Trop chaud pour travailler ?

25 juin 2019

Vu les chaudes journées en perspective, nous rappelons les règles relatives au travail par fortes températures.

À partir de quand est-il question de températures élevées ?

Les températures au-dessus desquelles l’employeur doit prendre des mesures diffèrent en fonction de la charge physique de travail. La température est mesurée sur le lieu de travail au moyen d’un thermomètre dit « globe humide » (Indice WBGT de contrainte thermique à la chaleur). Cette température mesurée (exprimée via l’indice WBGT) sera toujours inférieure de quelques degrés à celle indiquée par un thermomètre classique, car l’humidité ainsi que la vitesse de l’air et le niveau de rayonnement du soleil ou de certaines machines sont également pris en compte.

Les valeurs WBGT maximales et la « traduction » en températures maximales exprimées en degrés Celsius sur base d’un taux d’humidité dans l’air de 70% (1) (soit à peu près le pourcentage moyen d’humidité relative durant nos étés belges) sont mentionnées ci-dessous pour les quatre différents types de charges physiques de travail. Dans ce contexte, la règle générale d’application est : plus la chaleur est humide, moins ce sera supportable pour les travailleurs et donc plus vite il sera question de températures (trop) élevées.

Charge physique de travail Exemple Indice WBGT maximum Température maximale (en ° Celsius) (taux d'humidité dans l'air de 70%)
(Très) léger Travail de secrétariat  29  32
Moyennement lourd Travail manuel assis  26  29
Lourd Travail manuel debout   22  25
Très lourd Terrassement  18 20

 

[1] Tableaux de calcul WGBT (PDF, 254 KB), (avec vitesse de l’air de 1 m/sec).

Quelles mesures prendre lorsque les températures maximales sont dépassées ?

Ce n’est pas parce qu’il fait trop chaud que les travailleurs sont dispensés de travail. Si la température maximale est dépassée, quelques mesures doivent néanmoins être prises. Après une analyse de risques, l’employeur détermine de quelles mesures concrètes il s’agit. Il s’agit entre autres de :

  • la diminution de la charge physique de travail ou de la durée d'exposition à la chaleur en adaptant les méthodes de travail;
  • protéger les travailleurs exposés au rayonnement direct du soleil au moyen de volets, écrans, tentures, vêtements, etc. ;
  • la ventilation artificielle prévue sur le lieu de travail ;
  • fournir des boissons rafraîchissantes gratuites aux travailleurs.

Si la chaleur demeure et que les mesures susmentionnées s’avèrent impossibles ou insuffisantes, un régime de présence limitée ainsi que des temps de repos doivent être mis en place. Ce régime, repris en annexe dans le code du bien-être au travail, est indiqué dans le tableau ci-dessous. Cela est d’application si l’employeur ne suit pas de normes spécifiques ISO et qu’il n’a été convenu d’aucun régime équivalent au niveau de l’entreprise ou au niveau de la commission paritaire par une CCT générale rendue obligatoire.

Charge physique de travail (Très) lèger Moyennement Lourd Très lourd
Temps de repos par heure (en minutes) Indice -WBGT
15 29,5 27 23 19
30 30 28 24,5 21
  Température maximale (en °Celsius) (taux d'humidité dans l'air 70%)
15 32 30 26 21
30 33 31 27,5 24

 

Source :
livre V, titre I (ambiances thermiques) du code du bien-être au travail

Partagez cet article
Retour à l’aperçu updates et nouvelles juridiques