Ce temps ensoleillé permet-il à vos travailleurs de venir en short et tongs au travail ?

03 août 2022

Nous sommes gâtés par un soleil bien présent cet été, le tout combiné avec une ambiance de vacances pourrait tenter vos travailleurs de porter des vêtements plus légers et moins formels sur leur lieu de travail. Mais le travailleur peut-il vraiment tout se permettre ?

La sécurité des travailleurs avant leur confort

Le premier réflexe à adopter par l’employeur est de vérifier si le secteur ou le travail effectué par les travailleurs ne nécessite pas le port de vêtements de protection particuliers. Par exemple, on peut s’imaginer qu’un travailleur qui utilise des outils dangereux comme une tronçonneuse ne puisse pas porter de sandales sur le lieu de travail. Si cet exemple semble évident, il ne l’est pas toujours autant dans la réalité donc en cas de doute, n’hésitez pas à prendre contact avec votre médecine du travail afin qu’une analyse des risques soit effectuée.

Conseil pratique, même si les vêtement de sécurité ne doivent pas obligatoirement être repris au règlement de travail, nous vous conseillons de les y décrire. Le travailleur sera ainsi dûment informé et cela peut éviter d’éventuels malentendus.

Le règlement de travail vaut toute l’année

Outre les vêtements de sécurité, il se peut que les travailleurs se voient imposer un code vestimentaire en raison, par exemple, de leur contact avec la clientèle. Dans cette hypothèse, mieux vaut prévoir des directives claires objectives et non discriminatoires dans votre règlement de travail. Une fois ces directives fixées, elles demeurent d’application aussi bien pendant l’année qu’en période estivale ( sauf stipulation explicite contraire au règlement de travail).

Vous pouvez également prévoir dans votre règlement du travail des sanctions qui seront appliquées si les accords ne sont pas respectés.

Y a-t-il une différence pour les travailleurs qui effectuent du télétravail ?

Tout dépendra de l’activité exercée par le télétravailleur. Si ce dernier exerce une fonction où il n’est amené à participer à aucune vidéoconférence mais qu’il se borne à devoir effectuer du travail écrit ou par téléphone, vous ne pouvez pas lui imposer une tenue spécifique à son domicile.

Si ce dernier est amené à devoir participer à des vidéoconférences avec des clients ou des fournisseurs par exemple, les mêmes règles mises en place dans le règlement de travail lui sont, par contre, bien applicables. Pour éviter tout malentendu, il est conseillé de mentionner dans votre règlement de travail que cette règle portant sur le port de vêtements corrects s’applique également aux télétravailleurs.

… et si rien n’est prévu au règlement de travail ?

Pendant le contrat de travail, le travailleur est tenu d'assurer et d'observer le respect des convenances et des bonnes mœurs. Le travailleur est en outre tenu d'exécuter son travail de bonne foi avec soin, probité et conscience, au temps, au lieu et dans les conditions convenues.

Par conséquent, si les vêtements portés par le travailleur ne respectent pas les convenances et les bonnes mœurs ou nuisent à la réputation de l’employeur, ce dernier pourrait inviter son travailleur à se reprendre. Par exemple, si le travailleur au guichet d’une banque d’affaires réputée arrive en tongs et short hawaii, un avertissement pourrait lui être envoyé. Vous devrez cependant être en mesure de pouvoir justifier en quoi ce code vestimentaire est de nature à nuire à l’employeur et/ou aux bonnes mœurs ou aux convenances.

En conclusion, vérifiez d’abord la sécurité de vos travailleurs et adaptez votre règlement de travail au plus vite si aucune mention n’y est déjà reprise, cela vous évitera bien des tracas et des contestations éventuelles.

Acerta Consult peut vous aider à adapter ou créer votre règlement de travail par une offre sur mesure.

Partagez cet article

Retour à l’aperçu updates et nouvelles juridiques