Précédent

La capacité d’adaptation se mesure par l’activité cérébrale et le rythme cardiaque

27 octobre 2022 Employeurs
Annelies Baelus

Fin 2020, Acerta et l’Antwerp Management School (AMS) ont lancé une étude de pointe sur le cerveau et sur la capacité d’adaptation au travail. Maintenant que les résultats de cette étude qualitative sont disponibles, nous entrons dans la phase finale de l’étude : le déploiement d’une batterie de tests à grande échelle.

Temps de lecture: Lire plus tard ?

Résultats de l’étude qualitative sur la capacité d’adaptation

En phase 1, des recherches approfondies ont démontré que la résilience et l’intelligence émotionnelle, entre autres, jouent un rôle important dans la capacité d’adaptation des travailleurs. La deuxième phase a ensuite été lancée et il s’agissait de l’étude qualitative. Objectif de cette phase : mesurer la capacité d’adaptation selon une méthode scientifique et déterminer sa prévisibilité.

Des électroencéphalogrammes réalisés au NeuroTrainingLabTM de l’AMS ont permis de mesurer l’activité cérébrale de 47 travailleurs de 4 grandes organisations (Acerta, Baloise, IDEWE et VDAB). Sur la base des premiers résultats de l’étude, les chercheurs ont identifié deux biomarqueurs (indicateurs objectivement mesurables) qui ont un lien avec la capacité d’adaptation sur le lieu de travail :

1) L’activité cérébrale

Les résultats des tests ont démontré une corrélation positive entre la capacité d’adaptation estimée et la partie du cerveau où s’effectue le traitement des émotions et où émerge la créativité. En d’autres termes, chez les participants dont la capacité d’adaptation estimée était plus élevée, une plus grande activité a été observée dans ces zones du cerveau.

2) Le rythme cardiaque

La modification du rythme cardiaque est un deuxième indicateur clé de la capacité d’adaptation d’une personne sur son lieu de travail.

Facteurs prédictifs supplémentaires

En outre, l’étude a révélé des facteurs prédictifs supplémentaires pour la capacité d’adaptation. La régulation des émotions se révèle en faire partie.

De plus, les collaborateurs capables de s’adapter rapidement et facilement à une nouvelle situation de travail auraient des compétences métacognitives plus importantes. Ils peuvent voir une situation ou leur propre processus de pensée « d’en haut » et de manière globale, ce qui leur permet également de mieux s’orienter dans un processus (de changement).

Ne pas sous-estimer le rôle de l’environnement de travail

Il est important de noter que la « capacité d’adaptation » dépend de deux facteurs. La capacité à gérer le changement de manière flexible dépend non seulement de la capacité d’adaptation individuelle, mais aussi de l’environnement de travail. L’étude montre donc que la gestion du stress au travail dépend fortement de l’organisation dans laquelle une personne travaille.

Possibilités pour l’avenir des organisations

Grâce à ces informations, nous avons pu mettre en place une batterie de tests qualitatifs pour mesurer objectivement la capacité d’adaptation des travailleurs et l’utiliser de manière positive sur le lieu de travail. Dans la phase suivante et finale de la recherche scientifique, nous testerons les résultats actuels et les outils de mesure développés sur une plus grande population. Ces outils peuvent notamment être utilisés pour recruter, retenir et développer les talents.

Recherché : employeurs et travailleurs pour validation

Nous recherchons des entreprises prêtes à collaborer pour valider les résultats de l’étude. Cela demande un petit effort de la part des employeurs et de leurs collaborateurs. En retour, votre organisation obtiendra en priorité un aperçu des leviers qui peuvent être déployés pour accroître la capacité d’adaptation. Et vous pourrez suivre les résultats de manière privilégiée.

Investissez dans les carrières durables

Les carrières durables sont la réponse aux défis en matière de ressources humaines d'aujourd'hui et des décennies à venir. Par carrières durables, nous n'entendons pas les "carrières à vie avec le même employeur", qui sont vraiment dépassées. Alors, que sont les carrières durables ?

En savoir plus

Partagez cet article

Annelies Bealus5_acerta

Écrit par Annelies Baelus

Director Legal, Reward & Formations chez Acerta.

Articles liés

Employeurs

Des moyens durables pour conserver vos travailleurs actuels

26 juin 2024
Miet Vanhegen

72 % des Belges actifs quitteraient leur emploi actuel si une opportunité intéressante se présentait : un chiffre pour le moins interpellant. En tant qu’entreprise, comment pouvez-vous assurer la rétention des travailleurs et leur offrir un environnement de travail stimulant dans lequel ils peuvent (continuer à) se développer ?

En savoir plus
Employeurs

De (plus) longues carrières pour les travailleurs ?

17 juin 2024
Miet Vanhegen

Le constat est plutôt positif : les travailleurs restent de plus en plus longtemps chez le même employeur. Il est toutefois important qu’ils disposent de suffisamment de possibilités de croissance et de développement pour pouvoir évoluer durablement vers des postes nouveaux ou différents.

En savoir plus
Employeurs

Pourquoi est-il essentiel de mettre en place une politique en matière de diversité ?

25 mars 2024
Sabine Goossens

Notre société est de plus en plus diversifiée, le lieu de travail suit donc la même tendance. L’engagement en faveur de la diversité et de l’inclusion est bénéfique pour les entreprises, car il leur permet de se présenter comme un employeur socialement responsable et de recruter plus largement, augmentant ainsi les chances de trouver de nouveaux ta...

En savoir plus