Précédent

Devenir indépendant : la rubrique par excellence pour les starters

04 septembre 2019 Starters

Devenir indépendant... L’idée vous plaît. Devenir votre propre patron, vous installer à votre propre compte. Mais indépendant en quoi ? Et en tant que quoi exactement ? Vous vous imaginez freelance, consultant ou titulaire d'une profession libérale ? Souhaitez-vous démarrer une entreprise unipersonnelle - ou plutôt une société ? Et qu’en est-il de la nouvelle législation ? Vous trouverez ici la réponse à toutes vos questions de starter. En route vers un démarrage réussi ! 

Temps de lecture: Lire plus tard ?

Devenir indépendant : en quoi ?

Réfléchir aux activités ou professions dans lesquelles vous souhaitez devenir indépendant, est un excellent point de départ. Vous avez déjà décidé, vous n’avez plus aucun doute ? Dans ce cas, vous pouvez passer à la prochaine étape. Mais dans tous les autres cas, il est mieux de vous poser cette question ainsi qu’à d’autres comme : 

  • Souhaitez-vous proposer des services ou plutôt vendre des biens ? Vous faites bien de vous pencher sur la question, car il s’agit du premier des cinq P (Product) sur lequel votre plan marketing s’appuiera ; 
  • Quel créneau avez-vous trouvé et comment comptez-vous vous y prendre ? Votre concept d’affaires a-t-il déjà pris forme ou non (pas vraiment) ?
  • Existe-t-il des exemples auxquels vous pouvez vous référer ?
  • Vous devenez un concurrent de votre ancien chef ? Très bien. Mais êtes-vous certain de ne pas enfreindre une clause de non-concurrence ? 

Dans cette première phase, il peut être judicieux de déjà contacter un comptable ou expert-comptable. Demandez aux indépendants que vous connaissez leurs recommandations. Prendre un comptable, est-ce une obligation ? Dans tous les cas, vous devez obligatoirement tenir une comptabilité. Vous pouvez le faire vous-même (si votre comptabilité est simplifiée) ou déléguer cette tâche. Un comptable peut toutefois signifier beaucoup plus pour vous, comme caisse de résonance professionnelle et « copilote ». Embarquez-le dans l’aventure. 

En manque d'inspiration ? Cet article mentionne les professions indépendantes avec lesquelles vous pouvez bien, très bien ou extrêmement bien gagner votre vie.

Si vous devenez indépendant, cela n'implique pas que vous serez abandonné à votre sort. Vous avez une question de starter à laquelle vous ne trouvez pas la réponse ? Parlons-en

Comment trouver le créneau idéal sur le marché ?

Afin de réussir en tant qu’indépendant et de développer une activité rentable, il est important de trouver le fameux « créneau de marché ». Votre propre niche. 

  • Basez-vous sur vos points forts : compétences, talents et ambitions. Hard skills (connaissances professionnelles et savoir-faire) et soft skills (aptitudes personnelles, sociales). Ne sous-estimez pas votre enthousiasme ! 
  • Recherchez un endroit du marché qui compte encore (beaucoup) de problèmes non résolus auxquels vous pouvez/souhaitez remédier grâce à vos atouts ;  
  • Copiez et améliorez : examinez ce que font les autres, sur quels points vous pouvez apporter une plus-value, si les clients sont prêts pour les améliorations que vous proposez, etc. ;
  • Étudiez les tendances du marché : marketing, ventes, matières premières, fournisseurs, logistique... Car votre « créneau de marché » peut se trouver à peu près partout, et peut aussi se déplacer.  
La leçon d’Apple

Même si la concurrence était déjà présente sur le marché, Apple a pris les mêmes produits mais a amélioré l’expérience de l’utilisateur, la manœuvrabilité, le poids, l’emballage et les canaux de distribution. La marque a opté pour un meilleur design et un meilleur format, a écouté le marché et les utilisateurs et a réussi à créer des produits qui cartonnent dans le monde entier.  

We have always been shameless about stealing great ideas.

Steve Jobs

Vous avez trouvé votre niche ? Et vous avez déjà un nom en tête pour votre entreprise et/ou votre marque ? Hourra ! Mais ne criez pas victoire trop vite. Vérifiez (le plus rapidement possible) que ce nom n’est pas encore pris. Une office des marques pourra vous aider dans cette démarche. Le nom est encore libre ? Déposez-le au plus vite, avant qu'une autre personne ne s’approprie votre idée lumineuse.

Vous avez hâte de vous lancer ? Encore un peu de patience. En effet, vous devez encore préparer (au moins) deux « piliers » cruciaux. Tout d’abord : la forme d’entreprise que vous allez adopter. Ensuite : l’aspect financier. 

Devenir indépendant : en tant que quoi ?

Votre nom, le créneau de marché visé, votre concept d’affaires : vous y êtes ? 

Il vous reste alors une grande question : quelle forme juridique d’entreprise choisissez-vous ? Vous pouvez travailler comme indépendant en tant que consultant, freelance, dirigeant d'entreprise dans une entreprise unipersonnelle ou une société, ou comme titulaire d'une profession libérale (aussi dans une entreprise unipersonnelle ou une société si vous le souhaitez). 

  • Un consultant est une personne dotée d’une certaine expertise qui aide des entreprises sur le plan professionnel. Les consultants passent souvent par des intermédiaires (comme un bureau de consultance). 
  • En tant que freelance, vous êtes un indépendant sans personnel qui exécute des missions temporaires payantes comme fournisseur de vos propres services.

« Consultant » et « freelance » sont souvent utilisés à tort et à travers. « Consultant » met davantage l’accent sur l’expertise et l’aspect consultatif, tandis que « freelance » souligne que vous êtes un électron libre. 

  • Les professions libérales, également appelées professions intellectuelles, sont notamment les avocats, les architectes, les pharmaciens, les médecins, les notaires, les comptables et les paramédicaux.
  • Dirigeant d'entreprise/gérant : optez-vous pour une entreprise unipersonnelle ou une société ? 

Il est possible de vous lancer en activité principale ou en activité complémentaire. En savoir plus

Vous savez « en tant que quoi » vous souhaitez devenir indépendant ?

Dans ce cas, recherchez maintenant votre profession dans la liste alphabétique des Guides des starters composée par nos soins, et vous saurez précisément ce que vous avez à faire. 

Entreprise unipersonnelle versus société

Quel que soit votre futur nom, vous devrez dans tous les cas prendre une décision importante : souhaitez-vous constituer une entreprise unipersonnelle ou préférez-vous une société ? Vous nous voyez déjà venir : les deux présentent des avantages et des inconvénients. À vous de peser le pour et le contre. 

Attention : le droit des sociétés a été revu depuis début mai 2019. Plus d'informations

La flexibilité est-elle importante à vos yeux ? Et souhaitez-vous le moins de formalités possible lors de votre démarrage ? Dans ce cas, une entreprise unipersonnelle est la meilleure option pour vous.

Votre responsabilité sera alors illimitée. Dans une société, votre responsabilité personnelle reste généralement limitée. 

Nous énumérons pour vous les avantages et les inconvénients des deux options.

Constituer une entreprise unipersonnelle

Pour :

  • Vous n’avez pas besoin de partenaire commercial et vous êtes donc capable prendre des décisions rapidement.
  • Aucun capital minimum n’est obligatoire.
  • Votre démarrage est assez facile et bon marché.
  • Votre comptabilité est relativement simple.

Contre : 

  • Votre responsabilité est illimitée.
  • Tous les revenus sont imposés dans votre impôt des personnes physiques.
  • Si vous souhaitez remettre votre activité par la suite, c’est plus compliqué que pour une société.
  • Vous assumez vous-même tous les risques financiers.

Constituer une société

Il existe différentes formes de société. Nous partons d'une image globale pour toutes les sociétés.

Pour : 

  • Votre responsabilité personnelle est limitée.
  • Le statut fiscal est plus avantageux.
  • Vous pouvez compter sur votre partenaire commercial pour des conseils et un coup de pouce financier.
  • Vos risques financiers sont plus restreints.

Contre : 

  • La plupart du temps, vous avez besoin d’un patrimoine de départ (SRL, SC) ou d'un capital minimum (SA) suffisant au démarrage.
  • La procédure de démarrage est plus complexe et plus chère. Vous devez vous rendre chez le notaire pour la constitution de la plupart des formes de société.
  • Plus d’obligations comptables et de paperasserie.
  • Il existe des procédures fixes pour de nombreuses décisions, il y a donc moins de flexibilité.

Le nouveau droit des sociétés

Le nouveau droit des sociétés a pris ses effets en mai 2019. 

Celui-ci implique (entre autres) que le nombre de formes de société soit limité à quatre possibilités : la société simple, la SRL, la SC et la SA. 

La société en nom collectif (SNC) et la société en commandite (SComm) continuent à exister, mais font, dès lors, partie de la société simple.

  • la société simple est une société sans personnalité juridique. Si vous souhaitez une société simple avec personnalité juridique, vous avez le choix entre une SNC et une SComm. 
  • la SRL, l’ancienne SPRL, signifie société à responsabilité limitée. 

Le choix de la forme juridique de votre entreprise mérite toute votre attention, car il y a des conséquences à prendre en compte. 

Ce lien vous permet de consulter et comparer les différentes formes juridiques. 

Comparez le nombre d’associés minimum, le capital minimum requis ou non, le plan financier obligatoire ou non, la responsabilité, les actions, l’acte nécessaire, le 

déroulement de la gestion...

Quels sont les changements exacts depuis le 1er mai 2019 ?

Devenir indépendant : établissez votre business plan

Vous savez à présent en quoi vous souhaitez devenir indépendant, quelle forme juridique, sous quel nom/quelle marque, avec quel concept d’affaires et dans quel marché de niche ? 

Avez-vous déjà discuté de vos idées avec d’autres personnes, notamment: des spécialistes expérimentés, des experts, ou peut-être votre propre comptable ou expert-comptable ? Et vous avez passé le test ? 

Dans ce cas, l’heure est venue de commencer à élaborer votre business plan. 

Dans celui-ci, vous indiquez les objectifs de votre entreprise et comment vous comptez les atteindre. En effet, cela vous force à réfléchir à tous les différents aspects de votre entreprise et à prendre les décisions nécessaires. 

Ce business plan vous aide aussi :

  • à convaincre la banque ou un sponsor d’investir en vous ;
  • à vérifier après un certain temps si vous maintenez toujours le cap ; 
  • à impliquer un ou plusieurs partenaires commerciaux dans votre projet.
Que doit comprendre votre business plan exactement ?

Utilisez ce modèle de business plan pour ne rien oublier. 

Qu’en est-il de l’aspect financier ?

 

Votre business plan et le plan financier : chou vert et vert chou ? Non : le deuxième fait partie du premier. Dans le plan financier vous chiffrez : 

  • comment vous souhaitez gagner votre vie et quels tarifs vous voulez pratiquer ;
  • d’où proviennent les fonds pour lancer votre activité et à quel montant ils s’élèvent ; 
  • quels frais vous prévoyez, quelles marges vous présumez, etc. 

Devez-vous obligatoirement rédiger un plan financier ? Oui, si vous constituez une SA, une SRL ou une SC. Ce n’est pas obligatoire si vous optez pour une SNC ou une SComm, mais c’est mieux d’en rédiger un quand même.  

Dans tous les cas, un indépendant assure lui-même son revenu. Vous apprendrez rapidement à ne pas confondre vos revenus bruts et vos revenus nets. Vous devez veiller à prendre une marge correcte sur tout ce que vous faites. Gardez à l’esprit que les bénéfices ne sont pas un extra, mais qu’ils sont absolument nécessaires à un futur durable pour votre activité ou entreprise. 

Recommandation : l’Académie Jedébute

Imaginez : en petit groupe, vous attaquez les points essentiels lors d'un atelier pratique avec des exercices interactifs concrets relatifs à votre propre projet. Vous repartez avec de nouvelles notions et solutions et un bon aperçu de ce qui vous attend. 

Inscrivez-vous

Devenir indépendant : combien ça coûte ?

Quel montant devez-vous avoir de côté pour devenir indépendant ? Devez-vous allez à la recherche d’une banque pour vous prêter le capital nécessaire ? Ou vous mettre en quête d'un généreux sponsor ? 

Rassurez-vous : un capital de départ n’est pas toujours nécessaire. Surtout lorsqu’aucun gros investissement n’est requis et que vous travaillez sans fournisseurs. Les consultants ou les freelances (pour ne citer qu’eux) peuvent généralement se lancer sans banque ni sponsor.

Avant, pour constituer une société (SRL ou SC), vous deviez produire un capital minimum de 18 550 €. Dès lors, depuis la réforme du droit des sociétés (mai 2019), ce n’est plus nécessaire. Cependant, en tant que fondateur d'une SRL ou SC, vous devez prévoir un patrimoine de départ suffisant pour l’activité (les activités) que la société souhaite développer. La responsabilité du fondateur vaut pendant trois ans. Une dispense est possible à certaines conditions. 

Un apport en fonds ou en nature, mais aussi en travail et en savoir-faire, peut être fourni en échange d’une partie du bénéfice. Vous trouverez les conditions dans cet aperçu 

 

Devenir indépendant : les frais administratifs

1. Demander votre numéro d'entreprise 

Vous devez faire enregistrer votre activité dans la Banque-Carrefour des Entreprises. Nous nous occupons de votre inscription.

2. Activer votre numéro de TVA

Si vous souhaitez créer une entreprise, vous avez généralement besoin d'un numéro de TVA. Nous pouvons aussi nous en charger pour vous.

3. Vous affilier à une caisse d’assurances sociales

En tant qu’indépendant, vous assurez vous-même votre sécurité sociale. C’est pourquoi vous devez vous affilier à une caisse d’assurances sociales (activité principale ou activité complémentaire, dans chaque statut). Vous devez régler cette formalité avant de commencer. Chaque trimestre, vous payez des cotisations sociales qui vous donnent droit au « filet de sécurité », de la prime de naissance à la pension. Le démarrage est gratuit, puis vous recevrez un décompte chaque trimestre. 

Si vous avez une société, vous avez une double affiliation : de vous-même en tant que personne physique et de la société en tant que personne morale. Dans ce cas, vous devez aussi payer une cotisation à charge des sociétés chaque année. En tant que starter, vous avez de la chance : une société fraîchement constituée peut demander une dispense de paiement pour les trois premières années.

Découvrez ici ce qu'il en est exactement de l’affiliation à une caisse d’assurances sociales, même lorsque vous devenez indépendant dans une société existante, aidant ou conjoint aidant dans une entreprise unipersonnelle. 

4.  Demander les autorisations 

Pour certaines professions, vous devez demander une ou plusieurs autorisations en tant que starter. Il vaut donc mieux y penser en temps voulu. Acerta est là pour vous aider. Le prix dépend de l’autorisation.

Quelques questions de starters fréquemment posées >

5. Incontournable 1 : pension complémentaire en plus (facultatif)

La pension complémentaire libre pour indépendants (PCLI) vous assure un surplus outre votre pension légale (étant donné les montants de pension pour indépendants, il ne s’agit pas d'un luxe superflu). Une PCLI fournit aussi un avantage fiscal considérable. La conclusion d’une telle police est gratuite, il vous reste ensuite à verser les primes. 

6. Incontournable 2 : l’assurance revenu garanti 

Il s’agit d’une assurance contre la perte de revenu lorsque vous êtes malade et inapte au travail en tant qu’indépendant. 

Vous souhaitez démarrer le cœur léger ? Dans ce cas, envisagez notre pack starter assurances avec une assurance revenu garanti et une PCLI. Vous bénéficiez de 21 % de réduction.

Acerta vous chouchoute !

Où et comment vous inscrire ?

Vous l’avez compris : vous pouvez vous adresser à nous pour toutes les questions administratives au lancement de votre activité indépendante, pour les assurances complémentaires et pour bien d’autres choses encore. 

Vous souhaitez nous rencontrer dans un bureau Acerta près de chez vous - ou vous préférez rester connectés en ligne ? À vous de choisir. 

Mais ce n’est pas tout. Comptez aussi sur nous pour : 

Partagez cet article

Articles liés

Coups de pouce financiers pour les entrepreneurs
Starters

Coups de pouce financiers pour les entrepreneurs

25 mars 2020

Les PME (indépendants et entreprises unipersonnelles compris) n'ont pas toujours assez de crédit bancaire pour réaliser leurs ambitions. Mais un coup de pouce de la part des autorités est toujours possible. Les formules sont nombreuses. Subsides, cautions, (co)financement : Wim Heyman, de BNP Paribas Fortis explique aux entrepreneurs comment en pro...

En savoir plus
Comment augmenter vos ventes ? Pensez au paiement électronique !
Starters

Comment augmenter vos ventes ? Pensez au paiement électronique !

15 mars 2020

Vous venez d’ouvrir un commerce et vous aimeriez qu’il se développe rapidement ? Proposez à vos clients le mode de paiement qu’ils préfèrent !

En savoir plus
Avez-vous déjà un plan financier bien élaboré avant de démarrer votre activité ?
Starters

Avez-vous déjà un plan financier bien élaboré avant de démarrer votre activité ?

24 février 2020 Nicolas Pevenage

Pour vous aider dans votre recherche d’informations sur le plan financier, Acerta lance Simulation Net. Grâce à cet outil en ligne, vous découvrez la relation entre vos revenus, vos dépenses et leur financement ainsi que le montant net que vous conserverez finalement.

En savoir plus