Précédent

Onboarding : chose bien commencée est à demi achevée

23 avril 2019 Employeurs

Vous est-il déjà arrivé qu’un nouveau collaborateur, après une procédure d’engagement intensive, jette prématurément l’éponge ? Vous n’êtes clairement pas le seul. Près d’un contrat de travail à durée indéterminée sur trois est à nouveau rompu dans l’année. Et dans 60 % des cas, l’initiative émane du travailleur. Voilà une bonne raison de vous pencher sur votre stratégie d’onboarding. Puisqu’au travail, chose bien commencée est à demi achevée.

Temps de lecture: Lire plus tard ?

L’onboarding paie toujours

Notre enquête sur plus de 35 000 contrats de travail à durée indéterminée montre que le contrat prend fin prématurément dans près de 30 % des cas. 1 contrat sur 3 est à nouveau rompu dans l’année. Un scénario à éviter en ces temps de pénurie sur le marché de l’emploi. Plus l’organisation est grande, plus le pourcentage de départs prématurés diminue. Les ouvriers quittent plus souvent leur emploi que les employés. Toutefois, un processus d’onboarding bien réfléchi offre dans tous les cas une situation gagnant-gagnant pour l’employeur et le travailleur. Cela vous donne la possibilité de développer une relation de travail durable, accélère la productivité de votre nouveau collaborateur et augmente la rétention, ce qui vous permet de limiter vos frais de recrutement.

Plus qu’un accueil chaleureux

L’onboarding dépasse bien entendu le simple fait d’accueillir votre collaborateur à bras ouverts. Un premier jour de travail sans faille peut être la solution idéale pour faire une bonne première impression, mais un processus d’intégration efficace épaulera votre nouveau collaborateur de la signature de son contrat jusqu’au moins les trois premiers mois dans sa nouvelle fonction, un accompagnement d’ailleurs indispensable. Les travailleurs sont impatients et le temps dont vous disposez, en tant qu’employeur, pour laisser une impression positive est limité. À l’heure actuelle, seuls 4,2 candidats en moyenne postulent pour une offre d’emploi. C’est un chiffre historiquement bas. De plus, les profils intéressants trouvent rapidement du travail. La balance ne penche pas assez rapidement en votre faveur ? Dans ce cas, votre nouveau collaborateur n’hésitera pas à tirer ses conclusions et à vous quitter prématurément.

Les nombreux avantages de l’onboarding

Un trajet d’onboarding stratégique épaule votre nouveau collaborateur sur plusieurs plans : relations avec les collègues, contenu de la fonction, formalités administratives... Et toute l’entreprise en récolte les fruits. Votre collaborateur se sentira intégré et concerné plus rapidement, ce qui réduit le risque de départ prématuré. En outre, une bonne stratégie d’onboarding rejaillit sur votre employer brand. Les collaborateurs qui se sentent appréciés et à l’aise dès leur premier jour se révèlent être naturellement de véritables ambassadeurs. Cela augmente vos chances d’attirer de nouveaux talents. L’onboarding porte donc ses fruits pour tous et à tous les niveaux.

Partagez cet article

Articles liés

Recrutement pendant et après le coronavirus : voici comment faire la différence
Employeurs

Recrutement pendant et après le coronavirus : voici comment faire la différence

06 mai 2020 Mieke ten Haaf

De nombreuses organisations continuent également à recruter pendant le confinement. Et elles ont raison : elles ont à présent l'occasion de faire la différence. Vous découvrirez ici comme engager en temps de crise.

En savoir plus
Résultats Talent Pulse : De la mobilité d’emploi à l’immobilité d’emploi
Employeurs

Résultats Talent Pulse : De la mobilité d’emploi à l’immobilité d’emploi

21 avril 2020

Le dixième anniversaire du Talent Pulse d'Acerta, notre enquête annuelle auprès des travailleurs, a été une édition unique inoubliable. Non seulement parce que, cette année, l'enquête est tombée en pleine crise de coronavirus, mais aussi parce que cette crise a un impact évident sur les résultats.

En savoir plus
Recruter pour aujourd’hui ou pour demain ?
Employeurs

Recruter pour aujourd’hui ou pour demain ?

03 décembre 2019 Tom Vlieghe

Le principal critère d’engagement des employés ? « Le potentiel », si on en croit une enquête d’Acerta. Les connaissances et l’expérience occupent la seconde place. Une évolution que nous ne pouvons qu’applaudir.

En savoir plus