Précédent

Cinq solutions alternatives au congé parental Corona

29 avril 2020 Amandine Boseret Employeurs

Votre collaborateur combine télétravail et vie de famille ? Ce n’est pas une chose aisée. Afin de donner un peu de répit aux parents, le congé parental Corona est envisagé. Toutefois, il existe des solutions alternatives. Découvrez-les ici.

Temps de lecture: Lire plus tard ?

1. Vacances

Première solution alternative au congé parental Corona : les vacances. Votre travailleur peut demander à prendre un jour de congé payé (voire plusieurs). En tant qu’employeur, vous devez alors donner votre accord préalable quant au moment où le jour de vacances est pris. Si aucun accord n’a été donné, vous pouvez le considérer comme une absence injustifiée.

2. Congé sans solde

Tous les jours de vacances de votre collaborateur ont déjà été pris ? Il peut alors demander un jour de congé sans solde. En tant qu’employeur, vous devez néanmoins expressément donner votre accord. Aucun accord n’a été donné ? Vous pouvez alors le compter comme une absence injustifiée.

3. Crédit-temps ou congé parental

Tant le crédit-temps que le congé parental est soumis à une procédure stricte. La demande de crédit-temps ou congé parental doit être introduite plusieurs mois à l’avance. Ce n’est que lorsque l’employeur donne explicitement son accord que le crédit-temps ou congé parental peut démarrer immédiatement (ou, du moins, plus rapidement).

Si votre collaborateur est déjà en congé parental (par exemple le mercredi), mais veut adapter son congé parental à la situation actuelle (si, par exemple, l’école est fermée le jeudi et le vendredi), c’est possible ponctuellement en concertation avec l’employeur.

4. Congé pour raisons impérieuses

Si un problème familial ou social urgent doit être résolu, votre collaborateur peut demander un congé pour raisons impérieuses. Un exemple typique en ces temps de coronavirus est la fermeture des écoles.

Ce type de congé est non payé, mais vous pouvez, en tant qu’employeur, tout de même décider de le rémunérer (sans obligation aucune).

5. Télétravail occasionnel

Dernière solution alternative : le télétravail occasionnel. Une raison pouvant être avancée par les collaborateurs est la fermeture d’une école ou le problème de garde des enfants. Vos collaborateurs peuvent continuer à travailler et ont une solution pour la garde de leur(s) enfant(s). Toutefois, comme il n’est pas toujours évident de combiner travail et vie privée, vous pouvez proposer un horaire modifié à vos collaborateurs. Ils pourront ainsi mieux s’organiser.

Restez informé(e) des dernières mesures contre le coronavirus

Vous avez probablement beaucoup de questions concernant les mesures contre le coronavirus. Par le biais de cette foire aux questions, nous vous proposons déjà une première réponse.

Consultez notre FAQ

Partagez cet article

Amandine Boseret

Écrit par Amandine Boseret

Conseillère juridique chez Acerta

Articles liés

Plus d’enseignement à distance ou des vacances de Toussaint prolongées ? Des solutions pour vos travailleurs
Employeurs

Plus d’enseignement à distance ou des vacances de Toussaint prolongées ? Des solutions pour vos travailleurs

23 octobre 2020 Ellen Van Grunderbeek

Que devez-vous faire en tant qu’employeur si votre travailleur souhaite rester à la maison pour accompagner son enfant dans l’enseignement à domicile, ou doit combler les vacances de Toussaint prolongées ?

En savoir plus
Réponses aux questions les plus fréquemment posées par les employeurs sur le télétravail
Employeurs

Réponses aux questions les plus fréquemment posées par les employeurs sur le télétravail

20 octobre 2020 Sarah De Groof

Lors du premier confinement de mars et d’avril, le télétravail est soudainement devenu la norme. « À titre temporaire », pensions-nous. Vendredi dernier, le Comité de concertation a décidé de le rendre à nouveau obligatoire.

En savoir plus
Quels sont les effets des nouvelles mesures pour les employeurs?
Employeurs

Quels sont les effets des nouvelles mesures pour les employeurs?

20 octobre 2020 Amandine Boseret

Face à l’évolution de la pandémie, le nouveau gouvernement a signé un nouvel arrêté ministériel ce dimanche 18 octobre qui sort ses effets dès ce lundi. Mais quels en ont les effets sur les employeurs ?

En savoir plus