Bonus : motivation en ces temps de pénurie d’emploi

Temps de lecture: Lire plus tard ?

Une rémunération sur mesure de vos collaborateurs, avec un impact limité sur vos coûts salariaux totaux ? C’est possible, grâce aux bonus. Tant l’employeur que le travailleur récolte les fruits d’une politique intelligente en matière de bonus. Vous choisissez parmi toute une série de types de bonus, chacun doté d’avantages spécifiques et de conditions souvent intéressantes au niveau fiscal et social. Simultanément, vous jouez une carte importante pour récompenser les bons collaborateurs de leur engagement. Acerta vous aide volontiers dans cette démarche et vous donne un aperçu des différentes possibilités. Votre gain : un plan de bonus qui favorise votre politique de rétention en ces temps de pénurie d’emploi.

Politique en matière de bonus : avantageuse et variée

En tant qu’employeur, vous avez peu de marge de manœuvre financière pour une augmentation salariale classique. Les chiffres le reflètent aussi : durant le premier semestre 2018, 4 collaborateurs sur 5 ont reçu une augmentation limitée voir nulle. Dans le secteur marchand, 30 % ont obtenu un bonus, contre 1,5 % dans le secteur non marchand.

Pourtant, il existe d’autres manières de récompenser les collaborateurs dévoués, comme un package salarial flexible, également appelé plan cafétéria. Les options de mobilité, la constitution de pension, les formations et l’échange de salaire contre des vacances (et vice versa) sont fortement appréciés. Une autre possibilité consiste à verser un bonus dans un plan de pension. Dans ce cas, vous payez seulement une cotisation patronale limitée de 8,86 % et une taxe de 4,4 % sur la prime. Et au moment où votre collaborateur prend le bonus, il paie une cotisation de sécurité sociale réduite et un faible impôt quelle que soit la situation (âge, type, constitution). Convertir un bonus en jours de vacances compte aussi parmi les possibilités. À cet égard, vous divisez les coûts salariaux par le nombre de jours à prester. Enfin, les collaborateurs valorisent également un bonus sous forme de warrants.

Bonus salarial : nouveautés en 2019

Au moyen d'un bonus salarial ou d’avantages non récurrents liés au résultat, vous récompensez vos collaborateurs lorsqu'ils atteignent des objectifs collectifs au niveau de l’entreprise ou du département. En 2019, le bonus salarial a obtenu un traitement fiscal et social avantageux :

  • Une exonération ONSS jusqu’à 3383 euros (montant brut par année civile par collaborateur) ;
  • Une exonération fiscale jusqu’à 2941 euros (année de revenus 2019).

Attention : en tant qu’employeur, vous devez payer une cotisation ONSS spéciale de 33 %.

La nouvelle CCT 90/3 améliore la mise en place du plan d’octroi :

  • La définition de la durée de validité a été supprimée.
  • Votre entreprise ne peut pas avoir entamé de procédure de consultation concernant un licenciement collectif.
  • La modification des objectifs est désormais uniquement possible pour l’avenir.

Il existe déjà des formulaires électroniques pour la procédure de l’acte d’adhésion. À terme, des bonus électroniques seront également intégrés dans une plateforme électronique.

Bonus en espèces

Des cotisations ONSS et des impôts élevés sont prélevés sur un bonus en espèces. Résultat : une grande différence entre brut et net. Pourtant, le bonus en espèces est encore en vogue grâce aux conditions flexibles. Il n’est assorti d’aucune formalité obligatoire : vous versez un bonus collectif ou individuel et il n'y a pas de montant maximal. En Belgique, 21 % des travailleurs reçoivent un bonus en espèces chaque année. Cette forme connaît principalement du succès en Flandre et auprès des grandes entreprises. Dans les sociétés de plus de 500 collaborateurs, 44 % touchent un bonus en espèces, contre 15 % à peine dans les sociétés comptant entre 20 et 100 collaborateurs.

Prime bénéficiaire

La prime bénéficiaire est un bonus non récurrent que vous attribuez collectivement en tant que participation aux bénéfices. Vous pouvez verser une prime bénéficiaire unique et elle n’est pas considérée comme une augmentation salariale. Il est en outre autorisé de cumuler la prime bénéficiaire avec d’autres bonus (individuels).

Une prime bénéficiaire est intéressante sur le plan fiscal : vous ne payez pas de cotisation à charge des sociétés sur celle-ci. Vos collaborateurs, eux, paient 13,07 % de cotisations ONSS et 7 % d’impôts. La prime bénéficiaire ne peut jamais excéder 30 % de votre masse salariale brute totale. Vous avez le choix entre deux modes d’octroi :

  • Prime bénéficiaire identique : vous déterminez le montant lors de l’assemblée des actionnaires.
  • Prime bénéficiaire catégorisée : introduction par CCT ou acte d’adhésion.

Warrant

Le warrant est un produit d'investissement assorti d'un risque financier limité. Les warrants donnent à vos collaborateurs le droit d’acheter des actions cotées en bourse à un prix préalablement défini. Votre collaborateur peut éventuellement immédiatement revendre les actions. Si certaines conditions sont remplies, les warrants sont exonérés de cotisations patronales et travailleurs pour la sécurité sociale. Ils sont fiscalement déductibles comme charge professionnelle et seule une taxe boursière limitée est due. De plus, en tant qu’employeur, vous déterminez si vous versez un rendement net plus élevé pour le bénéficiaire ou si vous bénéficiez de coûts patronaux réduits. Une véritable opportunité.

Rémunérer et récompenser à des conditions fiscalement avantageuses ?

Acerta vous soutient dans la composition d'un package salarial motivant et financièrement réalisable.

À la recherche de plus de réponses ?

À la recherche de plus de réponses ?

Trouver rapidement une réponse correcte et claire à vos questions relatives aux RH et au payroll en tant qu’employeur ? Acerta s’en charge.

Consultez tous nos dossiers pour les employeurs Consultez tous les articles à ce sujet