Céder votre entreprise

Temps de lecture: Lire plus tard ?

Envie de lever le pied et de mettre vos enfants en selle ? Prêt à prendre votre pension ? Ou peut-être avez-vous reçu une offre que vous ne pouvez pas refuser ? Quelle que soit la raison, céder votre entreprise à un nouveau propriétaire n’est pas chose aisée, que ce soit sur le plan financier, fiscal, juridique ou humain. Vous augmentez vos chances de réussite en vous y prenant à temps.

Vendre ou céder une entreprise ?

Vous avez décidé de ralentir vos activités en tant que gérant, ou même de cesser complètement vos activités d’indépendant. Pourtant, vous voulez que votre entreprise continue de tourner. Et vous refusez de la fusionner avec une autre entreprise. Trois scénarios s’offrent à vous :

  1. Votre entreprise reste dans la famille. Vous transférez entièrement la propriété et la direction à un ou plusieurs membres de la famille.
     
  2. Votre famille garde le contrôle. Votre famille reste propriétaire de l'entreprise et nomme un gérant pour diriger l'entreprise au quotidien. Éventuellement jusqu'à ce que vos enfants soient prêts à prendre la relève.
     
  3. Vous vendez l’entreprise. Un acheteur rachète votre entreprise et vous lui dites au revoir. Vous vendez votre entreprise à une personne de confiance - partenaire commercial, membre du personnel, fournisseur... ou à une personne intéressée que vous ne connaissiez pas auparavant.

Repreneur : famille ou employé

Vous avez bâti votre entreprise à partir de rien ou elle fait partie de votre famille depuis plusieurs générations. Laisser le travail de votre vie à une tierce personne n’est dès lors pas facile. Surtout quand l’entreprise a encore du sens pour beaucoup de gens. Commencez donc toujours par vous tourner vers votre famille : qui de la jeune génération souhaiterait écrire un nouveau chapitre de votre entreprise ? Vous ne trouvez personne ? Demandez alors à votre associé ou à un employé s’il souhaite reprendre la société.

Préparer la vente ou la cession

Le transfert ou la vente de votre entreprise doit être bien préparé - bien avant de prendre les mesures définitives pour la quitter. Cela se fait en sept étapes :

  1. orientez-vous : fixez vos objectifs personnels et financiers, et déterminez qui peut reprendre votre entreprise.
     
  2. informez-vous : recherchez des informations pertinentes, par exemple auprès des autorités, des organisations entrepreneuriales ou sectorielles, ou discutez-en avec un conseiller. Parlez toujours de vos projets à votre famille et sondez les différents scénarios de transfert possibles...
     
  3. élaborez un plan de transfert : mettez en avant les points faibles et les points forts de votre entreprise, ou faites-les examiner, fournissez une estimation indicative,
     
  4. mettez en parallèle les différents scénarios de transfert : décidez si vos enfants vous succéderont, si vous vendez votre entreprise ou si vous en gardez le contrôle en nommant un gérant,
     
  5. élaborez un plan de transfert pour préparer l’entreprise en vue de la vente ou de la succession, puis exécutez-le pas à pas.
     
  6. estimez à nouveau l’entreprise une fois qu'elle est prête pour la succession ou la vente, et fixez un prix.
     
  7. Signez les accords nécessaires et transférez (progressivement) la direction et / ou la propriété

Complexe… Faites-vous aider !

Transférer votre entreprise de manière optimale est un processus complexe et un grand pas à franchir sur le plan émotionnel. Pour un revenu maximal, votre entreprise doit être aussi attrayante que possible pour les acheteurs potentiels. Il peut être intelligent de commencer par changer certaines choses d’un point de vue organisationnel, stratégique, financier ou juridique. Faites-vous conseiller et assister par des personnes externes expérimentées qui auront un regard objectif. Ces spécialistes se tiennent à votre disposition, selon vos besoins. Discutez-en avec :

  • L’Agentschap Innoveren en Ondernemen (VLAIO) vous indique la ou les meilleures options dans votre situation personnelle, vous conseille sur les aides financières et vous guide vers l’accompagnement dont vous avez besoin.
     
  • Votre comptable ou votre expert-comptable ou un fiscaliste, pour rassembler les informations fiscales de votre société, en estimer la valeur et régler le transfert d’un point de vue fiscal.
     
  • Un médiateur de reprise professionnel, chargé de trouver et des acquéreurs potentiels et de négocier avec ces derniers, il vous accompagne jusqu'au contrat.
     
  • Votre notaire, pour l'inventaire de la situation commerciale et privée, et pour rédiger les déclarations de confidentialité ou d'intention, le contrat...
     
  • Un avocat,  pour examiner les obligations contractuelles, les aspects juridiques du transfert et préparer les documents officiels.
     
  • Votre banquier,  pour financer le transfert et fournir des conseils pour réinvestir ou placer le produit de la vente.
     
  • Un médiateur de conflit,  en cas de conflit que vous ne parvenez pas à régler vous-même avec les membres de votre famille.
     
  • Un coach,  pour un accompagnement individuel tout au long du processus et lors de la prise de décisions.
     
  • Des organisations entrepreneuriales telles que UNIZO ou Voka vous guideront au moyen de formations, de brochures et de conseils personnalisés pour tout ce qui concerne la vente de votre entreprise.

Arrêter ou prendre sa pension ?

Vous arrêtez complètement votre activité d’indépendant ? Vous prenez votre pension, mais restez toujours actif dans votre entreprise en tant que consultant ? N'oubliez pas de contacter un guichet d'entreprises (tel qu'Acerta) et votre caisse d'assurances sociales. Ils vous guideront à travers toutes les formalités à remplir, supprimeront vos données dans la Banque-Carrefour des Entreprises et adapteront ou clôtureront votre dossier de sécurité sociale.

Budget pour le coaching et les conseils

Profitez du KMO-portefeuille pour :

  • coaching et / ou conseils pour préparer le transfert de votre entreprise
  • conseils stratégiques pour votre plan de transfert

Exonération des droits de donation

En appliquant un taux réduit de droits de succession, le gouvernement encourage les dirigeants d’entreprise à sécuriser leur succession avant leur décès. Les droits de donation s’appliquent aux entreprises et sociétés familiales.