Précédent

Vincent Vanasch: comme indépendant, il marque aussi des points hors du terrain

#Starters #melancer.be

Entreprendre, c’est du sport de haut niveau. Cela sonne peut-être comme un cliché, mais pour le champion olympique Vincent Vanasch, c’est tout simplement la vérité. Le joueur de hockey passionné marque des points comme meilleur gardien du monde chez les Red Lions et comme motivational speaker sur le terrain et en-dehors. Et il observe pas mal de similitudes entre le sport de haut niveau et l’entrepreneuriat : « Les deux exigent de la sueur, du sang et des larmes et vous apprennent à donner le meilleur de vous-même. Comme un athlète, un entrepreneur doit être ambitieux, visionnaire et dévoué. » C’est parti !

Temps de lecture: Lire plus tard ?

Super héros

Tirez-vous de là Diables Rouges, car voici les Red Lions. À 32 ans, Vincent est l’un des visages les plus connus de l’équipe nationale de hockey, un sport qui ne cesse de gagner en popularité. Et il en est fier : « En tant que joueur de hockey et gardien, j’ai la possibilité de représenter mon pays au niveau national et international. Sous les couleurs de la Belgique, je veux atteindre le plus haut niveau possible. »

Mais d’où lui vient cette passion et cet amour du jeu ? « Je suis né dans une famille de joueurs de hockey. Mon père dirigeait l’académie des jeunes au Evere White Star Hockey Club, où j’ai commencé à jouer moi aussi. Mes deux grands frères et ma sœur jouaient au hockey. Mais c’est surtout l’équipement du gardien qui a attiré mon attention. Avec le casque dix fois trop grand et le ‘body armour’, je me sentais comme un super héros. Mon entraîneur utilise encore cet argument aujourd’hui pour me motiver à chaque match. » (rires)

Des J.O. à l’entrepreneuriat

Vincent a l’esprit de compétition, c’est peu de le dire. Et son drive et sa passion du hockey l’ont naturellement mené à l’entrepreneuriat. « Je veux sans cesse dépasser mes limites, aussi bien sur le terrain qu’en-dehors. De plus, je m’active de tous côtés pour élever mon sport à un plus haut niveau. J’espère ainsi inspirer ceux qui m’entourent et les aider à devenir meilleurs. Et pour y arriver, il fallait que j’élargisse mon horizon… hors du terrain de hockey. Pour certains, faire le pas de sportif à entrepreneur peut sembler énorme, mais pour ma part, je ne trouve pas le monde du sport si différent de celui de l’entreprise. En tant qu’athlète olympique, il faut donner le meilleur de soi-même tous les jours, avoir beaucoup de discipline et savoir s’entourer des bonnes personnes, qui vous aideront à atteindre vos objectifs. Ce sont toutes des caractéristiques utiles quand on est chef d’entreprise. Je voulais aussi partager mes expériences du monde sportif avec d’autres indépendants. Je suis certain que c’est la petite graine qui m’a plus tard donné envie de devenir motivational speaker. »

Essais et erreurs

On dit souvent aux indépendants de suivre leur passion, et c’est exactement ce que Vincent a fait. Mais tout n’a pas coulé de source d’emblée pour autant : « Cela faisait un petit moment que je pensais à devenir indépendant complémentaire, mais je ne voyais pas par où commencer. Tout était nouveau et inconnu. Fonder ma société a d’ailleurs été ce qui m’a pris le plus de temps. Heureusement, j’étais bien entouré et, en tant qu’entrepreneur débutant, j’ai pu compter sur mon réseau. Connaître les bonnes personnes peut faire la différence. Quand le succès des Red Lions a commencé à attirer l’attention, on m’a de plus en plus souvent invité pour des évènements et des ‘meet & greet’. J’ai fait la connaissance de plein de gens et ça m’a ouvert des portes. Ma famille et mon réseau professionnel m’ont soutenu, conseillé et préparé à cette nouvelle expérience, et ils continuent encore aujourd’hui. J’ai ainsi pu faire un saut calculé dans l’inconnu. »

Peut-on qualifier l’histoire de Vincent de réussite ? Il est trop modeste pour cela : « Je ne savais pas si j’allais avoir du succès comme entrepreneur, et aujourd’hui, je n’oserais pas encore l’affirmer. Il y a toujours moyen de faire mieux, plus fort, plus haut. Je veux continuer de me surpasser. C’est le champion olympique en moi (rires). »

Vos défaites sont vos meilleures leçons. Tirez-en quelque chose.

Vos défaites sont vos meilleures leçons. Tirez-en quelque chose.

Vincent Vanasch, Champion olympique et gardien chez les Red Lions

Toujours plus haut

Une chose est sûre pour Vincent : si on veut atteindre quelque chose, il faut travailler. Il n’a donc aucune intention de se reposer sur ses lauriers dans le futur. «  Je veux continuer à relever des défis et à surmonter des obstacles. Mon plus grand objectif ? Continuer à inspirer et motiver les gens à réaliser leurs rêves. Mon conseils aux indépendants débutants est de ne pas se stresser à propos du succès et de ne pas avoir peur de se planter. Les défaites sont les meilleures leçons. Tirez-en quelque chose. C’est une leçon que je garderai toujours en tête, que ce soit dans ma carrière d’athlète ou d’indépendant. »

Vous avez des questions sur votre démarrage en tant qu'indépendant ?

Ne vous inquiétez pas ! Notre équipe Acerta est à votre disposition. Prenez rendez-vous avec un expert par vidéoconférence ou dans un bureau près de chez vous.

Le récit de Vincent vous inspire? Suivez l’un des webinaires gratuits de la Starters académie d’Acerta. Commencez dès aujourd’hui votre aventure d’indépendant.

Incrivez-vous ici

Partagez ce récit d’entrepreneur