Pourquoi faire du commerce sur Internet ?

19 juin 2018

L’ère passionnante d’Internet est arrivée !

À la fin des années 90, les connexions Internet pour les entreprises étaient plutôt un gadget amusant ayant peu d'impact sur le succès de l'entreprise au quotidien. Mais cela ne devait pas durer. Au milieu des années 2000, une grande partie de la communication commerciale se faisait déjà via Internet, mais pas encore de façon prépondérante. Près de 20 ans plus tard, il en est tout autrement : la Belgique compte plus de 3,7 millions de connexions Internet fixes et selon les prévisions de statistia.com, le nombre d'utilisateurs actifs de Facebook en Belgique sera de 6,41 millions d'utilisateurs en 2018. Une présence en ligne claire (pro)active est donc un must absolu.

La mobilité est nécessaire

En 2017, la grande majorité des smartphones vendus en Belgique est passée à la 4G, permettant de surfer plus facilement sur Internet. Depuis le lancement du premier iPhone en 2007, le trafic Internet mobile a augmenté. En 2017, la consommation de données mobiles par Belge est passée à 827MB par mois, soit une augmentation de 70 % par rapport aux 345 MB de 2015 (De Tijd). Cette tendance à la hausse a naturellement des conséquences, et un bon site mobile est sans aucun doute ce qui compte le plus. L'Internet a depuis longtemps dépassé l’ordinateur de bureau et il est donc très important pour les entreprises, grandes et petites, de convertir de manière qualitative leur présence sur Internet en plates-formes mobiles. 

Google ne plaisante pas

Google a adapté ses algorithmes au début de l'année 2015, afin que les sites non mobiles se retrouvent plus bas dans les résultats de recherche. Un signal important, mais aussi urgent : la majorité des utilisateurs d'Internet sur le continent africain et dans une grande partie de l'Asie utilise uniquement des connexions mobiles. Sur developers.google.com Google le dit très clairement, nous laissons l'anglais original pour l’effet dramatique : « If you haven't made your website mobile-friendly, you should. The majority of users coming to your site are likely to be using a mobile device. »

Nouveaux modèles et nouvelles méthodes

Au cours de la dernière décennie, en partie grâce à Internet, nous avons vu les modèles commerciaux classiques rendre l’âme l’un après l'autre. De nouvelles méthodes sont apparues qui ont vite remplacé les anciennes, comme c'est le cas du crowdfunding, par exemple. Les crowdfunders, tels qu'Indiegogo ou le très populaire Kickstarter, offrent aux entreprises la possibilité d’attirer immédiatement l’attention sur leurs nouvelles idées et de devenir ainsi un formidable acteur mondial. La dernière génération d'internautes considère Facebook comme un site portail et n'a aucun problème avec les publicités qui apparaissent dans leur flux, à condition que le contenu soit adapté à leurs centres d’intérêt. Les sites Internet tels que Etsy offrent une plate-forme pour les petits commerces et les boutiques en ligne, telles que coolblue.be et bol.com, et ébranlent le commerce de détail classique. Les journaux qui existent depuis des centaines d'années doivent se comporter comme des start-ups agiles pour concurrencer les entreprises de journalism-as-a-service telles que Gawker ou Buzzfeed. Un exemple concret de l’effet perturbateur de l'Internet sur les modèles d'entreprise existants.

Initiative du gouvernement

Perturbateur. Le mot est dit. Il indique que les choses peuvent changer très rapidement dans le monde du commerce. Cela suscite de nombreux changements, mais offre aussi des opportunités. Selon Agoria, la présence croissante de la numérisation dans la vie de l’entreprise, soutenue par l'initiative Tournée Digitale du gouvernement fédéral, en plus de créer des emplois, sera profitable à l'économie dans son ensemble.

‘Adapt quickly or die slowly’

Étrange mais vrai : selon le Baromètre de la société de l'information du SPF Economie, 20 % des entreprises belges n'ont pas encore de site Internet. Pour Dries De Moor, Director Extended Services d’Acerta les raisons en sont claires : « Le manque de temps, de connaissances et d'argent sont les principales raisons qui poussent les entrepreneurs à ne pas (encore) risquer le saut numérique. Acerta lève ces obstacles et prépare le terrain pour entreprendre efficacement sans soucis. »

Pour plus d'informations sur l'offre du site Internet via Acerta, voyez ici.

Partagez cet article
Retour à l’aperçu actualités juridiques