Un agenda bien ficelé dans la construction

17 février 2017

Employeurs de la construction, faites attention à votre agenda !

Vous êtes employeurs dans la construction ? Il n’est déjà pas facile de jongler entre les différents chantiers mais il vous faut également tenir compte des jours d’inactivité tantôt imposés, tantôt suggérés par le secteur. Nous faisons ici un petit rappel/inventaire des absences à prendre en compte pour organiser votre année de construction.

Les jours de repos obligatoires dans la construction.

Dans le secteur de la construction, les ouvriers travaillent en pratique 40 heures par semaine. Afin que la moyenne annuelle soit ramenée à 38 heures par semaine, ces derniers ont droit à 12 jours de repos compensatoires qui viennent s’additionner à leurs jours de congé normaux.

Attention, dans la construction les jours de repos compensatoires ne peuvent pas être pris à n’importe quel moment. Le secteur détermine chaque année des jours fixes qui doivent obligatoirement être respectés. Par conséquent, sauf exception limitative, vous ne pouvez pas faire travailler vos ouvriers ces jours-là. Ne perdez pas ces dates de vue lors de la planification de vos chantiers.

Les jours de remplacement de jours fériés.

Quand un jour férié tombe un jour normal d’inactivité, par exemple un dimanche, un travailleur doit pouvoir récupérer ce jour férié à un autre moment. Ici encore, le secteur de la construction a fixé les jours de récupération à un moment déterminé. Ces dates varient en fonction de la région.

N’oubliez pas de noter également ces dates car, comme dans le cadre des jours de repos, vous ne pourrez, sauf exception, pas faire travailler vos ouvriers ces jours-là. 

Les vacances annuelles.

Tout le monde a déjà entendu parler des « vacances de la construction » qui « bloquent » les chantiers en juillet et août. Pourtant ce sont les seuls jours que vous ne devez pas obligatoirement suivre en qualité d’employeur.

En effet, les « vacances de la construction » ne sont en réalité que des périodes que le secteur conseille aux employeurs mais qui ne doivent pas être suivies.

Vous avez donc le choix :

  • Soit vous décidez de suivre l’avis du secteur et insérez ces périodes dans son règlement de travail. Dans ce cas, les travailleurs ne pourront effectivement pas travailler pendant les périodes déterminées.
  • Soit vous décidez de ne pas suivre l’avis du secteur. Dans ce cas, les travailleurs sont libres de prendre leurs vacances quand ils le souhaitent (moyennant votre accord bien sûr).

Vous n’avez rien prévu ? Dans ce cas, vous tombez automatiquement dans la deuxième hypothèse et vous êtes libres de fixer les vacances des travailleurs en commun accord avec ces derniers.

Attention, les dates sont différentes en fonction de votre situation géographique. 

Quelles sont les dates pour 2017 ?

Toutes les dates précitées changent chaque année, nous mettons chaque année l’agenda de la construction à votre disposition. 

Besoin de plus d’informations ? N’hésitez pas à consulter le guide sectoriel de la construction gratuitement mis à votre disposition si vous êtes clients chez Acerta. 

Partagez cet article
Retour à l’aperçu updates et nouvelles juridiques