Précédent

Évitez les licenciements grâce à ces alternatives

17 juin 2020 Julie Rousseau Employeurs

Un licenciement est souvent délicat, mais aussi onéreux. De plus, aucun employeur n’aime laisser partir des collaborateurs talentueux. Votre organisation rencontre des difficultés ? Tout finira probablement par s’arranger avec ces alternatives rentables.

Temps de lecture: Lire plus tard ?

Supprimez les frais « cachés »

Bon nombre d’employeurs considèrent la réduction des effectifs du personnel comme une stratégie en vue de réduire leurs frais directs de manière prévisible. Par conséquent, de telles interventions sont immédiatement visibles. Pourtant, il existe des frais « cachés » qui vous coûtent cher. Citons l’absentéisme pour cause de maladie : votre organisation compte beaucoup d’absents en raison d’une maladie ? Dans l’affirmative, l’addition peut être salée. Ayez recours à une politique préventive en matière d’absentéisme axée sur le bien-être de vos collaborateurs.

Vos travailleurs prestent de nombreuses heures supplémentaires ? Vérifiez si elles sont nécessaires, et s’il n’est pas possible d’augmenter l’efficacité pour ainsi diminuer le coût du sursalaire.

Si vous occupez une multitude de free-lances et d’intérimaires, vous pouvez d’abord réduire ces contrats et privilégier vos travailleurs permanents.

Optimisez votre politique salariale

Une politique salariale judicieuse et équilibrée (c’est-à-dire : un salaire net le plus élevé moyennant le moins de frais possible, bien entendu dans le cadre légal) porte ses fruits. En effet, vous conservez davantage de budget pour investir dans votre organisation et vous obtenez des collaborateurs fidèles et satisfaits en échange.

Bien que vous deviez toujours respecter le barème minimal applicable, bien entendu, vous pouvez rémunérer vos travailleurs avec une foule d’autres alternatives plus intéressantes sur le plan fiscal outre le salaire horaire ou mensuel brut de base. Pensez aux chèques-repas, à une assurance groupe, au remboursement des frais, au bonus (CCT 90) lié aux résultats, à l’usage privé du GSM, etc. Vous souhaitez augmenter l’engagement de vos collaborateurs ? Dans ce cas, optez pour un plan cafétéria.

Nos collaborateurs peuvent aussi vous aider pendant une période difficile. Si vous communiquez ouvertement à propos des difficultés rencontrées par l’organisation, il est possible que vos travailleurs souhaitent vous aider en restituant (temporairement) volontairement une partie de leur salaire ou en renonçant à leurs bonus. Cela suppose de la bonne volonté de la part de vos travailleurs, mais il s’agit d’une concession que les travailleurs engagés sont prêts à faire en sachant qu’elle permettra d’éliminer ou de réduire les licenciements. Souvent, la direction elle-même montre le bon exemple.

Soyez créatif en matière de durée du travail

Vous pouvez aussi conclure des accords avec vos travailleurs concernant la durée du travail. De cette manière, vous pouvez effectuer un sondage pour savoir si vos travailleurs individuels sont prêts (temporairement ou non) à travailler moins d’heures par semaine.  Toutefois, une réduction collective du temps de travail fait aussi partie des options. En réduisant par exemple la durée du travail totale dans l’entreprise de 38 à 35 heures par semaine, vos travailleurs continuent à construire des droits sociaux en tant que travailleurs à temps plein. Cependant, ils prestent moins d’heures et vous diminuez ainsi vos coûts salariaux.   Gardez néanmoins à l’esprit que vous ne pouvez pas apporter cette modification unilatéralement. Une concertation avec les syndicats ou les travailleurs est requise et le règlement de travail doit être adapté.

Chômage temporaire

Le chômage temporaire a été créé en vue de compenser les chocs économiques et d’éviter que des employeurs doivent licencier des collaborateurs en cas de baisse de travail. L’ONEM verse alors une allocation de chômage temporaire. En réduisant les frais salariaux de cette façon, ce système offre aux employeurs un tampon de manière à ne pas devoir prendre des décisions de licenciement drastiques à la hâte. Entre-temps, la mesure de chômage temporaire pour cause de coronavirus a été prolongée jusqu’à fin août.

Impliquez vos collaborateurs où ils sont utiles

Les collaborateurs d’un de vos départements s’arrachent les cheveux car ils ont trop de travail ? Faites intervenir des collègues dont la charge de travail est plus faible à court terme. À long terme, il vaut mieux miser sur les talents et les points forts de vos collaborateurs : cela vous permet de faire preuve de proactivité et de réagir rapidement cas de changement de contenu de nombreuses fonctions existantes. Les fonctions et les tâches évoluent, et le coronavirus n’a fait qu’accélérer ce processus. C’est pourquoi il est indiqué de réorienter régulièrement vos talents.

Votre entreprise compte des postes vacants ? Essayez d’abord de les pourvoir en interne. Au contraire, vous n’avez pas assez de travail ? Dans ce cas, vous pouvez partager vos travailleurs avec d’autre employeurs. Cette mesure vous donne l’opportunité de gérer les périodes intenses et de réduire le nombre de travailleurs durant les périodes calmes.

Économiser et optimiser encore plus ?

Acerta propose diverses solutions sur mesure pour garder vos frais de personnel sous contrôle.

Plan de relance

Partagez cet article

Écrit par Julie Rousseau

Articles liés

Comment veiller au bien-être mental de vos collaborateurs ?
Employeurs

Comment veiller au bien-être mental de vos collaborateurs ?

27 octobre 2020 Benoit Caufriez

4 collaborateurs sur 10 sont plus stressés. Comment vous assurer qu’ils restent en bonne santé en télétravail ?

En savoir plus
Plus d’enseignement à distance ou des vacances de Toussaint prolongées ? Des solutions pour vos travailleurs
Employeurs

Plus d’enseignement à distance ou des vacances de Toussaint prolongées ? Des solutions pour vos travailleurs

26 octobre 2020 Ellen Van Grunderbeek

Que devez-vous faire en tant qu’employeur si votre travailleur souhaite rester à la maison pour accompagner son enfant dans l’enseignement à domicile, ou doit combler les vacances de Toussaint prolongées ?

En savoir plus
Réponses aux questions les plus fréquemment posées par les employeurs sur le télétravail
Employeurs

Réponses aux questions les plus fréquemment posées par les employeurs sur le télétravail

20 octobre 2020 Sarah De Groof

Lors du premier confinement de mars et d’avril, le télétravail est soudainement devenu la norme. « À titre temporaire », pensions-nous. Vendredi dernier, le Comité de concertation a décidé de le rendre à nouveau obligatoire.

En savoir plus