Résultats du panel

Vous trouverez ci-dessous un aperçu des données collectées jusqu’à présent en 2019 à l’aide des enquêtes de panel.

Organisation du département RH

Pénurie sur le marché de l’emploi, numérisation, hausse de la flexibilité... Le département RH y est également confronté et joue un rôle essentiel dans ces défis. De plus, répondre quotidiennement aux nombreux besoins individuels différents de vos collaborateurs constitue déjà un défi en soi. Avec cette enquête, nous avons demandé à notre panel comment il organisait son département RH pour continuer à relever ces challenges.

Résultats :

  • Un peu moins de 9 entreprises sur 10 sont satisfaites des prestations du département RH et ont confiance en les connaissances de leurs collaborateurs RH.
  • 83 % déclarent que les processus RH fournissent les résultats souhaités.
  • Seulement 26 % déclarent contrôler leurs processus RH et suivre les plans d’action, et seulement 41 % documentent ces processus.
  • Près de 4 entreprises sur 10 se demandent si leur département RH est prêt pour l’avenir.

Élections sociales

Tous les 4 ans, des élections sociales sont organisées pour désigner les délégués du personnel dans le conseil d’entreprise (CE) et le comité pour la prévention et la protection au travail (CPPT) ou renouveler leur mandat. De plus, la délégation syndicale peut être nommée lors des élections sociales. Cette enquête de panel nous a permis de sonder comment les employeurs expérimentaient le fonctionnement de ces organes de concertation et leur vision des différents instruments.

Résultats

  • Près de 9 employeurs sur 10 trouvent la procédure actuelle de 150 jours trop longue.
  • Les entreprises estiment la délégation syndicale utile.
  • Les entreprises respectent la fréquence imposée par la loi pour la concertation au sein du conseil d’entreprise et du comité pour la prévention et la protection au travail : 21 % se réunissent au moins 12 fois par an, 25 % 11 fois et 39 % 10 fois.

Rematching

En raison de la conjoncture économique favorable des dernières années et du vieillissement accru, la pénurie sur le marché de l’emploi augmente encore. Investir abondamment dans le rematching, c’est donc l’avenir. Le rematching, une forme de réorientation du personnel au sein de votre entreprise ou groupement d’employeurs, vous permet en effet d'optimiser les talents de vos collaborateurs et de favoriser la rétention dans votre entreprise. Grâce à cette enquête, nous nous sommes renseignés sur les défis auxquels les employeurs sont confrontés à la suite de la pénurie croissante sur le marché de l’emploi.

Résultats

  • 80 % des employeurs considèrent que mettre à niveau les compétences et pourvoir les postes vacants sont les principaux défis RH pour les 2 prochaines années.
  • Quelque 70 % estiment que le rematching interne des talents et des tâches est utile et réalisable.
  • Les employeurs sont plus réticents à déployer des talents en dehors des limites de l’entreprise (rematching externe) et considèrent la faisabilité inférieure à l’utilité.
  • Selon les employeurs, une bonne correspondance entre l’offre et la demande, suffisamment de temps pour l’accompagnement et un scénario juridique simple contribuent à un rematching externe positif.

Épargne-carrière

Le salaire n’est plus le seul facteur déterminant dans le choix d’un employeur. La flexibilité prend de plus en plus d’importance. L’épargne-carrière permet aux travailleurs d’épargner du temps. Cela doit améliorer l’équilibre vie privée-vie professionnelle, car les travailleurs peuvent eux-mêmes gérer leur carrière et intercaler des moments de répit en cas de nécessité. Ce système peut aider les employeurs à attirer et conserver des talents. Quelles sont les opinions et les expériences des employeurs concernant l’épargne-carrière ?

Résultats

  • Près de 70 % des employeurs voient une opportunité en l’épargne-carrière.
  • 1 entreprise sur 3 offre déjà actuellement à ses collaborateurs la possibilité « d’acheter » d’une manière ou d'une autre du temps.
  • Un tiers pense offrir jusqu’à 10 jours à économiser supplémentaires, près d'un quart en envisage 20 et 23 % n'imposeraient même aucune limite en termes de nombre de jours.
  • Seulement 24 % des employeurs indiquent que les heures épargnées doivent être prises dans un délai de six mois ou d’un an.

Évaluation – potentiel

Le marché de l’emploi est en plein changement. Tout le monde parle de la flexibilité et de l’employabilité future des collaborateurs actuels ainsi que de l’importance du potentiel lors de la recherche de nouveaux collaborateurs. Mais comment mesurer le potentiel ? Comment cartographier l’employabilité future ? Et comment estimer la flexibilité de vos collaborateurs et de votre organisation ?

Résultats de l’enquête : bientôt disponibles.