Emploi temporaire

Temps de lecture: Lire plus tard ?

Il vous arrive parfois de manquer temporairement de main-d'œuvre, par exemple, en période de pointe ou pour remplacer un collaborateur malade ou en cas de grossesse. La solution : un emploi temporaire par le biais d'un contrat à durée déterminée. En fonction de vos besoins et du type de travail, vous avez le choix entre différentes formes d’emploi. Dans ce dossier, nous nous concentrons sur les flexi-jobs et les contrats de remplacement.

Flexi-job : législation

Le système des flexi-jobs permet aux pensionnés et aux collaborateurs qui travaillent au moins en 4/5e  pour un autre employeur de gagner un salaire supplémentaire à des conditions favorables. La législation relative aux flexi-jobs s'applique exclusivement aux employeurs dans l’horeca ou le commerce de détail (y compris les salons de coiffure). Ils paient des cotisations patronales réduites à hauteur de 25 %. En outre, le flexi-salaire et toutes les indemnités y afférentes sont déductibles comme frais professionnels. Le collaborateur reçoit un salaire minimum de 10,08 euros (pécule de vacances inclus). Sur cette somme, il ne doit pas payer d’ONSS, de précompte professionnel ni d'impôt sur les revenus. Vous trouverez de plus amples informations sur les formalités et l’extension de la législation sur les flexi-jobs dans Nouvelles juridiques d’Acerta.

Contrat de remplacement : quid et comment ?

Un contrat de remplacement est un contrat de travail que vous concluez pour remplacer un collaborateur qui est temporairement inactif, par exemple, pour cause de maladie, de congé parental ou de crédit-temps. Un contrat de remplacement peut également être conclu pour remplacer un collaborateur qui reprend le travail à temps partiel dans le cadre d'une reprise progressive du travail.

Vous concluez le contrat pour une durée indéterminée et à raison d'un maximum de deux ans. Le remplacement a lieu dans le cadre d'un crédit-temps ou d'une interruption de carrière ? Dans ce cas, il est permis d'y déroger. Les trois mentions obligatoires :

  • motif du remplacement
  • identité du collaborateur remplacé
  • conditions du recrutement (au moins la durée et les règles de cessation)
 

Cessation du contrat de remplacement

Le contrat de remplacement est arrêté quand le collaborateur remplacé reprend ses activités – soit avec un délai de préavis abrégé, soit sans préavis. Aucune règle spécifique n'a été déterminée ? Ou bien vous arrêtez le contrat pour un autre motif que le retour ? Vous appliquez alors les règles habituelles de cessation d'un contrat. Pour les contrats de remplacement à durée déterminée, il ne faut pas de préavis.

Avantages du contrat de remplacement

Les principaux avantages du contrat de remplacement :

  • Avec un contrat de remplacement à durée indéterminée, vous prévoyez un délai de préavis abrégé ou aucun délai de préavis.
  • Ce système est plus avantageux pour vous qu’avec un intérimaire : vous ne payez pas de surcoût pour l’intervention de l’agence d'intérim.
  • Vous profitez de la flexibilité avec laquelle vous pouvez mettre fin à un contrat de remplacement à durée indéterminée lors du retour du collaborateur.
À la recherche de plus de réponses ?

À la recherche de plus de réponses ?

Trouver rapidement une réponse correcte et claire à vos questions relatives aux RH et au payroll en tant qu’employeur ? Acerta s’en charge.

Consultez tous nos dossiers pour les employeurs Consultez tous les articles à ce sujet