Précédent

Que faire si vos collaborateurs économisent leurs jours de vacances ?

16 septembre 2021 Marijke Beelen Employeurs

Les travailleurs belges ont encore beaucoup (trop) de jours de vacances après les vacances d’été. C’est ce qu’il ressort d’une enquête d’Acerta. Les chiffres des vacances à la fin août restent inférieurs de 7 % au niveau antérieur à la crise du coronavirus. Que peuvent faire les employeurs pour éviter que les travailleurs amassent leurs jours de vacances ? Comment les employeurs peuvent-ils veiller au bon déroulement de la planification des vacances ? Acerta vous conseille.

Temps de lecture: Lire plus tard ?

Le comportement des travailleurs vis-à-vis des vacances a changé

Tout comme l’an dernier, les travailleurs belges ont économisé leurs jours de vacances. Avec la crise du coronavirus, les travailleurs sont plus « économes » avec leurs jours de vacances et adoptent une attitude plutôt attentiste. Après les vacances d’été, les chiffres des vacances sont encore nettement en dessous de la moyenne cette année. Au cours de la période allant de janvier à août 2021 inclus, 6,1 % des heures ouvrables ont été consacrées aux vacances. En 2019, ce chiffre était encore à 6,6 % durant la même période et même en 2020, on a pris plus de jours de vacances après les vacances d’été que cette année. Les jeunes, en particulier, semblent les plus économes en vacances cette année.

Un casse-tête pour éviter les chevauchements

Selon la législation belge, les jours de congé légaux doivent être pris avant la fin de l’année. Comme les travailleurs ont été jusqu’à présent « économes » en jours de vacances, le fonctionnement des organisations risque d’être compromis cet automne. En effet, plus le nombre de travailleurs devant encore prendre des vacances sur une période plus courte est élevé, plus les risques de chevauchement sont importants. Et il devient dès lors difficile de garantir la continuité.

Bien planifier les périodes de vacances prisées

Pendant les périodes de vacances prisées, il peut être difficile de gérer le planning des vacances. Pensez aux vacances de Toussaint et de Noël. En outre, le jour de l’Armistice (qui tombe un jeudi cette année) entraînera probablement un grand nombre de « week-ends prolongés ».

Le conseil le plus important ? Conclure de bons accords. Concertez-vous avec les collaborateurs, car les vacances doivent toujours être planifiées et prises avec le consentement aussi bien de l’employeur que du travailleur. L’employeur ne peut pas imposer au travailleur le moment ni la durée des vacances. Le travailleur ne peut pas s’absenter du travail pour cause de vacances sans formalités. Il doit obtenir l’autorisation de son employeur.

L’accord collectif peut fixer (partiellement) le planning des vacances

Il est tout à fait possible qu’un accord collectif ait été conclu sur le planning des vacances dans une organisation. Le secteur a en premier l’occasion de décider. Cependant, dans la pratique, cela se passe dans très peu de secteurs. Si le secteur n’a rien décidé, le conseil d’entreprise peut décider de la fermeture collective de l’entreprise. À défaut de conseil d’entreprise ou de décision du conseil d’entreprise à ce sujet, la délégation syndicale peut le faire. À défaut de délégation syndicale ou de décision de cet organe, l’employeur et les travailleurs fixent les dates et la durée des vacances. Lorsque l’employeur et les (représentants des) travailleurs déterminent les dates et la durée des vacances, il s’agit de vacances collectives. L’entreprise entière ferme alors ses portes ou les départements pour lesquels des vacances ont été convenues.

Accord individuel entre l’employeur et le travailleur

Dans la plupart des cas, l’employeur et le travailleur conviendront individuellement du moment et de la durée des vacances du travailleur. Dans la pratique, c’est généralement le travailleur qui introduit une demande et l’employeur ou son préposé qui l’approuve ou la rejette.

Conseils pour une bonne planification des vacances

Vous pouvez éviter les discussions en concluant de bons accords. Par exemple, vous pouvez déjà fixer plusieurs points dans votre règlement de travail. Quelques exemples :

  • Vous pouvez octroyer la période des vacances scolaires aux parents qui en font la demande.
  • Vous pouvez octroyer un tour de rôle pour organiser qui peut choisir en premier.

Vous pouvez toujours sonder à l’avance les intentions du travailleur, sans pour autant conclure un accord. Demander sans engagement quand les travailleurs ont l’intention de prendre leurs vacances peut rapidement mettre en évidence s’il y aura des conflits ou non. Peut-être restera-t-il suffisamment de temps pour résoudre ce problème. Mais il est temps d’agir pour que les compteurs de vacances soient à zéro le 31 décembre.

Découvrez Acerta Connect Employee Self Service : le moyen le plus facile de gérer les demandes de congés

Grâce à Acerta Connect ESS, vos travailleurs peuvent à présent aussi indiquer leur prise de congé, congé maladie, journées de télétravail, etc. via leur smartphone. Pratique et rapide !

Découvrez Acerta Connect ESS

Partagez cet article

acerta-marijke-beelen.png

Écrit par Marijke Beelen

Conseillère juridique chez Acerta

Articles liés

Retour de l’obligation d’enregistrement du télétravail
Employeurs

Retour de l’obligation d’enregistrement du télétravail

22 novembre 2021 Nele Mertens

Après une longue période de forte recommandation du télétravail, le Comité de concertation du 17 novembre a décidé de rendre le télétravail à nouveau obligatoire. Acerta vous présente un résumé des règles en vigueur.

En savoir plus
Réduction groupe-cible : qu’est-ce qui change en 2022 ?
Employeurs

Réduction groupe-cible : qu’est-ce qui change en 2022 ?

16 novembre 2021 Nele Mertens

Si vous pouvez prétendre à une réduction groupe-cible en tant qu’employeur, vous pourrez bénéficier d’une réduction importante pendant plusieurs trimestres. Des modifications seront apportées à certaines réductions groupe-cible en 2022.

En savoir plus
Compensation pour l’assimilation des jours de vacances en 2022
Employeurs

Compensation pour l’assimilation des jours de vacances en 2022

08 novembre 2021 Nele Mertens

Les travailleurs qui ont été mis au chômage temporaire pour cause de force majeure en 2021 ne perdront pas leurs jours ni leur pécule de vacances en 2022. Le gouvernement l’a décidé à la fin du mois d’octobre.

En savoir plus