Précédent

Près de 1 indépendant sur 10 en Belgique est étranger

25 avril 2019
Temps de lecture: Lire plus tard ?

1 indépendant non belge sur 5 exerce une profession libérale

Bruxelles, le 25 avril 2019 – Sur 100 indépendants en Belgique en 2017, 11 n’étaient pas Belges et leur nombre est en augmentation : entre 2013 et 2017, le nombre d’indépendants non belges a augmenté de 17,74 %. 1 sur 5 exerce une profession libérale. C’est ce qui ressort des chiffres de l’Institut national d'assurances sociales pour travailleurs indépendants (INASTI) analysés par la caisse d’assurances sociales Acerta. Le groupe de nouveaux Européens que sont les Croates, les Estoniens, les Slovènes et les Hongrois est le groupe d’indépendants étrangers qui croît le plus rapidement en Belgique. Fait surprenant : les indépendants non belges sont plus souvent indépendants à titre principal et plus jeunes que les indépendants belges.

11 indépendants sur 100 ne sont pas belges

En 2017, notre pays comptait 1 087 763 indépendants, une augmentation de 8,66 % comparé à 2013. 120 021 de ces 1 087 763 indépendants n’ont pas la nationalité belge. Cela signifie que par rapport à 2013, notre pays compte 17,74 % d’indépendants non belges en plus et que 11 % des indépendants en Belgique n’ont pas la nationalité belge. De ces chiffres de l’Institut national d'assurances sociales pour travailleurs indépendants (INASTI), nous pouvons également conclure que 1) le statut d’indépendant a gagné en popularité et 2) la hausse de popularité est plus importante chez les non-Belges que chez les Belges.

Tableau 1 : Indépendants 2013-2017 en Belgique, chiffres INASTI

Les non-Belges viennent surtout des pays voisins et des nouveaux pays européens

Quels sont les non-Belges qui s’implantent chez nous en tant qu’indépendants ? Si nous nous penchons sur les nationalités, nous constatons que nos pays voisins et les pays qui ont récemment rejoint l’Union européenne sont les mieux représentés.

Tableau 2 : Top 5 des nationalités d’indépendants en Belgique après les Belges, chiffres absolus, chiffres INASTI​

Nadine Morren, Director Service à la Clientèle chez Acerta: « Il est assez logique que des indépendants des pays voisins viennent s’implanter en Belgique : une clientèle (potentielle) ne s’arrête pas à la frontière. Les Italiens venus en Belgique avec la première vague de migration ont depuis été nationalisés, mais il n’est pas illogique qu’une nouvelle vague migratoire d’entrepreneurs italiens indépendants en découle. En ce qui concerne les indépendants des pays d’Europe de l’Est, la prospère Belgique est un marché intéressant. »

Les Croates ont connu la croissance la plus rapide en Belgique entre 2013 et 2017. Rien de surprenant quand on sait que la Croatie a rejoint l’Union européenne en 2013. De nombreuses autres nationalités de plus en plus représentées sont des pays qui ont récemment rejoint les rangs de l’Union européenne : l’Estonie, la Slovénie, la Hongrie, la Lituanie, Chypre (en 2004) et la Roumanie en 2017.

Tableau 3 : Statut indépendant en Belgique : évolution représentation nationalités 2013-2017, top 10, chiffres INASTI

Forte répartition dans l’industrie, le commerce et les professions libérales

L’industrie et le commerce, mais aussi les professions libérales semblent avoir la cote auprès des indépendants non belges. Nadine Morren : « 1 indépendant non belge sur 5 exerce une profession libérale en Belgique, c’est par exemple le cas des médecins étrangers actifs en Belgique. Ils ont fait leurs études dans notre pays ou y sont arrivés pour répondre à la demande tout en évitant des circonstances plus difficiles dans leur propre pays. »

Tableau 4 : Statut indépendant en Belgique 2017 : non-Belges répartition branches d’activité, chiffres INASTI

Nadine Morren : « L’ouvrier du bâtiment est-européen et le pizzaiolo italien sont presque des exemples stéréotypes et ils existent, mais nous constatons tout de même une répartition bien plus large. Nous rencontrons des non-Belges dans le textile, la chimie, le diamant, l’horeca et les métiers intellectuels comme l’IT. Les entrepreneurs étrangers viennent en Belgique parce qu’ils y voient des occasions de faire valoir leur diplôme et/ou formation. Et s’ils répondent à une demande existante, c’est encore mieux. Le but n’est cependant pas d’engendrer une fuite des cerveaux, c.-à-d. qu’à cause d’une pénurie en Belgique, les personnes dont le pays d’origine a cruellement besoin le quittent pour venir chez nous. L’objectif n’est pas non plus de créer un déséquilibre dans la concurrence. C’est pourquoi un accompagnement et un suivi corrects sont nécessaires. La taille de ce groupe – 11 indépendants sur 100 donc – et la croissance ne font que le confirmer. »

Non-Belges plus jeunes et plus actifs à titre principal

Les indépendants non belges sont en moyenne un peu plus jeunes.

Tableau 5 : Statut indépendant en Belgique 2017 - répartition par groupes d’âge, chiffres INASTI​

Parmi les non-Belges, la balance activité principale – activité complémentaire penche en moyenne vers activité principale : 88 % d’indépendants non belges en activité principale contre 64,23 % d’indépendants belges en activité principale.

Tableau 6 : Statut indépendant en Belgique 2017 - répartition selon la « nature de l'activité », chiffres INASTI​

Nadine Morren : « Parmi les indépendants belges, on compte une partie dont l’activité indépendante n’était pas le premier choix de carrière, elle s’impose comme une évidence par la suite. Ils ne passent que plus tard à un statut d'indépendant ou se lancent d’abord en activité complémentaire. Chez les non-Belges, s’installer comme indépendant est précisément la raison de leur venue. Ils “perdent” moins de temps et sautent tout de suite le pas vers l’activité principale. »

Accompagnement correct souhaité

Nadine Morren : « Comme ils sont en général plus jeunes, qu’ils deviennent actifs dans un pays étranger avec une législation propre et afin d’éviter un abus dans un sens ou l’autre, il est peut-être encore plus important pour les indépendants non belges en Belgique de trouver un accompagnement correct. La constatation que 1 indépendant sur 10 n’est pas Belge ne fait que confirmer que le gouvernement et les services RH ne doivent pas laisser ce groupe livré à lui-même. »

À propos des chiffres

Les chiffres sur les indépendants et aidants de nationalité étrangère affiliés en Belgique sont issus de l’Institut national d'assurances sociales pour travailleurs indépendants (INASTI).
Par souci de précision :

  • Les Belges d’origine étrangère sont bien entendu repris dans les chiffres des indépendants belges.
  • Les non-Belges qui ont installé leur activité indépendante dans leur propre pays (ou un pays autre que la Belgique) ne sont pas repris dans les chiffres pour la Belgique.

 

Partagez cet article