Trop chaud pour travailler ?

24 juin 2020

En ce moment, nous traversons peut-être la première vague de chaleur de l’année. À des températures aussi élevées, mieux vaut tenir compte de certaines mesures de protection pour vos travailleurs.

À partir de quand est-il question de températures élevées ?

La température dont vous devez tenir compte varie en fonction de la charge physique de travail de vos travailleurs. La température est mesurée sur le lieu de travail même au moyen d’un thermomètre dit « globe humide ». La température ainsi mesurée (exprimée en « indice WBGT ») peut être inférieure à la mesure au moyen d’un thermomètre classique, cette dernière prenant également en compte l’humidité et la température de rayonnement d’objets environnants. Vous trouverez plus d'informations sur cette méthode WBGT ici.

Les valeurs d’action pour l’exposition à la chaleur sont fixées comme suit :

Charge physique de travail Exemple

Indice WBGT maximum

(Très) Léger Travail de secrétariat 29
Moyennement lourd Travail manuel assis 26
Lourd Travail manuel debout 22
Très lourd Terrassement 18

C’est le médecin du travail qui détermine le degré d’effort physique que demande un certain type de travail.

Quelles mesures prendre lorsque les températures maximales sont dépassées ?

Lorsque les températures maximales sont dépassées, il faut prendre des mesures. Il peut alors s’agir :

  • De mettre toutes sortes d’équipements de protection (volets, écrans solaires, écrans, couvre-chef, etc.) à la disposition de vos travailleurs exposés au rayonnement direct du soleil ;
  • De proposer gratuitement des boissons rafraîchissantes adaptées à vos travailleurs ;
  • D’installer dans les 48 heures un système de ventilation dans les locaux de travail.

Si la chaleur demeure et que les mesures susmentionnées sont insuffisantes, vous pouvez mettre en place un régime de présence limitée ainsi que des temps de repos. Le chômage temporaire peut alors être une possibilité. Durant cette période, votre travailleur perçoit des allocations de chômage de l’ONEM qui, notamment dans le secteur de la construction, sont complétées d’une indemnité du Fonds de sécurité d’existence.

Source:
Livre V, titre I (ambiances thermiques) du code du bien-être au travail.

Partagez cet article

Retour à l’aperçu updates et nouvelles juridiques