Précédent

Élections sociales : qu’est-ce que la « période occulte » ?

04 décembre 2019 Marlies Santermans Employeurs

La procédure des élections sociales démarre ce mois-ci. Le jour des élections proprement dit aura lieu en mai 2020. Les élections sociales sont obligatoires pour les entreprises qui occupent plus de cinquante ou cent personnes. Elles sont destinées à élire les délégués qui participeront au comité pour la prévention et la protection au travail (CPPT) et au conseil d’entreprise (CE). Une période occulte, durant laquelle il vaut mieux ne licencier aucun travailleur, précède le jour effectif des élections. En quoi cela consiste-t-il concrètement ?

Temps de lecture: Lire plus tard ?

Comment cela se passe-t-il ?

La procédure occulte commence trente jours avant le début de la procédure officielle en janvier 2020. Il s’agit d’une période durant laquelle les travailleurs se portent candidats aux élections sociales et bénéficient ensuite d’une protection contre le licenciement. Tout travailleur qui se porte candidat bénéficie d’une protection contre le licenciement 30 jours avant le début de la procédure officielle et durant les 35 jours suivant son commencement. Pendant ces 65 jours, vous n’avez pas connaissance, en tant qu’employeur, du nom des collaborateurs qui se portent candidats, étant donné que la liste finale des candidats n’est divulguée que fin mars. Nous vous conseillons dès lors de ne licencier aucun travailleur. La protection prend fin le jour où le syndicat publie la liste des candidats. La procédure occulte court généralement du 12 janvier au 30 mars.

Et si vous décidez tout de même de licencier un travailleur ?

Si vous licenciez un travailleur pendant la période occulte et ne respectez donc pas la protection contre le licenciement, vous êtes tenu de verser une indemnité de licenciement qui peut aller jusqu’à quelques années de salaires. Pour parer à toute éventualité, il est donc conseillé de ne procéder provisoirement à aucun licenciement à partir de janvier 2020.

Pour licencier des collaborateurs sans devoir payer des indemnités de licenciement importantes lors de la période de protection occulte, il faut impérativement qu’il existe un motif grave (reconnu au préalable par le tribunal du travail) ou un motif économique ou financier (reconnu au préalable par la commission paritaire).

Partagez cet article

Marlies Santermans

Écrit par Marlies Santermans

Gestionnaire de projet, Élections sociales

Articles liés

Suspension des élections sociales mai 2020
Employeurs

Suspension des élections sociales mai 2020

27 mars 2020 Marlies Santermans

Maintenant que la crise liée au coronavirus a également touché la Belgique, le Groupe des 10 est arrivé à la conclusion que l'organisation des élections sociales n'est temporairement plus possible d'un point de vue organisationnel.

En savoir plus
Les élections sociales approchent
Employeurs

Les élections sociales approchent

04 septembre 2019

En 2020, des élections sociales auront à nouveau lieu. De nombreuses entreprises sont en pleins préparatifs, car la procédure électorale proprement dite débute déjà en décembre 2019.

En savoir plus
Élections sociales 2020 : voter électroniquement depuis le lieu de travail
Employeurs

Élections sociales 2020 : voter électroniquement depuis le lieu de travail

30 avril 2019

Sur le lieu de travail du futur, la technologie soutient les travailleurs. Rien d’étonnant donc à ce que le terme « numérisation » revienne si souvent. Ce phénomène a même fait son trou jusqu’aux élections sociales pour lesquelles les partenaires sociaux encouragent une modernisation de la procédure.

En savoir plus