Qu’est-ce que nous réserve 2018 ? Davantage de flexi-jobs !

20 décembre 2017

Que concerne le développement ?

Ces derniers mois, vous avez pu lire sur notre site que le système de flexi-jobs allait se développer. Les personnes qui veulent continuer à gagner un revenu complémentaire avantageux pourront désormais le faire aussi en dehors de l’horeca, à savoir dans les commerces de détail et les salons de coiffure, instituts de beauté, centres de fitness et saunas dès le 1er janvier 2018.

Le second développement concerne les pensionnés. Jusqu’à présent, seules les personnes qui travaillent au moins 80 pour cent du troisième trimestre précédant le flexi-job pouvaient entrer en ligne de compte pour un flexi-job. Dès 2018, tous les plus de 65 ans pourront gagner un salaire complémentaire avantageux. Les personnes de moins de 65 ans qui continuent, selon le cadastre des pensions, à percevoir une pension au cours du deuxième trimestre précédant le flexi-job peuvent aussi bénéficier d’un salaire complémentaire avantageux.

À quoi devez-vous penser sans faute ?

Le travailleur flexi-job doit répondre à ces conditions. Son employeur doit lui remplir une formalité importante. Il doit indiquer le candidat travailleur flexi-job avec le statut FLX spécial dans Dimona. Ceci doit avoir lieu à temps, c’est-à-dire avant que le travailleur flexi-job ne commence effectivement ses prestations.

Quelles sont les conséquences ?

S’il ne le fait pas, les deux parties risquent de lourdes sanctions. Les heures flexi-job étant considérées comme des prestations ordinaires, les barèmes normaux sont en vigueur. Sur ce salaire normal, des cotisations de sécurité sociale et un précompte professionnel devront être payés. En ce qui concerne l’ONSS, ces cotisations seront calculées sur le salaire flexi augmenté de 125 pour cent. L’employeur aura donc plus de frais et le travailleur un net inférieur vu que le salaire est imposé.

Placez donc la déclaration Dimona à temps en haut de votre liste des bonnes résolutions pour 2018 !

Cette discussion est basée sur un projet de loi. Les informations sont donc encore sous réserve de publication de la législation au Moniteur belge.

Partagez cet article
Retour à l’aperçu updates et nouvelles juridiques