Rematching: une solution gagnant-gagnant

Temps de lecture: Lire plus tard ?

À peine 16 % des collaborateurs recherchent activement un autre emploi, alors que 6 travailleurs sur 10 souhaitent donner un nouveau tournant à leur carrière. Ces chiffres ouvrent des perspectives de reconversion de vos collaborateurs actuels. Vous pouvez aussi mieux faire correspondre leurs compétences aux emplois pour lesquels vous avez du mal à trouver des candidats. En tant qu’employeur, vous préparez ainsi votre capital humain à l’industrie 4.0 et aux emplois de demain dans votre entreprise.

Besoin de réorientation

Réorienter votre personnel représente un investissement dans le potentiel de croissance, en fonction de l’individu et des besoins de votre entreprise. Le rematching répond ainsi au souhait de vos collaborateurs de changer de rôle. Ils y gagnent d’ailleurs beaucoup : la rotation des emplois familiarise les gens au changement, favorise la croissance des connaissances et des possibilités et offre des perspectives d’avenir.

Pénurie structurelle sur le marché de l’emploi

Sur le marché de l’emploi belge règne une discordance quantitative : le nombre de demandeurs d’emploi diminue tandis que celui des offres d’emploi culmine. Quelque chose cloche également sur le plan de la qualité, car les profils recherchés ne correspondent pas à l’offre. La pénurie structurelle vers laquelle nous nous dirigeons est aussi liée au vieillissement de la population : il n’y a jamais eu autant de plus de 50 ans au travail. Lorsque ces baby-boomers partiront, il n’y aura pas assez de jeunes remplaçants. Plus de 7 employeurs sur 10 déclarent déjà être affectés par la pénurie sur le marché du travail. De plus, 1 dirigeant d’entreprise sur 2 pense que l’industrie 4.0 impactera son organisation d’ici trois à cinq ans. Développer les talents internes plutôt que de recruter en externe semble apporter une réponse possible à la pénurie sur le marché de l’emploi. Grâce au rematching ou à la mobilité interne, vous donner l’occasion à vos collaborateurs talentueux d’emprunter une nouvelle voie, d’endosser un rôle qui conviendra mieux à leurs besoins ainsi qu’aux vôtres. Acerta a développé un trajet de conseil et d’accompagnement pour soutenir ce processus.

Pourquoi recourir au rematching ?

D’après une enquête d’Acerta, 1 collaborateur sur 3 connaît ses talents grâce à son employeur. Cependant, moins de la moitié sait par le biais de quels trajets de croissance employer ces talents dans l’organisation. Les collaborateurs, souvent démotivés, épuisés et à peine impliqués, persévèrent ainsi dans la même fonction. Ce qui les retient de quitter l’organisation, c’est l’insécurité et la peur de perdre leur ancienneté. En les rendant mobiles au sein de l’organisation, vous répondez à leur demande de changement. Vous les préparez par la même occasion à endosser de nouveaux rôles.

Échange de personnel

Les travailleurs n’aiment pas changer d’employeur, mais apprécient la variation dans le contenu de leur fonction. Les chiffres en disent long : 86 % indiquent être prêts à occuper un autre rôle temporairement/à temps partiel. 82 % sont disposés à acquérir temporairement/à temps partiel de l’expérience dans une autre équipe et 72 % iraient même jusqu’à travailler temporairement/à temps partiel au sein d’une autre organisation, donc en rematching externe.

Les grandes entreprises peuvent plus facilement s’atteler au rematching interne vu qu’elles présentent davantage de rôles et de tâches à répartir. Pour les petites entreprises, la solution réside plutôt dans la collaboration au sein de groupements d’employeurs. Dans un pays regorgeant typiquement de PME comme la Belgique, le co-sourcing ou la création d’une réserve de talents entre organisations représente une piste intéressante. Les entreprises peuvent ainsi constituer un groupement d’employeurs au sein duquel elles peuvent mettre des collaborateurs à la disposition des autres membres du groupement. Un tel groupement requiert l’autorisation du ministre de l’Emploi, doit posséder une forme juridique précise et respecter des règles spécifiques.

Initiatives de soutien

L’applicabilité plus vaste de la clause d’écolage permet à davantage d’employeurs donnant des formations d’être récompensés grâce à la possibilité de conserver des collaborateurs en service plus longtemps. Si votre collaborateur quitte votre entreprise dans un certain délai après la formation, il doit alors vous rembourser une partie des frais de formation. En outre, les PME peuvent obtenir des subventions pour certaines formations externes ou des conseils de prestataires de services enregistrés via le portefeuille de PME de la VLAIO. Les petites entreprises reçoivent 40 % de subventions avec un maximum de 10 000 par an. Les moyennes entreprises reçoivent 30 % de subventions avec un maximum de 15 000 par an.

Travail flexible

La loi sur le travail faisable et maniable, également appelée loi Peeters, offre aux employeurs des possibilités pour employer leur personnel de façon plus flexible. Outre des mesures sur les horaires flottants, la répartition du travail et le télétravail occasionnel, la loi renforce également les règles en matière de formation.

Auparavant, les organisations belges devaient consacrer 1,9 % de leur masse salariale à la formation. Elles doivent désormais prévoir en moyenne deux jours de formation par collaborateur par an. À terme, ce nombre atteindra en moyenne 5 jours de formation par collaborateur. Il s’agit d’une bonne nouvelle, car les formations constituent un investissement indispensable pour perfectionner vos collaborateurs, stimuler leur motivation et développer des talents inexploités.

Une enquête réalisée par Acerta auprès de 469 CEO et membres de la direction démontre que 48 % de ceux-ci estiment la formation nécessaire et que 25 % s’attendent à ce que les connaissances et compétences actuelles deviennent obsolètes d’ici 3 à 5 ans. Malheureusement, 43 % des collaborateurs ne savent même pas qu’un budget de formation existe. Il reste donc du pain sur la planche pour la direction et les dirigeants quant à la promotion des formations.

Au final, l’employeur comme le collaborateur en récoltent les fruits. Vous stimulez la mobilité interne et les possibilités de rematching, au sein de votre entreprise ou via un groupement d’employeurs. Vous répondez ainsi aussi à la demande de défi et de variation de votre collaborateur. D’autre part, cette solution assurera la continuité de l’organisation, où les besoins de talents de demain diffèreront de ceux d’aujourd’hui.

Envie d’exploiter pleinement vos talents internes et de leur donner un rôle tourné vers l’avenir ? Acerta vous conseille et vous soutient en matière de mobilité de l’emploi interne et de rematching externe.