vote le 14 octobre peut, pendant le temps nécessaire pour ce faire, être absent du travail. Celui qui est assesseur dans un bureau principal de dépouillement peut être absent pour le temps nécessaire à cet effet, mais avec un maximum de 5 jours. 

Président

Le travailleur appelé à siéger, en tant que président, dans un bureau de vote ou de dépouillement a également le droit de s'absenter du travail. Le législateur n'a cependant pas prévu de maintien du salaire pour lui.

Vos travailleurs qui doivent travailler le dimanche 14 octobre 2018 et n'ont pas été appelés à siéger peuvent-ils s'absenter du travail pour acomplir leur devoir électoral ? Lisez tout à ce sujet ici.   

Partagez cette updates et nouvelles juridiques
Retour à l’aperçu updates et nouvelles juridiques