Précédent

Près de 4 entreprises sur 10 se demandent si leur département RH est prêt pour l’avenir

25 février 2019
Temps de lecture: Lire plus tard ?

Bruxelles, 25 février 2019 – Un peu moins de 9 entreprises sur 10 sont satisfaites des prestations de leur département RH et font confiance aux connaissances de leurs collaborateurs RH. Malgré ce degré élevé de satisfaction, près de 4 entreprises sur 10 se demandent si leur département RH est prêt pour l’avenir. C’est ce qui ressort d’une enquête du groupe de services RH Acerta en janvier dernier auprès de quelque 100 entreprises sur la mesure dans laquelle les RH - tant les processus et le personnel que les outils - sont prêts à relever les défis futurs.

Les processus RH suffisent pour l’instant

83 % des entreprises qui ont participé au Panel d’enquête d’ACERTA sur l’administration RH estiment que les processus RH fournissent l’output nécessaire et 87 % d’entre elles sont convaincues que leurs collaborateurs RH connaissent leurs responsabilités. Les entreprises sont donc assez satisfaites des prestations actuelles de leur département RH, bien que seulement 26 % d’entre elles disent contrôler leurs processus RH et suivre leurs plans d’action et qu’un maigre 41 % affirme que ces processus sont aussi documentés, ce qui forme tout de même un risque pour pouvoir assurer la continuité.

Les départements RH prennent aussi des pincettes (62 %) en ce qui concerne la flexibilité de leurs départements RH à gérer les changements à l’avenir.

Benoît Caufriez, directeur d’ACERTA Consult : « Les entreprises évaluent leurs processus RH de manière un peu trop positive. 42 % osent sans la moindre hésitation dire : « Oui, nos processus RH sont suffisamment documentés » ; une entreprise sur quatre doit tout de même avouer que ce n’est en fait pas le cas. Et lorsqu’il s’agit de l’efficacité des processus RH, seulement 28 % des entreprises disent oui, ce qui implique que certaines tâches RH demandent trop de temps. Du temps qui ne peut pas être consacré à d’autres questions RH. Un bon contrôle et une documentation adéquate des processus RH sont donc la base pour répertorier les inefficacités et mettre en place des changements, que ce soit au niveau de l’organisation ou de l’innovation. »

Figure 1 : évaluation des processus et de l’organisation RH

Benoît Caufriez souligne : « Les processus RH sont aujourd’hui suffisants et opérationnels. Nous ne pouvons parler de processus parés pour l’avenir que lorsqu’ils sont aussi assurés, efficaces et compréhensibles.»

Le personnel RH connaît son métier

79 % des sondés confirment que le personnel au sein du département RH connaît son métier. 73 % d’entre eux investissent aussi dans la mise à jour de leurs connaissances. Via les fédérations professionnelles, les secrétariats sociaux, les consultants RH, etc., l’offre en Belgique est suffisamment grande.

Figure 2 : évaluation personnel RH

Benoît Caufriez ajoute : « Les départements RH sont armés de collaborateurs RH qui connaissent leur métier. C’est suffisant pour effectuer le travail quotidien. Toutefois, pour les RH, la capacité à capter et à mettre en place des changements doit également être présente. Ceci peut être assuré en interne via un partenariat. 52 % d’entre eux sont persuadés que le département RH bénéficie des capacités nécessaires pour mettre en place des changements, les 48 % restants en sont moins convaincus. »

Les systèmes RH devront être plus efficaces à l’avenir

Oui, les systèmes et les outils utilisés à l’heure actuelle par l’administration RH sont régulièrement mis à jour et oui, ils concordent avec les dispositions légales. Benoît Caufriez : « En Belgique, c’est un point d’attention important. Ainsi, le payroll relève souvent d’un des secrétariats sociaux reconnus. En ce qui concerne le fonctionnement actuel, les systèmes et outils RH s’en sortent bien. Toutefois, ici aussi, le score attribué pour l’efficacité, la continuité et la sécurité d’avenir n’est pas encore brillant ».

Tableau 3 : évaluation des systèmes et des outils RH

Benoît Caufriez : « Chaque organisation devra s’armer sur tous les fronts pour relever les défis de l’avenir. L’apprentissage à vie, la pénurie sur le marché de l’emploi, le travail faisable et maniable, les formations... Autant de questions actuelles qui demandent une vision sur le long terme et sont liées au département RH. La même vision sur le long terme requise à cette fin doit se retrouver pour les processus, les systèmes et le personnel RH propres. Les entreprises peuvent encore s’améliorer à ce niveau-là. »

À propos des chiffres
Le panel d’ACERTA se compose de 681 membres triés sur le volet issus de petites, moyennes et grandes entreprises. Le questionnaire a été soumis lors de la première moitié de janvier 2019. Les participants exercent les fonctions suivantes : CEO, directeur RH, HR business partner, manager RH ou responsable payroll.

Partagez cet article