Précédent

Devenir un geek de l’informatique avec Acerta

#Employeurs

Vingt ans déjà. Depuis tout ce temps, les clients viennent de loin pour déguster des moules au restaurant « De Waterhoek » à Lubbeek. Et les gérants, Carine Hendrickx et Kris Van Meerbeek, sont clients chez Acerta depuis tout ce temps, ce dont ils sont d’ailleurs très satisfaits. Un jour, ils ont décidé de passer au numérique... 

Temps de lecture: Lire plus tard ?

Les clients connaissent le restaurant De Waterhoek sous le nom de « De Visvijver » (Le Vivier). Et pour cause : la salle à manger à l'intérieur et la belle grande terrasse extérieure donnent sur 2 magnifiques étangs de belle taille. Par le passé, on y pêchait, mais c’est à présent surtout un lieu paisible, pour le plaisir des yeux. Les clients ont donc tout le loisir de se concentrer sur les plaisirs de bouche. Les moules sont sans conteste l’élément phare de la carte. « C’est parce que Kris les prépare si bien, » explique Carine. Pourtant, le chef lui-même se demande encore ce que « ses » moules ont de si particulier...

À l’aide, un ordinateur !

De Waterhoek tourne avec 3 collaborateurs permanents, mais pendant le week-end ou la haute saison en été, ils font régulièrement appel à des aides supplémentaires. Il est extrêmement compliqué de tenir le compte de toutes les heures et de payer les salaires à temps et sans se tromper. Cela faisait vingt ans que Kris et Carine réglaient leur administration des salaires sur papier, avec Acerta comme secrétariat social. Jusqu'à ce que Carine, il y a un peu moins d’un an, décide qu'il était temps de dire adieu au papier et d’utiliser Acerta Connect. « Je suis allée suivre des cours collectifs, » raconte-t-elle. « Mais très vite, j'ai commencé à paniquer. Je travaille parfois avec un ordinateur, mais je n’ai jamais vraiment appris à m’en servir. Et les leçons allaient bien trop vite pour moi. Je n’y comprenais rien. Pourtant, j’avais la volonté d’avancer... »

Le traitement salarial sans souci

« J'ai vraiment dû prendre mon courage à deux mains, » poursuit Carine. « Et j’ai fini par appeler Acerta. Je leur ai expliqué que je n’y comprenais vraiment rien, qu'Acerta Connect sur ordinateur était bien trop compliqué pour moi, et que je ne savais plus quoi faire. » Acerta a proposé une nouvelle solution : quelqu'un viendrait à Lubbeek pour guider Carine tout au long du processus, jusqu'à ce qu'elle maîtrise le programme. Et ce gratuitement, car cela est inclus dans le service.

Ces explications détaillées étaient bel et bien nécessaires, car après vingt ans, il n'est pas facile de se défaire de certaines habitudes. Au début, Carine avait toujours peur de faire des erreurs. Mais la spécialiste d’Acerta l'a assurée qu'elle n'avait pas à s'inquiéter : même si une erreur se glissait, elle pourrait toujours être corrigée par la suite.

« La collaboratrice d’Acerta m’a vraiment expliqué tout le processus étape par étape », explique Carine. « Et j'ai pris note de tout, avec mes propres mots. Car il faut remplir et connaître toute une série de codes. Mais je les ai à présent notés dans mon carnet, et je n’ai plus qu’à suivre l’explication. Le reste va de soi. Je suis vraiment contente. »

bpost peut bien faire grève, Acerta Connect ne vous laisse pas tomber !

Récemment, avec la grève de bpost, Carine et Kris ont encore pu constater les avantages d’Acerta Connect. « Une fois les salaires calculés, Acerta envoie les fiches de paie par la poste. Je trouvais ça plus facile. Mais avec la grève, le service m’a appelée pour m'expliquer comment extraire les salaires d’Acerta Connect et imprimer moi-même les fiches de paie. Je trouve ça très pratique, car je veux pouvoir payer mon personnel à temps, avec ou sans bpost. J’ai donc appris que je pouvais très facilement le faire moi-même. Même s'il y a par exemple des heures supplémentaires, car on peut facilement les intégrer soi-même dans le système. J’en apprends encore tous les jours ! »

Vous souhaitez vous aussi faire calculer vos salaires par voie numérique ?

Demandez une démonstration d'Acerta Connect et examinez les possibilités.

Partagez ce récit d’entrepreneur

Récits d’entrepreneurs connexes