Précédent

Les avantages des chèques-repas et écochèques

09 août 2018 Employeurs

Les chèques-repas existent depuis plus de 30 ans et constituent l’un des avantages extralégaux les plus répandus. La raison de ce succès est simple : tant pour vous, en tant qu’employeur, que pour vos collaborateurs, ils présentent de nombreux avantages.

Cependant, seule une minorité de travailleurs reçoivent des chèques-repas et des écochèques. Voici les conclusions d’Acerta à l’issue de l’analyse des données de plus de 40 000 employeurs. Ça ne veut pas forcément dire que les envisager n’en vaut pas la peine.

Temps de lecture: Lire plus tard ?

1 travailleur sur 3 reçoit des chèques-repas, 1 employeur sur 4 en octroie

Le chèque-repas est la reconnaissance par excellence d’un jour effectivement presté. D’après nos données, 34,13 % des travailleurs, dont 40,08 % des employés et 16,07 % des ouvriers, reçoivent un chèque-repas par jour presté. 28,33 % des employeurs prévoient des chèques-repas.

Employeur de grande taille = plus de chance de recevoir des chèques-repas

On constate une tendance évidente : les chèques-repas comme élément salarial sont plus populaires dans le marchand que dans le non-marchand. Par ailleurs, les employeurs de plus grande taille ont davantage tendance à distribuer des chèques-repas. La popularité des chèques-repas atteint 66 % chez les employeurs de 500 à 1000 travailleurs.

Un quart des employeurs octroie des écochèques, légèrement moins populaires

L’année prochaine, nous fêterons le 10e anniversaire des écochèques. Tout comme les chèques-repas, cet élément salarial est exonéré d’impôt et d’ONSS. Les écochèques sont toutefois moins populaires que les chèques-repas : en moyenne, 26,76 % des employeurs octroient des écochèques à ses travailleurs. 38,83 % d’employeurs en octroient à leurs employés et 14,8 % à leurs ouvriers.

Ça vaut la peine de les envisager

Un inconvénient non négligeable des chèques est que vous ne pouvez pas, en tant qu’employeur, décider au cas par cas d’octroyer ou non des chèques-repas ou écochèques à vos travailleurs. Les aspects négatifs ne font toutefois pas le poids face aux aspects positifs. Vous pouvez en effet déduire maximum 2 euros de leur coût comme charges d’exploitation. Tant les chèques-repas que les écochèques sont complètement exonérés d’impôt et d’ONSS.

De plus, les chèques-repas peuvent représenter une façon intéressante de réduire l’absentéisme au sein de votre entreprise. Comme les travailleurs ne reçoivent des chèques-repas que par jour presté, ceux-ci peuvent servir de motivation supplémentaire. L’introduction des chèques-repas et des écochèques est réglementée par une série de formalités légales qu’en tant qu’employeur, vous devez respecter. Des accords spécifiques ont également été conclus dans certains secteurs. Mieux vaut vérifier ce dernier point à l’avance.

L’Echo a aussi analysé nos chiffres, le 9 août 2018.

En s'avoir plus ?

Contactez-nous au 02 474 01 06 ou par email.

Par email

E-news pour employeurs

Inscrivez-vous à notre newsletter trimestrielle pour recevoir plus d’informations intéressantes.

Partagez cet article

Articles liés