Votre travailleur participera-t-il également à la marche pour le climat vendredi 15 mars ?

14 mars 2019

La marche pour le climat : une histoire d’étudiants ? Pas vraiment, la FGTB a décidé déposer un préavis de grève et la CSC d’apporter son soutien pour ce jour-là. Quelle conséquence pratique cela implique-t-il pour vos travailleurs? 

Une marche pour le climat initiée par les étudiants est annoncée pour le vendredi  15 mars prochain. Cette fois, un appel est lancé à l’entièreté de la population, jeunes et moins jeunes, travailleurs ou non. Si vos travailleurs décidaient de participer à la marche, comment pouvez-vous réagir ? devez-vous leur payer une rémunération ? Vos travailleurs pourraient également avoir plus de difficultés à se rendre sur leur lieu de travail et pourraient même ne pas y arriver du tout, que se passe-t-il alors ?

La marche pour le climat ouvre-t-elle un droit de grève ?

La marche pour le climat, à priori un sujet indépendant du droit des travailleurs donc dénué de tout droit à la manifestation. Jusqu’ici, ce principe était vrai. Cependant, les syndicats de la FGTB ont décidé de déposer un préavis de grève pour le 15 mars prochain afin de permettre également aux travailleur de participer à la marche pour le climat s’ils le souhaitent. Le 15 mars est dès lors officiellement devenu un jour de grève potentiel pour les travailleurs. Concrètement, cela signifie quoi?

Pour les participants à la marche pour l’emploi

Par l’intervention des syndicats, la marche pour l’emploi est, pour la première fois, devenue une véritable manifestation syndicale et dès lors toutes les règles et conséquences s’y appliquent.

Cela signifie notamment que si le travailleur a prévenu de son absence, vous ne pouvez pas le mettre en absence injustifiée. Tout au plus pouvez-vous le désigner comme étant en absence justifiée mais non rémunérée.

En effet, les travailleurs qui participent à une grève ou à une manifestation syndicale n’accomplissent pas leur travail. L’employeur ne doit donc pas payer de rémunération pour cette journée. Les participants affiliés à un syndicat recevront une indemnité, pour autant que leur syndicat ait reconnu l'action en question.

Les travailleurs non syndiqués qui participent néanmoins aux actions (pour autant qu’ils en aient averti leur employeur) sont légalement absents. Ils ne reçoivent cependant pas d’indemnité de grève, ni de rémunération, à moins que l'employeur accepte que le travailleur prenne un jour de compensation ou de congé pour la journée en question.

Travailleurs désireux de travailler

Le travailleur qui ne participe pas à une manifestation, mais qui, en raison de celle-ci, ne parvient pas à se rendre à son travail ou y arrive en retard, a droit à la rémunération journalière garantie. Ceci à condition de pouvoir prouver que son retard est dû à un événement imprévu survenu sur le chemin du travail et indépendant de sa volonté. De plus, il doit également mettre tout en œuvre pour rejoindre l’entreprise. Il ne peut bien sûr pas avoir participé lui-même à l'action.

Dans le cas présent, la manifestation est annoncée bien à l'avance et signalée dans les médias. Dans ce cas, la raison du retard ou de l’absence éventuelle n'est pas inattendue et le travailleur a la possibilité de prendre des mesures lui permettant d’arriver (à temps) à son travail. Dans cette situation, si le travailleur n’arrive pas, ou en retard, au travail, il n'a pas droit à la rémunération journalière garantie.

Partagez cet article
Retour à l’aperçu updates et nouvelles juridiques