Jour de flemme ou gueule de bois ?

04 septembre 2017

Certains employeurs permettent à leurs travailleurs de rester à la maison certains jours, sans devoir fournir un certificat médical. Comment le gérer ? 

Récemment, nous avons pu lire qu’une entreprise londonienne permettait à ses travailleurs de rester chez eux 4 jours par an avec maintien de leur salaire, par exemple s’ils ont trop bu la veille et se réveillent avec la gueule de bois. L’entreprise vend des tickets de concert et veut encourager ses travailleurs à se rendre à ces événements tout en profitant de leur soirée. Vous désirez aussi offrir des jours « mauvaise journée » ou « gueule de bois » à vos travailleurs ? Rien de plus facile.

Certificat médical ?

Il n’est pas obligatoire de fournir à l’employeur un certificat médical en cas de maladie. Vous pouvez toutefois l’imposer :

  • En reprenant cette obligation dans une CCT ;
  • En reprenant cette obligation dans un règlement de travail ;
  • En le demandant quand le travailleur est malade.

Il existe cependant une obligation légale de fournir un certificat médical pour une catégorie déterminée de travailleurs, les télétravailleurs.

Toutefois, vous pouvez permettre aux autres travailleurs de ne pas fournir de certificat médical dans certains cas. Ainsi, de nombreux employeurs accordent une absence d’un jour non justifiée par un certificat médical, et ce, deux fois par an.

Si une obligation ou une demande de l’employeur existe, le certificat médical doit être déposé ou envoyé dans les deux jours ouvrables.

Règlement de travail

Si vous voulez introduire ces règles plus souples, mieux vaut les reprendre dans le règlement de travail. Ainsi, les règles sont claires et consultables pour tous. Si vous avez besoin d’aide, vous pouvez vous adresser à Acerta Legal Consult.

Pour de plus amples informations sur la maladie et les obligations administratives qu’elle engendre, consultez la section 10 du Guide social sur Juricible.

Partagez cette updates et nouvelles juridiques
Retour à l’aperçu updates et nouvelles juridiques