Précédent

En trois étapes vers une politique de vacances réussie

11 mai 2022 Marijke Beelen Employeurs

Tout le monde a besoin de vacances. Saviez-vous qu’un travailleur à temps plein qui travaille 5 jours par semaine a droit à 20 jours de congés légaux ? Du moins, si l’année précédente, il a également travaillé à temps plein 5 jours par semaine. À cela s’ajoutent souvent des jours de congés extralégaux et des jours de RTT. En tant qu’employeur, mieux vaut mettre au point votre politique de vacances pour éviter de mettre en péril votre business continuity. Vous voulez en effet éviter que tout le monde soit absent en même temps, si toutefois vous n’organisez pas de vacances collectives annuelles. Envie d’une politique de vacances réussie dans votre organisation ? Suivez ces étapes :

Temps de lecture: Lire plus tard ?

Étape 1 : collectivement ou individuellement ?

En premier lieu, les secteurs décident des jours de vacances. Le secteur peut décider jusqu’au 31 décembre des jours de vacances de l’année suivante. Les congés du bâtiment dans le secteur de la construction sont l’exemple classique de congé collectif. Si les secteurs ne fixent pas d’accords à ce sujet dans un arrêté royal, la décision de congé collectif ou individuel tombe au niveau de l’entreprise.

Si l’employeur opte pour un congé collectif, des accords sont nécessaires avec le conseil d’entreprise. Si aucune date de fin n’est mentionnée à ce sujet, il est préférable que le conseil d’entreprise fixe ceci le plus tôt possible. Les secteurs pouvant décider jusqu’au 31 décembre, le mois de janvier est un bon moment pour passer des accords clairs. Bien entendu, les accords conclus au niveau de l’entreprise ne doivent pas être en contradiction avec d’éventuels accords sectoriels. Dans les secteurs où l’on sait au préalable que les partenaires sociaux ne fixent rien à ce sujet, cela peut se faire plus tôt.

À défaut de conseil d’entreprise, les accords doivent être passés avec la délégation syndicale. À défaut de délégation syndicale, il s’agit d’un accord entre l’employeur et l’ensemble des travailleurs. Dans ce dernier cas, on affiche souvent un avis dans la pratique. S’il n’y a pas de contestation, le planning de vacances est implicitement accepté.

N'oubliez pas d’indiquer les dates des congés collectifs annuels dans le règlement de travail et d’en fournir une copie à la direction régionale de l’Inspection du Travail – Contrôle des lois sociales.

Si l’employeur opte pour une approche individuelle, le planning et la prise de vacances doivent toujours avoir lieu de commun accord entre l’employeur et le travailleur. Généralement, le travailleur propose des dates, et l’employeur donne ensuite son accord (ou non).

2e étape : établissez des règles pour les périodes de vacances populaires

Les périodes de vacances populaires peuvent poser problème. Pensez aux vacances d’été et aux vacances de Noël. La législation sur les vacances offre aux employeurs différentes pistes pour éviter cette problématique. Vous pouvez par exemple donner la priorité aux parents d’enfants pendant les vacances scolaires. Une autre solution est de mettre en place un tour de rôle. Exemple : en 2022, la personne A peut choisir en premier, suivie de la personne B, puis la personne C. En 2023, la personne B peut choisir en premier, suivie de la personne C, puis la personne A. Et ainsi de suite. La réglementation stipule également que chaque travailleur a droit à une période de vacances ininterrompue de 2 semaines pour les adultes (et de 3 semaines pour les mineurs) entre le 1er mai et le 31 octobre.

Vous pouvez également exiger une occupation minimale (éventuellement par équipe) dans votre organisation. Afin d’assurer le bon déroulement, un planning annuel peut être mis en place (au niveau de l’équipe), chacun voyant le planning de vacances des autres et pouvant en tenir compte (respect d’une occupation minimale, convention mutuelle de dates entre collègues...). Cela peut se faire facilement via un document Excel. Une fois ce planning correctement mis sur pied, les travailleurs peuvent demander leurs congés auprès de l’employeur. Cette solution est préférable à l’annulation de congés déjà demandés et approuvés officiellement, car l’employeur n’est pas obligé de revenir sur une demande une fois celle-ci approuvée.Cela doit à nouveau se faire de commun accord.

Étape 3 : surveillez le planning

Epuiser à temps les jours de congés légaux peut poser problème. Parfois, les travailleurs ont encore beaucoup de jours au compteur à la fin de l’année. Néanmoins, la loi oblige vos travailleurs à épuiser leurs jours de congés légaux avant la fin de l’année. Le non-respect de cette obligation peut entraîner des amendes en cas de contrôle.

Vous pouvez facilement éviter un excédent de jours de congés légaux à la fin de l’année. Notre conseil ? Planifiez en septembre un moment où vous examinez le planning de vacances de vos travailleurs. Des travailleurs ont encore trop de jours au compteur, par exemple plus de deux semaines ? Dans ce cas, vous les en informez par écrit. Demandez-leur de planifier leurs jours de congés dès que possible, pour que leur compteur soit à zéro à la fin de l’année. Il est important de pouvoir prouver, en tant qu’employeur, que vous avez averti vos travailleurs et que vous leur avez donné la possibilité de prendre leurs congés à temps. Pour cela, mieux vaut signer une lettre pour réception. Pour les travailleurs, ce sera catalyseur pour planifier leurs vacances afin qu’il n’y ait pas de problème en fin d’année.

Découvrez Acerta Connect ESS

Grâce à l’outil intégré Employee Self Service, vos collaborateurs peuvent encoder leurs absences via une application mobile sur leur smartphone ou tablette. Vous pouvez voir le résultat immédiatement dans un calendrier synoptique. Votre personnel se sent plus impliqué. Et vous avez moins de travail, car les données sont transmises directement à votre outil de payroll qui les traite automatiquement. Une situation où tout le monde est gagnant.

En savoir plus

Partagez cet article

acerta-marijke-beelen.png

Écrit par Marijke Beelen

Conseillère juridique chez Acerta

Articles liés

Réduction des allocations de crédit-temps : les principaux changements
Employeurs

Réduction des allocations de crédit-temps : les principaux changements

31 janvier 2023 Amandine Boseret

Le crédit-temps pour motif reste possible, mais le droit de percevoir des allocations complémentaires de l’ONEM est réduit à partir de février 2023. Acerta résume les changements et répond aux principales questions suite à cette évolution.

En savoir plus
Prime de pouvoir d’achat : que savons-nous déjà ?
Employeurs

Prime de pouvoir d’achat : que savons-nous déjà ?

30 janvier 2023 Ellen Van Grunderbeek

Fin novembre 2022, le gouvernement a conclu un accord sur la marge salariale 2023-2024. Cet accord prévoit une prime de pouvoir d’achat.

En savoir plus
Indexation historiquement élevée pour les employés de la CP 200
Employeurs

Indexation historiquement élevée pour les employés de la CP 200

23 décembre 2022 Catherine Langenaeken

Le salaire de plus de 500 000 employés du secteur privé (CP 200) augmentera de 11,08 % au 1er janvier 2023. Il s’agit de la plus forte indexation depuis l’introduction de l’indexation annuelle en janvier dans le secteur. Qu’implique cette indexation ?

En savoir plus