Précédent

La contamination au coronavirus peut être reconnue en tant qu’accident du travail

07 octobre 2020 Miet Vanhegen Employeurs

Fedris (Agence fédérale des risques professionnels) a ajusté sa position initiale sur la reconnaissance d’une contamination au COVID en tant qu’accident du travail. Fedris estime à présent qu’une contamination peut en effet être reconnue en tant qu’accident du travail, sous certaines conditions.

Temps de lecture: Lire plus tard ?

Conditions pour la reconnaissance en tant qu'accident du travail

  1. Il doit s'agir d’un événement soudain
  2. ayant produit une lésion
  3. et survenu dans le cours et par le fait de l’exécution du contrat de travail

Fourniture de preuve

Si votre travailleur introduit une demande de reconnaissance d’un accident du travail, il doit fournir la preuve de l’incident soudain, de la lésion et du fait qu’il était en train d’exécuter son contrat de travail, et qu’il se trouvait donc sous l’autorité de son employeur, au moment de l’incident. Votre travailleur peut fournir cette preuve par toutes les voies de droit possibles, y compris au moyen de témoignages.

Si votre travailleur parvient à fournir la preuve de ces trois éléments, on présume que la lésion est liée à l’accident et que c’est effectivement par l’exécution de son contrat de travail que l’événement soudain est survenu. À moins que l’assureur-loi puisse réfuter l’une de ces présomptions.

Contamination pendant le travail

Votre travailleur peut prouver qu’il a eu des contacts avec une personne contaminée (client, collègue, dirigeant...) ou avec un objet contaminé ? Alors, cela peut être considéré comme un événement soudain. Cela s’explique par le fait que l’émission de gouttelettes respiratoires ou le contact avec une surface couverte de ces gouttelettes est considéré(e) comme un événement soudain. Votre travailleur doit toutefois pouvoir isoler l’événement (en termes de temps et de lieu) et l’indiquer comme l’origine de la lésion. En outre, la lésion doit survenir au cours de la période d’incubation.

L’assureur-loi peut refuser

Il se peut que l’assureur-loi rejette la demande. Dans ce cas, votre travailleur qui a introduit la demande peut demander à Fedris d’examiner la décision de la compagnie d’assurance.  Si votre travailleur n’est ensuite pas d’accord avec la décision de la compagnie d’assurance ou de Fedris, il peut porter l’affaire devant le Tribunal du travail.

Misez sur le bien-être de vos collaborateurs

Il est plus que jamais nécessaire de prendre le pouls en vue de leur bien-être. Acerta se fait un plaisir de vous aider.

Veillez au bien-être

Partagez cet article

Écrit par Miet Vanhegen

Articles liés

Plus d’enseignement à distance ou des vacances de Toussaint prolongées ? Des solutions pour vos travailleurs
Employeurs

Plus d’enseignement à distance ou des vacances de Toussaint prolongées ? Des solutions pour vos travailleurs

26 octobre 2020 Ellen Van Grunderbeek

Que devez-vous faire en tant qu’employeur si votre travailleur souhaite rester à la maison pour accompagner son enfant dans l’enseignement à domicile, ou doit combler les vacances de Toussaint prolongées ?

En savoir plus
Réponses aux questions les plus fréquemment posées par les employeurs sur le télétravail
Employeurs

Réponses aux questions les plus fréquemment posées par les employeurs sur le télétravail

20 octobre 2020 Sarah De Groof

Lors du premier confinement de mars et d’avril, le télétravail est soudainement devenu la norme. « À titre temporaire », pensions-nous. Vendredi dernier, le Comité de concertation a décidé de le rendre à nouveau obligatoire.

En savoir plus
Quels sont les effets des nouvelles mesures pour les employeurs?
Employeurs

Quels sont les effets des nouvelles mesures pour les employeurs?

20 octobre 2020 Amandine Boseret

Face à l’évolution de la pandémie, le nouveau gouvernement a signé un nouvel arrêté ministériel ce dimanche 18 octobre qui sort ses effets dès ce lundi. Mais quels en ont les effets sur les employeurs ?

En savoir plus